«Voyage à Yoshino (Vision)»: un shinrin-yoku

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Alors que la fin de l’été approche, Jeanne (Juliette Binoche) s’envole pour le Japon. La raison de ce périple est une plante rare aux vertus prétendument miraculeuses: la vision. Celle-ci aurait comme propriété de mettre un terme aux douleurs humaines et se trouverait dans la magnifique forêt de Yoshino. Alors qu’elle mène ses recherches, Jeanne fait la rencontre de Tomo (Masatoshi Nagase), un garde forestier en qui elle revoit un amour passé.

Avec Voyage à Yoshino, Naomi Kawase (Les Délices de Tokyo,  Still the Water) nous livre un film d’une somptueuse beauté. En troisième personnage de cette ode à la nature, les arbres et leurs longs troncs noueux sont filmés avec délicatesse et une profonde sensualité. La couleur changeante de leur feuillage symbolisant le temps qui passe, l’éphémère, le Mono no aware japonais. Et, à travers eux, à travers cette nature éclatante que le vent et la pluie subliment, le voyage peut alors commencer. Un voyage vers l’ailleurs.

Car c’est dans ce temple aux vivants piliers que Jeanne entame ses recherches. Des recherches qui la feront naviguer dans le temps, dans les chambres de ses souvenirs, dans ses rêves aussi. Et à l’image des racines des arbres ou de leur couronne, ces récits s’entremêlent, se chevauchent, formant un voyage initiatique noueux, brumeux. Dans ces pérégrinations, Jeanne y revoit un amour de jeunesse perdu et un souvenir qui la hante, celui d’un enfant qu’elle aurait abandonné. Ou est-ce le regret d’un monde possible qui s’est refermé? Est-ce réel? Ou est-ce l’incarnation des peurs de Jeanne?

Voilà ce qu’est Voyage à Yoshino, un voyage initiatique entre souvenir et mémoire, entre rêve et réalité, un véritable shugendō. Un périple qui se fait au milieu des âmes, celles des plantes, des arbres, des animaux – que l’on chasse avec déférence – et celle des hommes partis trop tôt.

Ecrire à l’auteur: thierry.fivaz@leregardlibre.com

Crédit photo: © Filmcoopi Zurich

VOYAGE A YOSHINO
Japon, France, 2018
Réalisation: Naomi Kawase
Interprétation: Juliette Binoche, Masatoshi Nagase
Production: Slot Machine, LDH Japan (JP), Kumie (JP)
Distribution: Filmcoopi Zürich AG
Durée: 1h49
Sortie: 4 décembre 2018

Laisser un commentaire