Ah ! le tourisme d’achat

Le Regard Libre N° 12 – Nicolas Jutzet

Ah ! le tourisme d’achat, ce sujet polémique par excellence. En tant qu’habitant d’un canton qui partage sa frontière avec la France, j’y suis sans cesse confronté. Les arguments fusent, les débats se tendent, les « touristes » sont vites taxés de mauvais patriotes, qui mettraient l’économie suisse à mal. Pourtant, dans le camp adverse, on défend mordicus qu’après tout, il est logique et légitime de vouloir payer moins cher ses achats quand l’occasion se présente à une si courte distance. Dans les lignes qui suivent, je me permets un modeste décryptage, dans le but de permettre à chacune et chacun d’avoir une partie des tenants et des aboutissants au moment d’affronter ses responsabilités de consommateur. Alors docteur, c’est grave le tourisme d’achat ?

Déjà sensible avant janvier 2015, le sujet s’est définitivement installé dans les débats depuis l’abolition du taux plancher. La force du franc pénalise certes fortement les exportations, mais de l’autre côté il favorise le Suisse face aux vendeurs étrangers. De facto, l’annonce du 15 janvier fait des heureux dans les ménages. Les individus qui font, chaque weekend ou occasionnellement, le déplacement en France, en Allemagne ou encore direction l’Italie, sont les vainqueurs opportunistes de la décision de la BNS. Cette aubaine se traduit par une explosion du volume des achats hors frontières. En face, on s’affole. On crie au loup. Qui a tort, qui a raison ? Penchons-nous sur les arguments des deux camps.

Nos places économiques (Genève, Zurich, Bâle, Lausanne, Lugano) sont toutes relativement proches de la frontière, ce qui fait de notre pays un « candidat » de choix au tourisme d’achat. Cette proximité est explicitée par la revue « Vie économique » qui déclare que 73 % des Suisses peuvent rallier un supermarché étranger en une petite heure ! La tentation est grande. Trop ?

En premier lieu, il est important de rappeler que le phénomène trahit un problème de riches. Celui du fameux « îlot de cherté » suisse. Car seule une différence de prix importante justifie le déplacement en pays voisin. Cette différence s’explique notamment par la relative faiblesse de la concurrence en Suisse et le protectionnisme qui force les grands distributeurs à acheter, pour un prix hors-marché, des produits agricoles indigènes. Mais outre pour sa capacité à proposer des prix attractifs, il faut féliciter la plus grande flexibilité des horaires d’ouverture dans les pays limitrophes. Quand nos commerces montrent généralement portes-closes dès 18h le samedi, ils continuent de tourner jusqu’à tard le soir de l’autre côté de la douane. Sans parler du dimanche. Cette concurrence exacerbée force les entreprises suisses à adapter, dans la mesure du possible, leur offre. Ce qui sera hautement bénéfique à tous les consommateurs, à condition d’assouplir les règles concernant les horaires d’ouverture et de mettre un terme à un protectionnisme injustifié.

Les représentants de l’économie suisse chiffrent les conséquences du tourisme d’achat à la destruction de 20’000 emplois, et ce rien que pour les deux dernières années. Forcément, la désertion des commerces helvétiques conduit à des baisses de chiffre d’affaire qui mènent à des licenciements mettant en difficulté des employés souvent peu formés – et donc difficilement ré-employables – ou encore des étudiants très présents parmi les travailleurs du samedi. Ceci entraîne une perte de pouvoir d’achat, qui affecte le reste de l’économie. Contrebalançons toutefois cette perte avec le gain de pouvoir d’achat qu’entraînent les emplettes faites à l’étranger. Quand on paie moins, il nous reste automatiquement plus à dépenser en loisir et autres charges payées sur sol suisse.

Non seulement le tourisme d’achat détruit des emplois sur nos terres, mais il est contre productif pour les entreprises à l’étranger. Oui, les mêmes qui voient pourtant le nombre d’acheteurs affluer les weekends. L’explication de ce paradoxe est simple : le même produit rapporte une marge faible en France, de ce fait, même vendu en plus grand nombre il est moins rémunérateur que s’il était écoulé en Suisse.

En conclusion, le tourisme d’achat est stimulant pour l’économie suisse qui se doit de réagir, et reste par conséquent en alerte ; or les conditions cadres n’étant pas les mêmes en Suisse et dans les pays voisins, cette concurrence déloyale est destructrice pour tous, sur le long terme. Le monde politique doit prendre au sérieux le problème et déréglementer le marché en conséquence, faute de quoi le fossé continuera à se creuser. Le protectionnisme et la mise en place de barrières douanières sont des mesures cosmétiques qui ne servent, au mieux, que sur un laps de temps restreint. La solution passe par un marché plus libre.

Finalement, la question des achats à l’étranger relève non seulement de la logique économique, mais également du choix philosophique. Dois-je penser à mon cas personnel ou à la globalité de la société ? Privilégier mon bonheur instantané ou participer à l’effort collectif ? Avoir un salaire de suisse mais les dépenses d’un Français, soit le beurre et l’argent du beurre ? La notion de liberté, reprise dans le sens de la liberté de consommation et d’entreprendre dans ce papier, sous-entend toujours une responsabilité. Ne l’oublions jamais.

Ecrire à l’auteur : nicolas.jutzet@leregardlibre.com

Crédit photo : © RTS

Une réflexion sur « Ah ! le tourisme d’achat »

  1. Très intéressant, cet article, merci. Comme vous le dites, les touristes sont vite taxés de mauvais patriotes. Etonnamment les personnes qui passent leurs vacances à l’étranger (wellness en Autriche, Skier en France, …) ne sont jamais montrées du doigt. Le tourisme suisse souffre aussi!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s