Archives par mot-clé : gérard depardieu

« Amoureux de ma femme » : les phantasmes de Daniel Auteuil et de ces Messieurs

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« J’ai envie de rire, voyager, baiser. »

Daniel (Daniel Auteuil) sort de sa maison d’édition. Il marche  d’un pas décidé et rapide, dossiers sous le bras. Au coin de la rue, il croise Patrick (Gérard Depardieu), son vieil ami. « Il faut qu’on s’organise un dîner », déclare ce dernier. Enchanté, Daniel lui propose même de venir samedi à la maison. Soudain, il pense à la réaction de sa femme, Isabelle (Sandrine Kiberlain), lorsqu’il lui annoncera la nouvelle : catastrophe. Patrick a en effet quitté Laurence, meilleure amie d’Isabelle, pour se mettre avec la jeune et sensuelle Emma (Adriana Ugarte), qui n’arrive sans doute pas à la moitié de son âge.

Finalement, entre la maladresse de Daniel, qui cherche à repousser la date sans conviction, et l’insistance de Patrick, le dîner est fixé à samedi. Isabelle accepte après quelque opération rhétorique de la part de son mari. Le grand soir arrive. Ambiance tendue. Patrick et Emma font leur apparition. Daniel est hébété. Il est séduit par Emma comme un adolescent qui découvre l’amour. Et là, malaise pour lui : non seulement, la différence d’âge est énorme, mais la jeune femme est déjà en couple avec Patrick. Le dîner s’annonce prometteur en gaffes et en phantasmes.

Continuer la lecture de « Amoureux de ma femme » : les phantasmes de Daniel Auteuil et de ces Messieurs

Gérard Depardieu, une femme qui chante

Le Regard Libre N° 37 – Jonas Follonier

« Je suis une femme qui chante », dit Gérard Depardieu – ou Barbara – dans son spectacle Depardieu chante Barbara, que nous avons vu à la Salle Métropole de Lausanne, le 13 mars dernier. Le concert, intimiste, le prouve : le célèbre acteur détient ce pouvoir particulier d’effacer sa personne en s’affirmant. De s’exposer en s’imposant. Barbara serait si fière : elle n’a jamais été aussi présente sur scène qu’en cette période.

Continuer la lecture de Gérard Depardieu, une femme qui chante

« Le Collier rouge », l’erreur d’adaptation

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Jean Becker, c’est l’art de filmer le tête-à-tête. C’est l’amitié entre un analphabète quasiment orphelin et une passionnée de littérature dans le tendre La Tête en friche, c’est le plaisir de faire renaître à l’écran la complicité entre deux amis d’enfance dans Dialogue avec mon jardinier, mais c’est aussi un homme seul qui se met à dos toute sa famille en un week-end dans Deux jours à tuer.

Continuer la lecture de « Le Collier rouge », l’erreur d’adaptation