Archives par mot-clé : les arts face au pouvoir russe

L’art contemporain en piètre état par l’activisme de Piotr Pavlenski

ARTICLE LONG FORMAT, Aude Robert-Tissot | Nous sommes en février 2020, Benjamin Grivaux est alors en pleine ascension pour la mairie de Paris, lorsqu’il se retrouve au cœur d’une polémique: des vidéos intimes de lui avec une jeune femme envahit la toile. Une fois celles-ci devenues virales en quelques heures, Grivaux sera contraint de démissionner devant l’ampleur du scandale. De quoi l’accuse-t-on? D’adultère. Mais surtout d’hypocrisie. Rien de bien méchant ni de nouveau dans le tabloïde des personnalités politiques françaises. Piotr Pavlenski, le diffuseur de la vidéo, est un performeur russe, séjournant en France depuis 2017 en tant que réfugié politique. Un artiste qui vient de franchir les limites déjà bien entamées de l’artivisme, prenant l’art contemporain en otage pour dénoncer non plus un Etat autoritaire mais un adultère, en adoptant un discours réactionnaire.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Les déchirements politiques de l’auteur russe Zakhar Prilepine

ARTICLE LONG FORMAT, Ivan Garcia | Ecrivain, journaliste et soldat, Zakhar Prilepine est l’un des auteurs contemporains russes les plus salués par la critique. Nostalgique de l’URSS, opposé à la dictature gouvernementale mais également nationaliste parti guerroyer aux côtés des sécessionnistes russes dans le Donbass, il est le représentant d’une génération tiraillée entre un passé grandiose et un présent morose. Portrait d’un écrivain clivant face au pouvoir russe.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Georges Nivat: «Le larron peut devenir un saint»

ENTRETIEN LONG FORMAT, Eugène Praz | Nous rencontrons le professeur Georges Nivat, éminent slavisant français, le 28 juin dernier dans sa maison de Haute-Savoie. Son hospitalité est russe, et la vue, splendide. Il nous accueille dans son jardin dont il aime prendre soin, une heure chaque matin avant de se plonger dans son travail. En ce moment, entre autres activités, Georges Nivat traduit en français le poète ukrainien Vasyl Stus. Il a d’ailleurs rendez-vous le lendemain par Zoom avec Kiev, l’occasion d’échanger sur des nuances de l’ukrainien avec celui qui l’a accompagné dans l’acquisition de cette langue. Le monde russe est sa demeure; nous espérons en découvrir quelques verstes sous sa conduite.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)