Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Alain Soral, d’«extrême droite» et puis c’est tout?
France

Analyse

Alain Soral, d’«extrême droite» et puis c’est tout?

par Antoine Menusier
0 commentaire

Le polémiste condamné pour antisémitisme, désormais poursuivi pour racisme, est-il vraiment l’exemple type du penseur d’ultra-droite? N’y a-t-il pas aussi un peu de gauche dans son brouet? Des enjeux pour la définition des extrêmes, à l’heure d’un progressisme aux accents parfois totalitaires. 

L’idéologue français Alain Soral, qui se voit comme un proscrit et pense comme tel, a été à nouveau mis en examen le 30 juillet. Toujours au même titre, incitation à la haine raciale, en plus d’un appel à une «révolution fasciste». Cette fois, la justice ne lui reproche pas, ni ne le condamne pour des propos antisémites dont il s’est fait une spécialité, mais pour des paroles pouvant nuire aux Noirs – «le Black», qualifié de «parasite prédateur poussé à la haine jusqu’au bout» dans l’une de ses vidéos publiées sur sa plateforme «Egalité et réconciliation». On apprend par la même occasion

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Si vous avez un compte, connectez-vous. Sinon, découvrez nos différentes formules d'abonnements et créez un compte à partir de CHF 2.50 le premier mois.

Vous aimerez aussi

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl