Archives par mot-clé : françois ozon

«Tout s’est bien passé»: euthanasie en famille

Les mercredis du cinéma – Jordi Gabioud

Après le succès d’Eté 85, François Ozon revient avec un drame d’une efficace sobriété au service d’un thème aussi lourd que libérateur: l’assistance au suicide. Plongeons-nous dans ce drame rythmé aux battements de coeur.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Eté 85»: le talent de François Ozon et les clichés

François Ozon est de retour avec Eté 85. Après Grâce à Dieu où il dénonçait la pédophilie dans l’Eglise, film précédé du thriller psychologique L’Amant double et tant d’autres œuvres importantes, le réalisateur français se plonge dans sa propre adolescence, celle des années quatre-vingt. Un contexte à l’aide duquel le cinéaste nous livre le récit d’une nouvelle, belle et sexuelle amitié qui se solde après six semaines par un drame. Bienvenue dans un grand film véhiculant quelques stéréotypes, mais surtout beaucoup d’intelligence et de cœur.

Lire la critique

«Grâce à Dieu» et aux paroles creuses

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

«Au fond, je savais; on savait tous, et on n’a rien dit.» 

Les faits sont désormais bien connus. Pour l’affaire Preynat, comme pour d’autres affaires de pédophilie concernant l’Eglise catholique à travers le monde. Un film au cœur de l’actualité, donc. François Ozon a pour autant voulu rester dans la fiction, plutôt que de se diriger vers le documentaire. Inspirée directement et étroitement de la réalité, l’histoire d’Alexandre, et celle d’autres victimes d’abus sexuels lorsqu’elles étaient scouts dans le diocèse de Lyon, est portée à l’écran pour provoquer le choc nécessaire à faire bouger les choses. A «libérer la parole».

Continuer la lecture de «Grâce à Dieu» et aux paroles creuses

«Personne d’autre» que Françoise Hardy

Les mélodies du jeudi – Jonas Follonier

Cela faisait six ans que Françoise Hardy n’avait pas sorti d’album. Et l’on ne s’attendait pas forcément à ce qu’elle en ressorte un, vu les soucis de santé qu’elle a dû traverser, au point de risquer la mort. La chanteuse est une ressuscitée, et cet élément ajoute à la grandeur de cette artiste dont la classe, l’élégance et le charme ne sont plus à prouver. La mythique interprète de Message personnel ou Le temps de l’amour n’a plus à démontrer non plus qu’elle possède une voix donnant une idée de celle que doivent avoir les anges.

Continuer la lecture de «Personne d’autre» que Françoise Hardy

«L’Amant double», du sexe aux tourments

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

«Hélas, Chloé, il n’y a pas de monstres, il n’y a que des êtres humains, comme toi, moi et Paul.»

La monstruosité, Chloé – interprétée par Marine Vacth, sexe symbole de Jeune et jolie – la connaît dans ses atroces maux de ventre. Elle a suivi une multitude de régimes, elle a même arrêté le gluten, mais rien n’y fait. Vagin en observation sur gros plan à l’écran. «Je crois que c’est surtout psychologique, dans votre tête», estime sa gynécologue. Elle l’envoie donc chez un psychanalyste, Paul Meyer – Jérémie Renier, une partie de lui en tout cas.

Lire la suite de la critique