Archives par mot-clé : cinéma fantastique

«Les animaux fantastiques 2» ou comment se faire de l’argent

Les mercredis du cinéma – Lauriane Pipoz et Jonas Follonier

Il s’agit du deuxième volet de la nouvelle saga Les animaux fantastiques, se situant dans le même univers de fiction que la série de films Harry Potter. Autant dire qu’on en avait entendu parler et parler, de ce film-événement au budget tout aussi historique. Et autant dire que les fans du sorcier, adolescents à l’âge plutôt avancé et adultes relativement jeunes, étaient au rendez-vous. J. K. Rowling, auteur du best-seller ayant donné lieu à cette icône du merveilleux, signe le scénario de cette nouvelle série de films. Si le premier volet, sorti il y a deux ans, nous avait convaincus, ce deuxième épisode n’aura pas réussi à susciter notre enthousiasme. Loin de là.

Continuer la lecture de «Les animaux fantastiques 2» ou comment se faire de l’argent

Publicités

« Diamantino » : une naïve innocence bienvenue

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Hélène Lavoyer

Le Portugal, vainqueur de la Coupe du Monde ? La question s’est posée au NIFFF, lors du match de la finale en Russie dans le film Diamantino, qui raconte l’histoire fantastico-fantasmique du footballeur du même nom. Nous avons découvert avec émerveillement ce long-métrage de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt.

Continuer la lecture de « Diamantino » : une naïve innocence bienvenue

«Muere, monstruo, muere»: mmmh?

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Jonas Follonier

Muere, monstruo, muere, présenté hier soir au NIFFF, fait partie de ces films dont on sort en osant se faire cette réflexion: «Je n’ai rien compris; je suis incapable de formuler un résumé du film; suis-je bête?» Et ce n’est pas la seule question que l’on se pose. En voici une anthologie:

Quel était le sujet de ce long-métrage? Pourquoi tant de laideur? Le monstre que l’on voit à la fin du film, que symbolise-t-il? Pourquoi sa gueule en forme de sexe féminin et sa longue queue à connotation phallique? Est-ce un film non seulement de genre, mais aussi transgenre? Ma question précédente était-elle vraiment une blague? Qu’en est-il des personnages montrés à l’écran? Sont-ils tous fous? Pourquoi toutes ces longueurs? Et quid des motards?

Continuer la lecture de «Muere, monstruo, muere»: mmmh?

Du grand art avec « Cornélius, le meunier hurlant »

Neuchâtel International Fantastic Film Festival – Jonas Follonier

Le mythe du loup-garou revisité en un conte hilarant, puisant dans diverses traditions : projeté dans la catégorie des « Films of the Third Kind » du NIFFF, Cornélius, le meunier hurlant est le premier long-métrage de Yann Le Quellec. Une œuvre complète et virtuose.

Continuer la lecture de Du grand art avec « Cornélius, le meunier hurlant »

« Mandy », psychotique et psychédélique

Neuchâtel International Fantastic Film Festival – Jonas Follonier

Présenté en première suisse à la dix-huitième édition du NIFFF (Neuchâtel International Fantastic Film Festival), Mandy est le deuxième long-métrage du réalisateur George P. Cosmatos. Il met en scène un couple heureux, mais déjà bizarre, reclus dans une maison en bois au milieu d’une forêt : Red, un gaillard attendrissant (incarné par l’excellent Nicolas Cage) et Mandy, une femme qui rêvasse (interprétée par Andrea Riseborough). Vous la trouvez un peu « hippie », un peu « spirituelle » ? Vous n’avez encore rien vu. Car les fous de Jésus qui vont soudain se pointer dans cet endroit reclus et brûler vive cette dernière sous les yeux de son conjoint sont d’un tout autre type.

Continuer la lecture de « Mandy », psychotique et psychédélique

«Unicórnio», un film unique

Festival International de Films de Fribourg – Jonas Follonier

«Es-tu triste?
– Non, je suis seule.»

En 1818, quelque deux mille Suisses dont huit cents Fribourgeois ont traversé l’Océan pour aller fonder Nova Friburgo, une ville importante actuellement dans l’Etat de Rio de Janeiro. Deux cents ans plus tard, le Festival International de Films de Fribourg (FIFF) a décidé de mettre notamment le Brésil dans ses pays d’honneur. Ce pays recèle un cinéma important, et le premier film que nous avons vu pour notre couverture du festival est l’un d’entre eux: Unicórnio.

Continuer la lecture de «Unicórnio», un film unique

«Hostile», ou quand le cinéma ose dépasser la frontière des genres

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier Il fallait oser. Marier en un film le cinéma d’épouvante fantastique et le drame romantique. Tel a été le défi de Mathieu Turi avec son premier long-métrage. Ce jeune cinéaste français se lance dans une carrière prometteuse: le film qu’il a présenté hier soir au NIFFF (Neuchâtel International … Continuer la lecture de «Hostile», ou quand le cinéma ose dépasser la frontière des genres

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Du sang et des larmes : « that’s entertainment » !

Le Regard Libre N° 19 – Thierry Fivaz

C’est un moment très attendu durant l’année. Qu’ils soient retraités, étudiants ou travailleurs, les amateurs de films fantastiques se sont donné rendez-vous, pour la seizième fois, au Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF), et ont pu profiter une fois de plus d’une programmation riche et variée qui, pour cette édition, comptait quelque 130 films (101 longs métrages et 29 courts métrages), dont cinq premières mondiales et pas moins de cinquante-deux premières suisses.

Pourtant, malgré une météo clémente, une programmation réussie et un afflux record, il subsiste une certaine retenue, un malaise, auprès des citoyens vis-à-vis dudit festival. Nombreux préfèrent en effet (par paresse, par désintérêt, par peur de ne pas comprendre, par peur d’avoir peur) passer l’entier de leurs soirées aux bars du festival plutôt que d’aller, d’oser, voir les films projetés. Certains d’ailleurs pensaient même que le NIFFF ne se résumait finalement qu’aux bars provisoires disposés pour l’occasion aux Jardins Anglais, et furent particulièrement étonnés lorsque, vantant leur soirée de la veille au NIFFF, il leur fut posé la question : « – Mais quel film avez-vous donc vu ? ». Continuer la lecture de Du sang et des larmes : « that’s entertainment » !