Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Faut-il assassiner Poutine? Telle est la question (littéraire)
Littérature

Critique

Faut-il assassiner Poutine? Telle est la question (littéraire)

par Diana-Alice Ramsauer
0 commentaire
volodia

Posons d’emblée le cadre. Le titre est littéraire. Et non littéral. Reste que le roman Volodia – diminutif de Vladimir – traite bien des moyens de supprimer l’homme d’Etat. Quatre scénarios sont proposés. Au lecteur de choisir. Action cathartique par excellence.

Volodia doit-il être dévoré par un crapaud aux bras de femme? Ecartelé par les parties génitales? Noyé devant l’Assemblée générale des Nations unies? Ou servi en brochette à Matteo, Solovyev et l’ami hongrois? Dans la fiction de l’auteur tchèque André Ourednik, qui est également chargé de cours à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et à l’Université de Neuchâtel, quatre scientifiques testent des solutions de mise à mort. 

Chacun des scénarios est expérimenté sur des cerveaux clonés de Volodia. Volodia pour Vladimir: Vladimir Poutine, devine-t-on rapidement. Et on s’en doute, le héros et méchant de l’histoire s’offusque. «Le double standard de l’Occident!» se défend-il. Pour lui, ces procédés montrent le vrai visage de la démocratie surlibérale. «Les droits humains par-ci, la libre expression par-là. Bah! Qui est dupe! En vérité, on me trahit! on m’encercle! on me résiste! on me bat! on m’ignore! on m’assassine! Vous restaurez donc la peine de mort.»

L’homme nouveau

Vraiment? La peine capitale? Non. Car il ne s’agit pas d’une exécution sommaire. Mais bel et bien d’un sacrifice humain. «Sa mort [doit] servir de point final sur des millénaires d’histoire pervertie», nous dit-on. Il s’agit d’une rupture: «La fin d’une époque, la fondation psychosomatique d’une posture nouvelle».

Alors on cherche la meilleure manière de marquer le coup. Les scientifiques dissertent. Il s’agit entre autres d’anéantir un système de masculinité toxique, mais il ne faut pas reproduire les agissements critiqués de l’ancien monde. Ainsi, certains chercheurs n’adhèrent pas au fait de «couper les couilles» aux vilains. En aucun cas, l’acte ne devrait ressembler à une vengeance. 

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

Il n’est pas non plus envisageable de présenter la mort comme une forme de retour à la terre, à Gaïa. Toute métaphore maternelle du sein nourricier ou de labyrinthes souterrains pour l’utérus est donc inopportune. La fin ne doit pas s’apparenter à un cycle de vie. Rien ne doit laisser penser à un pardon, à une rédemption.

Qui, combien et comment

La question est bien de savoir comment mettre un terme à la vie de Volodia. Reste qu’on le comprend petit à petit, ce chef d’Etat ne semble pas le seul à devoir être sacrifié. L’objectif est d’en «traiter un par continent», nous dit-on. D’ailleurs, un certain Jair y serait déjà passé. On est alors en droit de se demander si ces mises à mort permettent vraiment la transition. Si le processus doit se répéter, la question n’est pas «comment» on doit les occire, mais «combien» il faut en éliminer.

Habitué à mêler sciences (fiction) et problématiques contemporaines, André Ourednik présente un petit conte dégoûtant, mais méchamment cathartique. Volodia soulage face à l’impuissance. Un livre à mettre entre les mains de toute personne que l’on aura entendu dire «il faut zigouiller Poutine». A condition qu’elle soit capable de distance.

Ecrire à l’auteur: diana-alice.ramsauer@leregardlibre.com

Vous venez de lire un article en libre accès. Débats, analyses, actualités culturelles: abonnez-vous à notre média de réflexion pour nous soutenir et avoir accès à tous nos contenus!

volodia

André Ourednik 
Volodia 
Editions La Baconnière 
2023 
120 pages 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl