Archives par mot-clé : migrants

« Diamantino » : une naïve innocence bienvenue

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Hélène Lavoyer

Le Portugal, vainqueur de la Coupe du Monde ? La question s’est posée au NIFFF, lors du match de la finale en Russie dans le film Diamantino, qui raconte l’histoire fantastico-fantasmique du footballeur du même nom. Nous avons découvert avec émerveillement ce long-métrage de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt.

Continuer la lecture de « Diamantino » : une naïve innocence bienvenue

Au Conseil européen, les illusionnistes sont rois

Les lundis de l’actualité – Diego Taboada

Cette semaine, les chefs d’Etat et gouvernement des pays membres de l’Union européenne ont siégé au Conseil européen. Comme à chaque « réunion des hauts placés », les attentes étaient élevées. Au menu du jour : crise migratoire et réforme de la zone euro. Ce sommet, censé être déterminant pour régler l’énième crise de l’UE, a déçu, comme toujours. Les européistes se lamentent et les sceptiques s’en donnent à cœur joie : pas de réelle avancée mais des sourires et des déclarations vides de sens. De la poudre aux yeux, en somme – ou plutôt, de perlimpinpin.

Continuer la lecture de Au Conseil européen, les illusionnistes sont rois

« Eldorado », de Giovanna aux migrants d’aujourd’hui

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Je comptais les membres de la famille, avec toi, Giovanna. »

Le genre du documentaire n’est pas forcément facile à apprécier. Surtout face au grand public, sur le grand écran. Les passionnés en la matière diront que le film les a instruits davantage sur un sujet qui les intéressait déjà auparavant. L’élite seule se pavanera, recommandant tel ou tel documentaire rien que pour sa sublime photographie, disent-ils, ou pour la réflexion philosophique sous-jacente. Le réalisateur d’Eldorado, Markus Imhoof, pensait justement cela à l’époque, lorsqu’il étudiait le cinéma.

Continuer la lecture de « Eldorado », de Giovanna aux migrants d’aujourd’hui

L’écologie du grand remplacement

Le Regard Libre N° spécial « Ecologie – Pour un revirement intégral » – Clément Guntern

Contrairement aux apparences, la très controversée théorie du grand remplacement de Renaud Camus peut être abordée sous l’angle d’une écologie dite intégrale. Voici un article sans préjugé.

Il ne sera nullement ici question de débattre de la pertinence démographique de la théorie du grand remplacement. De nombreux démographes y ont d’ores et déjà consacré travaux et articles ; essentiellement pour critiquer et dénoncer cette thèse et ses chiffres qui, selon la quasi-totalité des experts, sont totalement exagérés et douteux. Notre but consistera à explorer la dimension écologique de cette théorie. Continuer la lecture de L’écologie du grand remplacement

L’œil bienveillant de Xochitl Borel

Le Regard Libre N° 35 – Alexandre Wälti

La rencontre est prévue à Vevey, le 29 octobre 2017, à 14h00. Elle attend déjà sous l’arbre devant le hall de gare et tapote du pied. Le temps est gris. Il deviendra plus clément à la fin de l’entretien. Nous parlerons notamment des patronymes, des personnages et des thématiques de son roman Les Oies de l’Île Rousseau, paru en 2017 aux Editions de l’Aire.

Ce second livre est plus ambitieux que le précédent. L’Alphabet des Anges s’articulait autour de deux personnages touchants, une mère et sa fille aveugle, tandis que Les Oies de l’Île Rousseau met en scène sept destins, entre détresse et tendresse, qui gravitent surtout dans Genève.

Les Oies de l’Île Rousseau raconte les existences entrecroisées de Mehran, Farid, Majda, Tsyori, Fiora, Eva et Eliott. Sept personnages qui n’ont, au départ de la narration, rien en commun et qui se rencontrent progressivement à la suite d’un suicide. Ce drame, bien loin d’être représentatif de l’ambiance du roman, est à l’origine de l’enquête policière d’Eliott. Cette dernière agit comme un fil conducteur de l’histoire parmi d’autres.

De l’importance du « flou identitaire » Continuer la lecture de L’œil bienveillant de Xochitl Borel

« La Villa », un petit chef d’œuvre

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

« Pourquoi tu es venue ?
– Le docteur a dit qu’il le fallait.
– Tu es venue juste pour ça ?
– Ouais. »

Telle est la première réplique de La Villa, un film racontant l’histoire de frères et de sœurs sexagénaires allant rejoindre leur père atteint d’une attaque, dans une calanque de la région marseillaise. Un film sur la famille, donc, mais aussi sur le temps qui passe et sur la manière de rester fidèle à des idéaux familiaux de bien commun et d’altruisme dans une société aujourd’hui capitaliste.

