«Aline»: Le biopic en trompe-l’œil

Les mercredis du cinéma Fanny Agostino

On la savait fan inconditionnelle, on n’attendait pas un tel hommage. Valérie Lemercier s’offre, pour son sixième long-métrage, la réalisation et le scénario (co-écrit avec Brigitte Buc) d’un film consacré à la vie de Céline Dion. Déjouant la structure attendue du «biopic-oscarisé», Aline se veut un savant mélange entre vérité et fantasmes. Décalé et inattendu… mais est-ce suffisant?

Le couple «Dieu» élève ses treize enfants dans une petite bourgade à quelques kilomètres de Montréal. Sur la sellette, arrive un quatorzième enfant prénommé Aline. Le titre de Christophe remplace l’anecdote véridique de la «Céline» de Hugues Aufray, anachronique puisque le titre sort en 1966 alors que Céline a en réalité 11 ans. Très vite, les capacités vocales de la petite dernière font mouche. Le weekend, la fillette se produit dans le bistrot familial. Les clients se pressent pour entendre la voix d’or de cette gamine qui rêve de devenir une star, et qui tapisse sa chambre d’affiches de ses idoles. Aline possède cette voix qu’elle ne travaille jamais: un diamant brut, un don de «Dieu». Très entourée et soutenue par sa famille, celle-ci ne veut pas en faire une bête de foire qui reprendrait les tubes. A l’unisson, ils décident de lui écrire sa propre chanson. Sur un coup de tête, son grand frère envoie une maquette à un certain Guy-Claude (Sylvain Marcel) producteur montréalais qui vient d’être lâché par Ginette Reno, sa vedette de l’époque. La suite, nous la connaissons tous….

Publicités

Un décalage bienvenu

Dans la structure, rien de bien innovant. Le film s’ouvre sur une séquence où la star se fait muse. Mise en abîme de la star au sommet, protégée d’une paire de lunettes aux verres teintés, casque sur les oreilles, allongée avec ses jumeaux dans un lit drapé de blanc. Le calme après la tempête. Le récit bascule alors sur la rencontre des parents d’Aline.  

La proposition de Lemercier casse les codes dans la partie consacrée à l’enfance de la star québécoise. Plutôt que de renforcer l’illusion fictionnelle, le visage de Valérie Lemercier est superposé sur le corps d’enfant de la petite Aline. Un décalage drôle et bien trouvé qui évite de plonger le récit dans une partition mièvre et convenue de l’enfance «pure», comme pour rappeler au spectateur que le film ne prend pas l’exercice trop au sérieux. Un encart est d’ailleurs présent au tout début du film: il ne s’agit pas du récit de la vie de Céline Dion mais bien d’une fiction qui s’en inspire. Si cela peut paraître dérisoire à certains yeux, cela a tout de même le mérite d’exhiber le décalage. Un film hommage avec certaines libertés plutôt qu’un biopic qu’il faudrait scanner au détecteur de mensonge.

Publicités

Un film émotionnel… mais répétitif

Il ne faudrait pourtant pas éluder le travail entrepris par les interprètes. Le film offre une pléthore de séquences dédiées aux apparitions télévisées et aux concerts de la chanteuse. Par exemple, sa seconde apparition en France prend pour cadre l’émission «Champs Elysées». Intronisée par Michel Drucker, elle porte un costume reproduit à l’identique, comme le sont les paroles prononcées par le présentateur. Ou encore l’anecdote racontée en 1998 sur l’arrêt cardiaque de René Angélil dans un talk-show canadien.

A lire aussi | Music of my life, le biopic musical de trop

Ces moments mimétiques sont d’ailleurs le talon d’Achille du film. Anecdotiques et souvent superflus, ils s’insèrent dans le film comme des scénettes et font oublier la distance et la liberté que Lemercier revendiquait avec son sujet. On remarque tout de même que ces séquences sont une mise en abyme de ce que deviendra le quotidien de la star québécoise à partir des années 2000. Extérieure au monde, elle se métamorphose en bête de scène au sens propre en signant un contrat au Caesars Palace, où elle se produira des milliers de fois à un rythme effréné.

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

Malgré ces quelques répétitions, le scénario centré sur l’histoire d’amour interdite entre la chanteuse et le producteur de plus de vingt ans son aîné est loin de se fondre dans ce travers. Sans piétiner la vie privée de l’artiste, Lemercier évoque les coulisses de cette histoire hors norme avec finesse et bienveillance. La mère protectrice s’y oppose fermement. Guy-Claude s’éloigne de sa protégée et disparaît même de sa vie… jusqu’à ce que les deux amoureux se retrouvent secrètement à Dublin, lors de l’Eurovision qui marque le début de la carrière internationale de l’artiste.

La prise de distance de «Aline» vis-à-vis du biopic est une audace. L’essai aurait cependant mérité d’être concrétisé en prenant quelques risques supplémentaires. Si Céline Dion ne s’est pas encore manifestée malgré les lettres et les appels de Valérie Lemercier concernant ce film, elle ne pourra être que reconnaissante que sa carrière soit récompensée par la consécration et la dévotion de ses fans.

Ecrire à l’auteure: fanny.agostino@leregardlibre.com

Crédits photos: © Jean Marie Leroy Ascot Elite Entertainment Group

Laisser un commentaire