Archives par mot-clé : pop

«Grandis pas»: Michel Polnareff livre une chanson plus sensible que jamais

Article inédit – Jonas Follonier

Dossier spécial sur le nouvel album de Michel Polnareff, Enfin!, incluant une nouvelle critique de chacun de ses albums précédents ainsi que leur histoire, à paraître dans notre édition de janvier, en commande ici.

Pour ceux qui attendent depuis si longtemps le nouvel album studio de Michel Polnareff – dont le dernier, Kâma-Sûtra, remonte, tenez-vous bien, à 1990 – la présence notamment sur l’iTunes Store et en précommande à la FNAC de ce nouvel opus génialement intitulé Enfin! a de quoi susciter l’émotion. Oui, cette fois-ci, ce n’est pas une blague, voire un mensonge. Polnareff avait le même discours depuis le début: «le disque sortira quand il sera parfait et fini.» Loin de se moquer de son public, il lui a préparé ce qui d’abord devait le satisfaire, lui, pour qui seul le résultat final compte.

A lire aussi: Philippe Manœuvre, «L’album de Polnareff existe, puisque je l’ai écouté»

Cette nuit, à 00h01, Grandis pas est sorti comme par magie sur les plate-formes de téléchargement, se comprenant comme le premier single de ce nouvel album de chansons originales. Certes, il y a eu L’Homme en rouge, sorti en décembre 2015, lorsque l’album était «presque terminé», mais la rumeur veut que cette complainte grandiloquente traitant de la solitude à Noël ait été arrangée dans une nouvelle version pour l’album à paraître dans deux semaines. Grandis pas est donc le premier extrait dont nous sommes sûrs qu’il figurera entre nos mains, ou entre nos oreilles, pour ainsi dire.

Continuer la lecture de «Grandis pas»: Michel Polnareff livre une chanson plus sensible que jamais

s e l e n n, un ovni sur la scène musicale des jeunes artistes romands

Les mélodies du jeudi – Jonas Follonier

s e l e n n est un jeune artiste fribourgeois qui commence à se faire sa place sur la scène musicale romande. Situé entre la folk et l’électro calme, son dream indie-rock francophone fascine. Demain, les Neuchâtelois auront l’occasion de l’écouter au Salon du Bleu Café, en co-plateau avec Morgoran.

A lire aussi: Morgoran, le Bob Dylan suisse romand

Un nom d’artiste intrigant, ponctué d’espaces: s e l e n n. Un univers musical envoûtant, se situant entre la pop aérienne, l’électro douce et la chanson française. Des textes en français, ce qui n’est pas une dimension à minimiser chez cet auteur-compositeur-interprète fribourgeois de trente ans. Tant nombreux sont les jeunes artistes à préférer à la langue de Molière le parler non pas de Shakespeare, mais celui, américanisé, du commerce international!

Continuer la lecture de s e l e n n, un ovni sur la scène musicale des jeunes artistes romands

Le nouveau McCartney: un chef-d’œuvre, vraiment?

Le Regard Libre N° 43 – Jonas Follonier

Paul McCartney, l’ancien bassiste du mythique groupe The Beatles, s’est imposé depuis longtemps en solo comme une icone de la pop britannique. Son nouvel album, Egypt station, se trouve en tête des ventes aux Etats-Unis. Se joignant à cette reconnaissance populaire, les médias eux aussi saluent le génie du rockeur anglais. Cette unanimité des journalistes est-elle justifiée? La tentation est trop forte, quand on a affaire à une telle star, de partir de l’idée présupposée que tout album ne peut être qu’un chef-d’œuvre.

Continuer la lecture de Le nouveau McCartney: un chef-d’œuvre, vraiment?

Sion à nouveau sous les étoiles

Le Regard Libre N° 41 – Jonas Follonier et Loris S. Musumeci

Pour sa cinquième édition, le festival Sion sous les étoiles a réuni une fois de plus de grands artistes issus des différents genres populaires. Fraissinet et Julien Clerc en firent partie. Retour sur cette soirée du vendredi 13 juillet.

Si les spectateurs se sont déplacés de toute la Romandie, l’ambiance de ce rendez-vous musical est bien valaisanne. Plus d’œnophiles que de mélomanes peuplent la plaine de Tourbillon où vont se produire des artistes de qualité. Sous un soleil de plomb, des visages souriants, parfois violacés. Une joie de vivre entre épicurisme et beauf-attitude, nous rappelant la soirée christique du concert donné par Johnny Hallyday il y a deux ans, au même endroit. Cette année, les écrans publicitaires ont d’ailleurs projeté un hommage au rockeur, avec une belle image du septuagénaire accompagnée sobrement de la mention de ses trois venues à Sion, en 1999, 2006 et 2016. Continuer la lecture de Sion à nouveau sous les étoiles

Paolo Conte a enchanté l’Auditorium Stravinski, suivi par Etienne Daho

Montreux Jazz Festival – Jonas Follonier

C’est toujours une expérience très forte de vivre la soirée d’ouverture du Montreux Jazz Festival, dans l’Auditorium Stravinski, réputé pour son acoustique exceptionnelle. Cette année, ce sont les artistes Paolo Conte et Etienne Daho qui ont eu l’honneur d’ouvrir les feux du festival.

Continuer la lecture de Paolo Conte a enchanté l’Auditorium Stravinski, suivi par Etienne Daho

Stephan Eicher et Martin Suter, « Song Book »

Les mélodies du jeudi – Alexandre Wälti

Un article également disponible sur LeMurDuSon.ch

Depuis quelques semaines, je l’écoute en boucle. Les Suisses romands se demandent sans doute pourquoi. Et bien, c’est simple : c’est beau. Musicalement, les dix-sept morceaux de Song Book sont d’une grande richesse instrumentale et les textes, d’une inventivité folle.

Continuer la lecture de Stephan Eicher et Martin Suter, « Song Book »

Leif Vollebekk, « Twin Solitude »

Les mélodies du jeudi – Alexandre Wälti

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

La mélancolie, c’est vrai. Nous pouvons l’entendre dans la musique de Leif Vollebekk. Mais pas seulement. Il y a surtout une maîtrise du groove qui n’est pas commune chez les songwriters. Le Canadien m’est tombé une première fois dans les oreilles en 2010 avec l’album intimiste Inland. Heureusement !

Je réécoute souvent Inland avec beaucoup de plaisir. Quand j’ai besoin d’authenticité musicale. Quelque chose de l’ordre de l’inachevé le caractérise encore aujourd’hui, peut-être le charme du premier album. La guitare acoustique n’y est pas dissimulée derrière des arrangements trop précis. Elle est brute et parfois imparfaite.

Continuer la lecture de Leif Vollebekk, « Twin Solitude »

Stephan Eicher au Théâtre de Beausobre

Le Regard Libre N° 37 – Alexandre Wälti et Hélène Lavoyer

Sur la scène en pagaille où se mêlent instruments et confettis, quelques chaises désordonnées attestent d’un remue-ménage nocturne. Près du jukebox, un homme semble dormir sur un banc. Une guirlande d’ampoules de couleur pend par-dessus lui. Sur les notes d’un accordéon automatique, une deuxième personne entre en scène, balaie les confettis entre une échelle et une flopée d’instruments. Le tuba est posé au milieu de la scène, un trombone patiente avec deux guitares électriques près du piano et l’indispensable batterie attend au fond à droite.

La scène ressemble à un lendemain de carnaval dans un bistrot où s’est endormi un dernier client. C’est assez à l’image de la musique balkanique du Traktorkestar, bordélique et folle, qui partage l’affiche avec Stephan Eicher et la beatboxeuse Steff La Cheffe. A entendre les sifflements et le tonnerre d’applaudissements qui le portent sur scène, on pourrait croire à un public adolescent devant l’idole du moment. Mais à cinquante-sept ans, l’homme a déjà fait ses preuves et rassemble un public fidèle depuis son album de 1983, Les Chansons Bleues. Des Alémaniques et des Romands se tiennent là, dans le vaste Théâtre deBeausobre, prêts à danser et chanter.

Continuer la lecture de Stephan Eicher au Théâtre de Beausobre

Ariel Pink, « Dedicated to Bobby Jameson »

Les mélodies du jeudi – Jorris Sermet

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

Je ne sais pas quand ni où vous lirez cet article, cela a peu d’importance de toute manière, mais si vous ne connaissez pas Ariel Pink, branchez votre meilleur sonotone et laissez-vous emporter dans l’un des meilleurs univers pop et indie rock du moment.
Continuer la lecture de Ariel Pink, « Dedicated to Bobby Jameson »

Calogero, la nouvelle référence de la pop française

Le Regard Libre N° 32 – Jonas Follonier

Dans la génération des baby-boomers, c’est lui qui mène la danse de la chanson française actuelle. Son nouvel album, très pop, continue sur la lancée du précédent et dévoile un artiste totalement maître de son art. Calogero, l’un de nos coups de cœur musicaux.

Né en Isère en 1971, Calogero Joseph Salvatore Maurici s’est imposé dans le monde de la variété française avec son deuxième album solo, Calogero, sorti en 2002. Cet opus contenant le célèbre En apesanteur annonçait le style de l’artiste, qui n’hésite pas à utiliser sa voix de tête dans les refrains. Guitariste, bassiste et pianiste, Calogero s’inscrit dans la pop rock française qui privilégie les mélodies.

« Liberté chérie » et amour chéri

Avec Liberté chérie sorti le 25 août dernier, Calogero livre un album extrêmement abouti, poursuivant la parfaite identité artistique de son dernier en date, Les Feux d’artifice. Des refrains aériens, des arrangements fournis, une basse créatrice, on reconnaît Calogero et son génie dès le premier morceau, Voler de nuit. Cette chanson a d’ailleurs une tonalité très polnarévienne, autant dans la manière dont le refrain est chanté que dans la mélodie et même les paroles. « Derrière chaque maison, des gens rêvent, des gens s’aiment. C’est beau comme vu d’avion, on a l’air tous les mêmes. » On se croirait dans Holidays. Continuer la lecture de Calogero, la nouvelle référence de la pop française