« Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance »

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Vous devez être la mère d’Angela Hayes. »

Il y a neuf mois, tout près de la ville d’Ebbing, dans le Missouri, Angela Hayes a été violée puis assassinée. L’enquête n’a rien révélé. Le criminel rôde toujours sans encombre ; la mémoire de la jeune victime reste sans justice. Sa mère, Mildred Hayes (Frances McDormand), ne l’accepte pas. D’autant que les policiers semblent davantage préoccupés à discriminer les Noirs ou à se balader la mine fière. Mildred rassemble alors ses quelques économies pour louer trois énormes panneaux sur la route du sinistre.

« Violée pendant qu’elle agonisait », affiche le premier, en lettres capitales sur fond orange agressif. Les deux autres interpellent le manque de sérieux de la police en visant directement le shérif Willoughby (Woody Harrelson). Ce dernier, très respecté de tous ses concitoyens, accueille mal l’attaque à son égard. Il est d’ailleurs en phase terminale de son cancer. La situation aussi délicate que passionnelle attire à Mildred l’inimitié des différentes autorités de la ville. Tout spécialement celle de l’officier Dixon (Sam Rockwell), qui prend l’attaque à cœur et veut faire de la vie de la mère vengeresse un cauchemar. Mais il s’affronte à une dure à cuire, prête à la riposte.

Un bon début stylistique sans suite

Le film du réalisateur aussi talentueux que macabre, Martin McDonagh, commence de manière fort prometteuse du point de vue du style. Les plans fixes se succèdent lentement. Un à un, les trois panneaux délabrés annoncent une tonalité perçante et obscure. S’interposent à ces plans ceux du ciel gris, de l’image en gros plan du bébé figurant sur un des panneaux, des champs verts mais douloureux.

Peu après, une voiture roulant est filmée du dessus par une caméra posée sur son toit. La technique est originale. Elle évoque, du reste, une focalisation sur celle qui sera le personnage principal : Mildred. Néanmoins, si ces séquences du début regorgent de bon goût, le travail ne sera pas poursuivi pour la suite du long-métrage. C’est assurément décevant.

Le réalisateur réussit cependant à conserver tout le film durant une épatante atmosphère de western. Par les plans des yeux défiants de l’héroïne ou des prises de vue depuis l’arrière, le genre américain par excellence reçoit un digne hommage dans Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance. Aussi, le ciel rouge et accablant du Missouri nourrit avec élégance une mouvance proche du néo-western.

Les âmes grises

Du côté de la thématique, elle paraît de prime abord intéressante comme disposée pour une histoire sobre et captivante. Elle pose au fil de la première partie du film quelques prémices de clichés inquiétants. Bien qu’issus de la réalité, le racisme, l’homophobie ou la corruption ne sont tout de même pas les caractéristiques de référence des Etats du sud. Pourtant, c’est ce que pourrait tendre à croire le spectateur constatant que Mildred, figure féministe, se plaint indirectement du sort réservé au Noirs dans sa ville ; ou encore que Dixon passe son temps à taquiner un nain, insulter les homosexuels, jusqu’à en défenestrer un ; finalement, que la seule autorité citadine qui a l’air brave et propre est d’origine afro-américaine.

Tout au contraire, la caricature manichéenne est stoppée nette dans la seconde partie du film. Chaque personnage révèle au final son infinie complexité, ses blessures infectées. L’humain est ainsi montré dans sa quête maladroite du bonheur, avec des amertumes coupables et des désirs de vengeance innocents. Selon une expression de l’écrivain Philippe Claudel, Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance dresse un tableau d’« âmes grises » ; personne n’étant ni tout blanc, ni tout noir.

« ­– Dixon, es-tu sûr de vouloir tuer ce type ? – Pas vraiment. »

Ecrire à l’auteur : loris.musumeci@leregardlibre.com

Crédit photo : © Twentieth Century Fox Film Corporation

 

 

2 réflexions sur « « Three Billboards : Les Panneaux de la vengeance » »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s