Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Le danger d’une Suisse qui se repose sur ses lauriers
Suisse

Recension

Le danger d’une Suisse qui se repose sur ses lauriers

par Jonas Follonier
0 commentaire
Nicolas Jutzet © DR

Système de milice, productivité, neutralité… Dans son essai La Suisse n’existe plus, le responsable de projets à l’Institut libéral Nicolas Jutzet montre que l’idée qu’on se fait de ce modèle démocratique et économique ne reflète plus vraiment la réalité.

Les ingrédients de la recette du succès suisse, le pays ne les mijote plus guère – et risque donc de perdre son rang convoité à l’international en se reposant sur ses acquis. Tel pourrait être le résumé du premier essai de Nicolas Jutzet, jeune intellectuel neuchâtelois passé par le cursus d’économie de l’Université de Saint-Gall, et désormais établi à Berne après avoir séjourné un an à Paris. Et ce n’est pas parce que le co-fondateur de la plateforme Liber-thé est une plume régulière du Regard Libre et l’une des personnes clés de son développement associatif que son livre La Suisse n’existe plus devait avoir sa place ici. Tous ceux qui se sont entretenus avec lui vous le diront: cet homme-là est d’une rare intelligence. Qu’il met au service d’une noble cause, par-delà ses activités rémunérées: faire avancer les débats, quitte à bousculer les opinions convenues.

Les constats de l’ancien porte-étendard de la campagne «No Billag» en Suisse romande sont forts. Les dirigeants des grandes entreprises helvétiques sont de plus en plus étrangers (96,3% aujourd’hui contre 50% en 1989). Ils ne connaissent pas bien le pays, ce qui contribue à un éloignement de l’économie par rapport à la politique, ce que regrette l’ex-figure des Jeunes libéraux-radicaux. Une politique qui se professionnalise, d’ailleurs:

«Aujourd’hui, le travail d’un parlementaire au sens strict (préparation et participation aux séances en plénum et en commissions) correspond à un taux d’activité annuel médian de 50-60%.»

Seuls 2% des élus fédéraux se considèrent du reste comme des politiciens de milice. Les institutions helvétiques étant portées par le système de milice (qu’il s’agit donc de relativiser), mais aussi par le fédéralisme (de plus en plus entamé par une centralisation des tâches à Berne), la démocratie directe, troisième et dernier pilier du dispositif suisse, serait-elle à même de reconstruire les deux autres?

A lire aussi | Nicolas Jutzet: «Valérie Pécresse a quelque chose d’Hillary Clinton, en pire»

Justement, l’auteur ne se contente pas d’établir un diagnostic fouillé de la Suisse actuelle, il formule également des propositions pour améliorer la pratique démocratique des confédérés. L’essayiste verrait par exemple d’un bon œil l’introduction d’une dose de tirage au sort dans le système électoral. Si un parti obtient deux sièges au Conseil national, ce ne serait plus les deux premiers candidats de la liste qui seraient élus, mais deux personnes tirées au sort parmi les candidats de la liste. Ce modèle, tout en préservant la compétence des candidats élus à l’interne des partis et le fait que le peuple vote pour les idées qu’il estime le mieux représentées par telle formation, permettrait de réduire la possibilité de faire carrière en politique.

Car il s’agit bien pour Nicolas Jutzet de faire survivre, voire revivre, la flamme civique – analogue à l’engagement entrepreneurial – qui a porté si longtemps ce pays. Il n’est sans doute pas trop tard.

Ecrire à l’auteur: jonas.follonier@leregardlibre.com

Vous venez de lire une recension tirée de notre édition papier (Le Regard Libre N°100).

CONCOURS! Pas encore abonné au Regard Libre? Choisissez une formule d’abonnement et indiquez «Concours» dans les notes de la commande pour recevoir gratuitement un exemplaire du livre de Nicolas Jutzet. Vous pouvez également nous écrire à redaction@leregardlibre.com.

Pour les personnes déjà abonnées:

Nicolas Jutzet 
La Suisse n’existe plus

Editions Slatkine 
août 2023 
152 pages

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl