Archives par mot-clé : orchestre symphonique

Snarky Puppy, sommet du jazz contemporain

ARTICLE LONG FORMAT, Antoine Bernhard | Le biais est aisé: musique contemporaine, donc musique commerciale, donc mauvaise musique. Si l’on peut à cette formule reprocher sa simplicité, il serait malhonnête de lui dénier toute validité. Et pourtant! Il advient parfois encore que la sélection naturelle opère correctement, offrant à d’excellents groupes le succès et la renommée. C’est le cas d’un groupe américain, gratifié à trois reprises déjà d’un prestigieux Grammy Award: Snarky Puppy, qui sortait le mois dernier une version remasterisée et remixée de son album Tell Your Friends. Revenons sur quelques détails de l’histoire du groupe.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

De Bach à Ortiz: voyage musical avec Facundo Agudín

Chef d’orchestre suisse d’origine argentine, Facundo Agudín est un artiste éclectique qui promeut des compositeurs de différentes époques dans le monde entier. Nous le rencontrons à Bienne, où il vit actuellement. Il nous raconte son parcours, ses projets et sa vision de la production musicale en Suisse. Virginia Eufemi: Facundo Agudín, qu’est-ce qui vous a … Continuer la lecture de De Bach à Ortiz: voyage musical avec Facundo Agudín

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Thierry Epiney et sa symphonie féodale

Le Regard Libre N° 30 – Jonas Follonier

Chaque été, depuis quelques années, les châteaux de Valère et Tourbillon, véritables emblêmes de la ville de Sion, se prêtent au jeu des sons et lumières. Illuminés en bleu, en rouge, en vert, ces beaux monuments se révèlent au rythme de la musique. Le même spectacle que l’édition précédente se tient cette année, basé sur Feodalia, une symphonie composée par le Valaisan Thierry Epiney. C’est l’histoire du canton qui l’a inspiré. Notre entretien.

Jonas Follonier : Pour être compositeur de symphonies (notamment) à votre âge, faut-il avoir grandi dans un milieu musical ?

Thierry Epiney : Il est difficile de parler d’autres cas que du mien. Il doit être plus aisé d’avoir baigné dans la musique durant son enfance, mais j’imagine aussi très bien qu’il y ait des personnes géniales qui se forment de façon totalement autodidacte. Quoi qu’il en soit, il faut être passionné.

Estimez-vous que les Hautes Ecoles de Musique par lesquelles vous êtes passé, celles de Genève et de Zurich, offrent une bonne formation ? De manière générale, la Suisse est-elle bien cotée en termes de formation musicale ?

J’ai été très heureux de la formation que j’ai reçue. Mon premier master à Genève, plutôt orienté composition concertante, m’a permis d’approfondir mes connaissances en orchestration et en théorie de manière générale. Le second (master en composition de musique de film, théâtre et média), passé à la Haute Ecole des Arts de Zurich, a été une révélation. Depuis mon plus jeune âge, j’apprécie la musique de film. J’en écoute beaucoup, et j’ai de la peine à regarder un film sans prêter une oreille concentrée à la musique. Les « papiers » que nous acquérons sont une chose, mais nous apprenons en permanence dans ce métier. Chaque projet est différent et amène de nouvelles perspectives, de nouvelles façons de travailler, de nouvelles couleurs. Continuer la lecture de Thierry Epiney et sa symphonie féodale

Sion sous les étoiles 2017 : une affiche spectaculaire

Le Regard Libre N° 30 – Jonas Follonier et Loris S. Musumeci

La quatrième édition du festival Sion sous les étoiles s’est déroulée du 12 au 16 juillet derniers sur la plaine de Tourbillon, à Sion. Cet événement valaisan est désormais un véritable rendez-vous romand. Nous y étions pour deux soirs. Nos impressions.

Lire l’article long format