Archives par mot-clé : fanny agostino

«Aline»: Le biopic en trompe-l’œil

Les mercredis du cinéma Fanny Agostino

On la savait fan inconditionnelle, on n’attendait pas un tel hommage. Valérie Lemercier s’offre, pour son sixième long-métrage, la réalisation et le scénario (co-écrit avec Brigitte Buc) d’un film consacré à la vie de Céline Dion. Déjouant la structure attendue du «biopic-oscarisé», Aline se veut un savant mélange entre vérité et fantasmes. Décalé et inattendu… mais est-ce suffisant?

Lire la critique (en libre accès)

«Illusions perdues»: Youtube et son contenu sponsorisé n’a rien inventé

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

Les costumes et le goût du bon mot asséné ne nous tromperont pas. L’adaptation des Illusions perdues réalisée par Xavier Giannoli rayonne par ses allures de grand spectacle et son casting éblouissant. Un vrai coup de force alors que le modèle de l’adaptation de grand classique se fait rare. Un bon décrassage des idées reçues sur l’exercice.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Cette musique ne joue pour personne»: laissez-nous être des sauvages en paix!

Les mercredis du cinéma – Alice Bruxelle

Comédie dont la radicalité ne repose que sur son message tristement consensuel, Cette musique ne joue pour personne avait-elle prévu le caractère prémonitoire de son titre? Sorti le 29 septembre dernier, le nouveau film réalisé par Samuel Benchetrit réunit un casting tonitruant qui ne laisse aucun souvenir tangible après son passage.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Dune»: Villeneuve réhabilitera-t-il l’échec de Lynch?

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

La malédiction serait-elle sur le point de prendre fin? L’énième tentative d’adaptation cinématographique du roman de Frank Herbert, Dune, pourrait être la bonne. Adulée par les adeptes de science-fiction, cette fable écologique et politique écrite en 1965 pourrait avoir trouvé son élu en la personne de Denis Villeneuve. Mais pouvons-nous vraiment en être certains après cette première partie qui est sortie ce mercredi 15 septembre dans les salles? 

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Les Fantasmes» stimulent la Foenkinosphobie

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

Bientôt aussi populaire que les frères Bogdanoff, la fratrie Foenkinos récidive. La thématique «osée» et le casting prolifique de leur nouvelle comédie ne suffiront pas à émoustiller outre la curiosité du spectateur. Effleurant son sujet, ce catalogue de fantasmes sexuels ressemble aux prospectus des supermarchés: un choix de promotions sans once de liberté.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Lara Jenkins»: l’exigence ordinaire

ARTICLE LONG FORMAT, Fanny Agostino | Dans l’univers élitiste des musiciens, l’austérité va-t-elle de pair avec l’exigence? Avec Lara Jenkins, Jan-Ole Gerster suit le quotidien d’une sexagénaire aigrie en quête de rédemption. Le jour de son anniversaire, son fils Viktor s’apprête à donner un récital afin de présenter ses nouvelles compositions. En froid avec sa progéniture – ou plutôt en gel intersidéral – cette marâtre décide d’acquérir la vingtaine de billets restants et se donne pour mission de les distribuer avant le début de l’événement. Les Jenkins seront-ils réconciliables?

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«La Cravate»: les idées sacrifiées

Les mercredis du cinéma– Fanny Agostino

Ah, les affiches de campagne. Municipales, fédérales ou présidentielles, elles ont toutes en commun ces quelques traits: grand sourire, regard tourné vers l’horizon, arrière-plan neutre, slogan inspiré par un semblant de renouveau et de belles promesses. Mais vous êtes-vous déjà interrogé sur la vie des petites mains qui ont imprimé, distribué puis collé ces affiches? Mathias Théry et Etienne Chaillou se sont intéressés à la cuisine interne des partis politiques français. En suivant l’itinéraire d’un militant du Front National avant et après la campagne de 2017, ce documentaire surprend. Il évite en effet les clichés et les idées reçues de ces vies minuscules condamnées à vivre dans l’ombre du jeu politique et de ses cercles privilégiés.  

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Shadow Game»: la réalité des mineurs clandestins

Les plateformes ciné du samedi – Fanny Agostino

Après leur moyen-métrage De deal (2018) consacré à l’accord passé entre l’Union européenne et la Turquie pour contrôler les flux migratoires entre les îles grecques et l’Anatolie, le tandem hollandais formé par Eefje Blankevoort et Els van Driel continue son examen de la question migratoire à travers sa dimension humaine et sociale. Enquêtrices de terrain, elles nous invitent à comprendre et à suivre le pari dangereux que se sont lancé de jeunes adolescents. Une aventure sans retour que ces derniers nomment «the walking game»: un défi consistant à franchir les frontières ultra sécurisées de la route des Balkans pour rejoindre l’Europe. A n’importe quel prix. Un regard inédit sur les migrants mineurs non accompagnés et leur parcours.

Lire la critique (en libre accès)

«Yalda», quand la téléréalité révèle les coutumes

Les mercredis du cinéma – Fanny Agostino

Le nom de Massoud Bakhshi ne nous est pas familier. Pourtant, le second long-métrage de ce réalisateur iranien pourrait l’imposer dans le champ cinématographique mondial. Après s’être emparé du fossé culturel entre l’Europe et l’Iran à travers la trajectoire d’un universitaire dans Une famille respectable (2012), Bakhshi s’inspire d’un programme télévisé iranien nommé «Lune de miel». Celui-ci permettait à des individus condamnés à mort d’être graciés par la famille de la victime en direct. Sur le modèle de The Voice, le public pouvait se saisir de son téléphone et juger de la sincérité de l’acte de repentance du criminel. Si le cinéaste nous expose un univers dont notre lecture sera forcément dystopique, les codes et les pratiques iraniens sont découverts par le prisme de la téléréalité et permettent d’accéder à une réalité culturelle invisible au cinéma.

Lire la critique (en libre accès)

«Idiot Prayer : Nick Cave Alone at Alexandra Palace», la grâce comme horizon

ARTICLE LONG FORMAT, Fanny Agostino | Longtemps peu enclin à répondre aux questions des journalistes, Nick Cave s’inspire de conversations avec son public pour repenser quarante ans de carrière sous la forme piano-voix. L’australien dispense un récital solitaire en toute transparence. Une confidence magnifique, sans échappatoire et sans tricherie.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement