Archives par mot-clé : melisa oriol

Carton rouge pour «Diego Maradona»

Les mercredis du cinéma – Melisa Oriol

Asif Kapadia, connu principalement pour ses documentaires consacrés à des personnalités mondiales telles que Senna (2010) ou Amy (2015) n’a, cette fois-ci, malheureusement pas été à la hauteur du célèbre Diego Maradona.

Lire la critique
Publicités

«Le Roi Lion»: un Disney botoxé

Les mercredis du cinéma – Melisa Oriol

On recycle, on recycle, mais a-t-on besoin de tout recycler? Est-ce par manque d’inspiration, par pur intérêt commercial ou par besoin de montrer et d’exploiter les technologies et artifices d’aujourd’hui que Disney a reproduit le Roi Lion, un film déjà reconnu et grandement apprécié?

Lire la critique

«ANNA»: le chemin vers la liberté est parfois semé de cadavres

Les mercredis du cinéma – Melisa Oriol

Avec son dernier film, Luc Besson arrive avec splendeur à constituer une vraie Matriochka (Poupée russe) que l’on prend plaisir à découvrir. Notamment grâce à la merveilleuse Sasha Luss qui joue ici son deuxième rôle, mais certainement pas son dernier!

Lire la critique

Dom«MA»ge

Les mercredis du cinéma – Melisa Oriol

Tate Taylor après son sublime chef-d’œuvre La couleur des sentiments, primé à de nombreuses reprises, déçoit, cette fois, avec Ma, un film d’horreur sans saveur.

Avec une actrice telle qu’Octavia Spencer, comment ne pas avoir de très hautes attentes. Cette dernière, que l’on a vu jouer dans de nombreux films ces dernière années, allant de la domestique à la mathématicienne, offre à nouveau une performance époustouflante. Sa capacité à faire passer des émotions fortes par le regard donne une réelle ampleur à Ma. Son regard est d’ailleurs souvent souligné par des gros plans, ce qui lui ajoute de la puissance.

Lire la suite de la critique

«Pokémon: Détective Pikachu»: électrifiant de nostalgie

Les mercredis du cinéma – Melisa Oriol

Bien que l’histoire du film ne soit pas celle que l’on connaît avec Sasha, Pierre et Ondine, Rob Letterman réussit avec douceur et humour à nous renvoyer à nos plus jeunes années dans un univers rempli de Pokémons.

Lire la suite de la critique

«Avengers: Endgame» met la charrue avant les bœufs

Les mercredis du cinéma – Melisa Oriol

Avengers: Endgame clôt l’aventure des Avengers face au redoutable Thanos. Dans le film, on retrouve cette recette qui fait la réputation de Marvel: une grande cuillère d’action, une pointe d’humour, quelques figures célèbres (un peu trop), puis mélangez le tout avec des musiques plus épiques les unes que les autres et surtout ne pas oublier les super-héros! Mais à parfois vouloir aller trop vite et en faire trop, le soufflé finit par retomber.

Continuer la lecture de «Avengers: Endgame» met la charrue avant les bœufs

«Let’s Dance» trébuche, puis se rattrape de justesse

Les mercredis du cinéma – Melisa Oriol

Let’s Dance est le premier long-métrage du metteur en scène et désormais réalisateur Ladislas Chollat. Bien que ses premiers pas dans le domaine du cinéma soient maladroits à bien des égards, il n’en ressort pas que du mauvais!

Dans les films de danse, il est difficile de se démarquer des autres tant les concurrents sont nombreux. Bien souvent, dans les dance movies, les protagonistes évoluent dans des milieux opposés, puis une histoire d’amour un peu niaise vient unir un jeune homme arrogant et urbain avec une jeune femme classique et timide. Let’s Dance ne déroge pas à la règle. La rencontre entre Joseph (Rayane Bensetti) et Chloé (Alexia Giordano) va pousser le milieu du hip-hop dans les bras de la danse classique.

Continuer la lecture de «Let’s Dance» trébuche, puis se rattrape de justesse

«Sang Froid» ni loi

Les mercredis du cinéma – Melisa Oriol

Un père aimant, un meurtre, un cartel de drogue, de la neige, des armes, du sang, des morts, encore de la neige, des indiens, encore plus de morts… tout porterait à croire que Sang Froidd’Hans Petter Moland, est un film de vengeance et de gangsters réchauffé sans nulle originalité. Et pourtant ! Devant la beauté des images et face à un humour noir tout à fait assumé, impossible de rester de glace.

Continuer la lecture de «Sang Froid» ni loi