Ces questions peuvent paraître banales, et ce n’est pas la première fois que Robert Guédiguian les traite dans ses films. Cependant, La Villa a le mérite d’aborder ces problèmes de manière fine et économe, le tout dans des couleurs et des situations enveloppées de lyrisme. Quant aux acteurs, c’est l’excellence même : Ariane Ascaride dans sa tristesse, Jean-Pierre Darroussin dans son cynisme naturel, Anaïs Demoustier dans sa beauté, Gérard Meylan dans son humanité. Continuer la lecture de « La Villa », un petit chef d’œuvre

Soyons prudents avec le concept de réchauffement climatique

Le Regard Libre N° 27 – Florent Aymon (notre invité du mois)

Le réchauffement climatique, cause de la hausse du niveau des océans, de la migration de masse, de la disparition de certaines espèces polaires, de tsunamis en Asie, de tremblements de terre en Amérique du Sud, etc. Il a bon dos, ce réchauffement climatique, auquel on attribue tous les maux. D’autres facteurs empiriques doivent néanmoins entrer dans les champs d’explication. Nous allons ici nous concentrer sur deux exemples concrets : les ouragans, et l’avenir des migrations dues au climat.

De nombreux spécialistes estiment que les pertes économiques liées aux ouragans ont augmenté parce que le réchauffement climatique rend ce genre d’événement plus fréquent. Par ailleurs, de nombreux dirigeants politiques pensent que, dans les années à venir, en raison du réchauffement climatique, les migrations internationales vont augmenter. Selon Stuart Lane, professeur de géographie à l’Université de Lausanne, un moyen de constater les pertes économiques liées aux ouragans sont les coûts pour les assurances après le passage d’un de ceux-ci. Après investigations, il découvre qu’entre 1890 et 2010, ces coûts ont en effet tendance à s’accroître. Cependant, il estime nécessaire d’introduire d’autres facteurs que l’unique changement climatique pour expliquer l’avenir des migrations et des ouragans au XXIe siècle.

Le nombre d’ouragans croît-il vraiment  ?

Continuer la lecture de Soyons prudents avec le concept de réchauffement climatique

L’Europe peut-elle accueillir de plus en plus de migrants ?

Regard sur l’actualité – Loris S. Musumeci

A l’heure où Madame le chef du Département fédéral de justice et police, Simonetta Sommaruga, présentait les plans d’urgence élaborés en cas d’afflux de migrants sur le territoire helvétique, le Pape est revenu au Vatican de son voyage sur l’île de Lesbos en compagnie, pour dire peu, particulière. Non, point de moine, pope ou notable, mais bien douze réfugiés syriens, à savoir trois familles musulmanes dont deux ont fui Damas et une Deir Azzor, après s’être vus détruire leur foyer par des bombes.

Une telle action est de belle allure et tout à fait louable, elle ouvre en effet la porte d’un véritable espoir pour une vie nouvelle dans la paix sociale ainsi que la prospérité du nécessaire à des souffrants politiques. Toutefois, si pour ces douze personnes la décision du Pape, en accord avec les autorités grecques et italiennes, se révèle un cadeau inestimable, qu’en est-il du message qu’elle transmet ?

L’Europe peut-elle accueillir de plus en plus d’émigrants ? En a-t-elle les capacités ? A quel prix ? Un geste de bonne intention peut parfois transmettre une vision dangereuse d’une situation spécifique. Je reprends cette critique du reproche qui avait été adressé à M. Léonard Gianadda lorsqu’il avait, l’an dernier, généreusement mis à disposition de réfugiés cinq appartements à Martigny, en Valais. On le réprimanda en effet de donner un signal de trop large bienvenue à tous les exilés de guerre pour se rendre en Suisse, ce pays fou où l’on offre des logements.

Même s’il existe d’éventuels dangers à proposer un accueil d’apparence trop altruiste, une action telle que celle de Sa Sainteté hier, de Monsieur Gianadda et d’autres reste honorable et sauve des vies humaines ; c’est cela le plus important.

« Les réfugiés ne sont pas des nombres, ce sont des personnes : ils sont des visages, des noms, et ils doivent être traités comme tels. »
Pape François à Lesbos le 16 avril 2016

Ecrire à l’auteur : loris.musumeci@leregardlibre.com

Qui de nous a pleuré ?

Le Regard Libre N° 1 – Loris S. Musumeci

Lampedusa, 3 octobre 2013, le naufrage d’un bateau d’émigrants fait plus de 300 morts sur un total de 500 passagers. Ce fut la plus grande catastrophe en mer Méditerranée de notre siècle. Une véritable tragédie! Plusieurs naufrages avaient déjà eu lieu auparavant, et le drame continue ; régulièrement, des bateaux d’âmes désespérées sombrent au large de la petite île sicilienne. Si bien que nous comptons, depuis les quatre dernières années, presque 2000 morts rien qu’en ces belles mais tristes côtes de Lampedusa.

Ce voyage de l’espérance s’est malheureusement transformé en voyage de la mort pour beaucoup (trop) d’hommes, de femmes et d’enfants, qui n’avaient pour seul désir qu’une vie plus sûre, loin des guerres, des famines et des pleurs.

Cependant, au bout de ce tunnel si sombre et qui semble sans fin, apparaît une légère lumière. C’est la lumière de l’espérance, que le Pape François nous a livrée lors de sa célébration pour les défunts de Lampedusa, le 8 juillet dernier, en visite sur les lieux mêmes du drame. Continuer la lecture de Qui de nous a pleuré ?