Archives par mot-clé : cinéma français

«Le Mystère Henri Pick»

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier et Lauriane Pipoz

Le mystère Henri Pick est une adaptation cinématographique du roman éponyme de David Foenkinos. Celui-ci raconte l’histoire d’un roman (encore un) dont l’auteur serait un illustre inconnu, décédé quelques années plus tôt. Rémi Bezançon signe un film réussi comptant sur la présence de Fabrice Luchini et Camille Cottin.

Lire la critique

Franck Dubosc, le plus beauf des beaufs, dans «All Inclusive»

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Dans All inclusive, Franck Dubosc incarne plus que jamais le personnage de beauf qu’il est devenu. Le film, avec ses défauts, épouse à merveille la beaufitude et fait passer un très bon moment aux spectateurs. Une réussite.

Lire la critique

«Les Estivants» du cinéma

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Les Estivants, avec Pierre Arditi, est une comédie dramatique qui n’a de français que son origine. Les éléments pour faire de ce film une référence sont absents, même si le spectateur pourra tout de même passer un bon moment. Verdict.

L’introduction du film le dit d’emblée: «Le divorce est la pire blessure que la vie peut nous infliger.» La tragédie du divorce est un thème clef dans ce drame français dont le caractère alléchant de l’affiche est assuré par la participation de Pierre Arditi. L’histoire se déroule sur la Côte d’Azur, où Anna et sa fille rejoignent leur grande famille pour des vacances. Sauf que le mari d’Anna, lui, ne vient pas. Il la quitte, sans le lui dire vraiment encore. Il doit réfléchir. Anna, déjà fragile, se retrouve folle au milieux d’autres fous, avec des secrets de famille qui resurgissent. D’une façon quelque peu originale.

Continuer la lecture de «Les Estivants» du cinéma

Hervé Mimran: «Luchini sur le plateau de tournage, un vrai bonheur»

Le Regard Libre N° 45 – Loris S. Musumeci

Hervé Mimran est scénariste et cinéaste. Avec Un homme pressé, il présente au public l’histoire, inspirée de faits réels, d’un grand patron qui d’un jour à l’autre perd une partie de son langage et de sa mémoire. Le film, déjà couronné de succès, peut compter sur des acteurs de qualité comme Fabrice Luchini et Leïla Bekhti. Rencontre dans un hôtel lausannois.

Continuer la lecture de Hervé Mimran: «Luchini sur le plateau de tournage, un vrai bonheur»

Rencontre avec Mikhaël Hers, réalisateur d’«Amanda»

Le Regard Libre N° 45 – Loris S. Musumeci

Mikhaël Hers en est à son troisième long-métrage. Déjà très apprécié, il est promis à une carrière toujours plus florissante dans le septième art. Aujourd’hui, le cinéaste nous présente Amanda, qui place son action dans un Paris victime d’un horrible attentat, actualité de ces dernières années oblige. David, vingt-quatre ans, y perd sa sœur, et se voit soudain en père improvisé de sa nièce, la petite Amanda. La situation est loin d’être facile, et pourtant les deux vont apprendre à vivre ensemble, comme père et fille. En somme, le film est simplement beau et bouleversant. Rencontre avec son réalisateur.

Loris S. Musumeci: Comment en êtes-vous venu à faire du cinéma?

Continuer la lecture de Rencontre avec Mikhaël Hers, réalisateur d’«Amanda»

«Rémi sans famille» ni génie

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Antoine Blossier livre une pâle copie des Choristes de Christophe Barratier. L’histoire de l’orphelin existe au moins depuis le XVIIe siècle et la retranscription de contes oraux par Charles Perrault. Pensons au Petit Poucet. Autrement dit, si l’on met en images ce lieu commun, alors il faut le faire avec des yeux nouveaux et de manière innovante. Rémi sans famille est même trop mal réalisé pour n’être juste qu’un beau et touchant film de fin d’année.

Continuer la lecture de «Rémi sans famille» ni génie

«Pupille»: l’adoption ou la promesse de l’aube

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Une jeune femme (Leïla Muse) se présente seule à l’accueil d’un hôpital d’une ville française. Elle est enceinte. De combien de semaines exactement? Elle l’ignore. Elle n’a pas voulu de suivi de grossesse. Ce qu’elle sait en revanche, c’est que son accouchement est imminent et que l’enfant qu’elle est sur le point de mettre au monde, elle n’en veut pas. Cet enfant, elle lui donne un nom: Théo. En l’état, le nourrisson ne peut être adopté. Durant deux mois, sa génitrice peut en effet revenir sur sa décision. Il faut donc lui trouver une famille provisoire avant que le Service d’adoption puisse lui trouver, enfin, de vrais parents.

Continuer la lecture de «Pupille»: l’adoption ou la promesse de l’aube

«Voyage à Yoshino (Vision)»: un shinrin-yoku

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Alors que la fin de l’été approche, Jeanne (Juliette Binoche) s’envole pour le Japon. La raison de ce périple est une plante rare aux vertus prétendument miraculeuses: la vision. Celle-ci aurait comme propriété de mettre un terme aux douleurs humaines et se trouverait dans la magnifique forêt de Yoshino. Alors qu’elle mène ses recherches, Jeanne fait la rencontre de Tomo (Masatoshi Nagase), un garde forestier en qui elle revoit un amour passé.

Continuer la lecture de «Voyage à Yoshino (Vision)»: un shinrin-yoku

«Les chatouilles» ou la pédophilie montrée à l’écran

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Un ami de la famille, qui s’en méfierait? Gilbert est un bon type, plaisantin, travailleur, attentionné, surtout envers Odette, la petite. Elle a des yeux d’ange, des cheveux dorés. Elle prend des cours de danse et se rêve grande danseuse étoile. Gilbert est tellement «fier d’elle». Au point que, lorsqu’il se retrouve seul avec elle dans sa chambre, il va lui proposer un jeu étrange. «Et si on jouait à la poupée, Odette? Mais en vrai. Toi, tu serais la poupée, et moi, la petite fille. Va enlever tes habits dans la salle de bain.» Et le cycle infernal des «chatouilles» est lancé. On parle d’une fille de huit ans.

Continuer la lecture de «Les chatouilles» ou la pédophilie montrée à l’écran

«Un homme pressé», l’art du chef-d’œuvre

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Fabrice Luchini endosse dans ce nouveau film d’Hervé Mimran le rôle d’un homme d’affaires surchargé, toujours en mouvement, entre réunions de travail et conférences, un homme à la course, comme une automobile, domaine dans lequel il a d’ailleurs fait carrière suite au décès de son épouse. Bref, c’est un homme pressé. Un beau jour, il est victime d’un AVC. Sa vie change: des troubles du langage et de la mémoire vont désormais le forcer à réapprendre à parler avec une orthophoniste. C’est la rencontre avec cette femme, Jeanne (Leïla Bekhti), qui va l’aider à non seulement retrouver la maîtrise de la parole, mais aussi à reconnaître ses erreurs du passé et rattraper le temps perdu.

Continuer la lecture de «Un homme pressé», l’art du chef-d’œuvre