Archives par mot-clé : responsabilité

Pour une libéralisation des drogues

Le Regard Libre N° 28 – Nicolas Jutzet

J’aimerais par ces lignes revenir sur les principaux arguments que j’ai pu défendre lors de notre débat sur la politique des drogues, le 12 mai dernier. Cet article est également l’occasion de rendre un hommage ému et emprunt de respect à Monsieur Olivier Guéniat, chef de la police judiciaire de Neuchâtel. Sa disparition est assurément une perte inestimable pour ses proches, sa famille, ses collègues. Pour le Neuchâtelois que je suis, c’est également une perte de savoir immense, tant l’expertise de l’homme était vaste et reconnue. Continuer son combat, pour la jeunesse, pour plus de pragmatisme, pour des résultats sur le terrain, sera notre plus bel hommage. Assurément, il manquera. Continuer la lecture de Pour une libéralisation des drogues

Le bien social, pour tous ou pour chacun ?

Le Regard Libre N° 11 – Loris S. Musumeci

A vos urnes, prêts, partez ! Et le coup de revolver qui retentit dans le cœur de tout électeur. S’il est alors une période particulièrement intéressante pour s’interroger sur l’affaire publique, c’est bien celle-ci. Les chambres du national sont renouvelées. Très bien, mais à quoi bon ? Plus profondément, on peut aller jusqu’à se demander quel est le rôle de la politique. Philosophiquement, cette quête intellectuelle rejoint au plus intime d’elle-même la question du bien ; en le considérant, de toute évidence, au service du citoyen. C’est à ce point, en fait, qu’il devient autant complexe que difficile à penser. En effet, si l’on considère le bien social, il faut aussi réfléchir tantôt à la responsabilité politique du bonheur de l’homme – dans quelle mesure ce bien proposé pourra-t-il combler l’homme ? – tantôt au détachement du public face au privé au nom du respect de la liberté de chacun. De plus, en parlant du citoyen comme destinataire de ce bien, il est primordial de comprendre en quoi et comment il l’est. Cherche-t-on un bien pour tous, dans la collectivité et sans intimité, ou un bien pour chacun, dans la proximité, voire la filiation à l’Etat ? En somme, quel comportement du bien social ? Pour tous ou chacun ? Continuer la lecture de Le bien social, pour tous ou pour chacun ?

Réflexion sur la liberté

Le Regard Libre N° 9 – Sébastien Oreiller

Tout le monde se casse les dents sur la liberté, tant le sujet est vaste et épineux. Sartre disait : « La liberté, c’est vouloir ce que l’on peut. » En lieu d’une définition, voilà un pléonasme, un sophisme même, qui n’apprend rien sur la liberté en tant que telle. Sartre se contente de préciser les conditions dans lesquelles s’exerce cette fameuse liberté, sans préciser ce que l’on peut vraiment – à noter d’ailleurs que l’on ne peut pas quelque chose mais que l’on peut faire quelque chose. La liberté se pose en actes. Nuance. – La réciproque même aurait été plus constructive, à savoir que n’est pas libre celui qui recherche ce qu’il ne peut atteindre. Mais ça, tout le monde le sait ; le philosophe de l’existentialisme tourne autour du pot. L’éminent père du Zarathoustra lui aussi préfère rester dans le vague : « La liberté, c’est d’avoir la volonté d’être responsable de soi-même. » Or, on est libre parce que l’on a la volonté d’être responsable de soi-même. C’est une cause, non la liberté en soi. Ajoutons que le mot même de liberté est un concept désagréable qui ne renvoie à rien. Il n’y a pas de liberté : il n’y a que des êtres libres ou non. Il faut donc en revenir au fait physique, si simple et effrayant parce que si dangereux : être libre, c’est faire ce que l’on veut. A cela, il faut ajouter l’indispensable corollaire social : être libre, c’est faire ce que l’on veut, quitte à en payer les conséquences.

Continuer la lecture de Réflexion sur la liberté

L’avenir du radicalisme et du libéralisme

Le Regard Libre N° 9 – Jonas Follonier

C’est en 2009 que fusionnèrent officiellement le Parti radical démocratique et le Parti libéral suisse. Les deux mouvements furent d’avis de rassembler leurs forces pour contrer leur baisse progressive d’électorat. Si une telle stratégie s’avère sensée dans le domaine de la politique politicienne, celle qui veut obtenir des résultats, qu’en est-il de ces deux courants de pensée d’un point de vue plus idéologique, dans le domaine absolu, cette fois, de la philosophie politique ? Libéralisme et radicalisme, quèsaco ? Continuer la lecture de L’avenir du radicalisme et du libéralisme