Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Quentin Mouron: «Le poète pleure quand le publicitaire chouine»
Littérature

Chronique

Quentin Mouron: «Le poète pleure quand le publicitaire chouine»2 minutes de lecture

par Quentin Mouron
0 commentaire
Quentin Mouron © Nathanaël Schmid pour Le Regard Libre

Chaque mois, retrouvez la chronique d’une des personnalités qui nous font le plaisir de prendre la plume en alternance. Dans son billet, l’écrivain Quentin Mouron explore un thème d’actualité avec son tranchant habituel.

«Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit». Ainsi commence le vingtième poème d’amour de Pablo Neruda. C’est que tout poète a intimement affaire à ces deux éléments, la tristesse et la nuit, et qui sont la peinture dans laquelle il trempe ses pinceaux pour en tirer ses toiles les plus émouvantes. Le poète se plaint, le poète pleure – et avec lui, c’est toute l’humanité qui se plaint et qui pleure, et qui s’en trouve ainsi plus humaine. «J’ai imploré l’amour d’une douleur sonnante», écrit Maïakovski, rappelant ainsi que la nuit le poète n’est pas triste sans raison; il l’est bien souvent d’avoir aimé, de ne plus aimer, de

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Si vous avez un compte, connectez-vous. Sinon, découvrez nos différentes formules d'abonnements et créez un compte à partir de CHF 2.50 le premier mois.

Vous aimerez aussi

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl