Archives par mot-clé : viol

Une excellente idée pour un film catastrophique

Le Netflix & chill du samedi – Loris S. Musumeci

Soyons corrects, plus que d’un film catastrophique, il s’agit avant tout d’une arnaque. The Last Days of American Crime promet par son résumé une réflexion on-ne-peut-plus actuelle, on-ne-peut-plus palpitante. Les Etats-Unis d’un futur proche décident d’éradiquer totalement et radicalement le crime de leur territoire. Pour ce faire, les autorités mettent au point des antennes nommées API dans chaque Etat. Celles-ci émettent des ondes qui handicapent le corps à chaque fois qu’une personne s’apprête à commettre un acte de violence, un acte illégal. Quand au cœur de notre actualité siègent des soucis primordiaux telle la propagation d’antennes 5G, lesdites violences policières et les allures totalitaires du monde post-covid, eh bien un tel synopsis interpelle. Il donne envie.

Lire la critique

13 raisons pour garder espoir

Le Netflix & chill du samedi – Alissa Musumeci

Viol, harcèlement, drogue et bien d’autres thématiques de ce genre: il y a tout ça dans le roman Treize raisons de Jay Asher. Pour la star Selena Gomes, productrice de July Moon Productions, représenter ces problématiques à l’écran, sous la forme de «série préventive», a demandé une implication intense. Le mini-documentaire 13 Reasons Why: Au-delà des raisons, sortie parallèlement à la saison 1, en est la preuve. L’ensemble de la distribution a pu compter sur l’aide de professionnels – psychologues, psychiatres, assistants sociaux et compagnie – afin d’approcher ces questions de la façon la plus appropriée. Le tournage n’a pas été évident: jouer des scènes dures, comme des agressions, tout en pensant que cela est bien réel dans certains lycées entre les élèves, a fait émerger une énorme frustration chez les acteurs.

Lire la chronique

Le cinéma de Polanski

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: Les coronarétrospectives du cinéma – Loris S. Musumeci

Le nom fait grincer des dents. Après toutes ces polémiques, jusqu’à la dernière en date lors de la cérémonie des Césars du 28 février, parler de Polanski rime avec mauvais goût, voire pire. Il y a deux camps: ceux qui disent qu’il faut distinguer l’homme de l’œuvre, et ceux qui les voient comme inséparables. Ces derniers ont hurlé lorsque le réalisateur a été sacré meilleur réalisateur pour son film sur l’affaire Dreyfus J’accuse. Les premiers se sont dits qu’il n’y avait pas de problème moral à récompenser un homme pour son travail artistique, qui se distingue justement de sa vie privée.

Lire la suite de la présentation

«Unbelievable»: puisque l’on vous dit que cette histoire est vraie…

Le Netflix & chill du samedi – Lauriane Pipoz

Unbelievable vous raconte en huit épisodes une invraisemblable affaire de viols en série presque parfaits. Aux Etats-Unis, un criminel méticuleux trouve le moyen de tirer profit des dysfonctionnements du système policier. Ajoutez-y une victime peu crédible, une immense coïncidence et des enquêteurs fins psychologues: avec un peu de suspense, voilà tous les ingrédients pour une bonne série. Mais cet article va vous convaincre qu’elle est vraiment excellente.

Lire la critique

Nous ne sommes pas faciles

Le Netflix & chill du samedi – Febe Tognina

En me promenant sur Netflix, j’ai été attirée par un titre assez original: Je ne suis pas facile. Une façon de parler plutôt commune, mais là il s’agit d’un homme. Cette comédie romantique et bien drôle s’intitule en fait: Je ne suis pas un homme facile. Eléonore Pourriat a réalisé ce long-métrage sorti en avril 2018. Qui est d’ailleurs la première production en langue originale française à être parue sur Netflix.

Lire la critique

«My Absolute Darling» de Gabriel Tallent est un roman exceptionnel

Les bouquins du mardi – Loris S. Musumeci

L’aventure, la vraie! On peut dire en effet sans une once d’hésitation que le roman de Gabriel Tallent envoie du lourd. My Absolute Darling raconte l’histoire de Turtle Alveston. Elle a quatorze ans et vit seule avec son père en Caroline du Nord. Elle n’aime pas trop l’école et peine à entretenir des relations sociales en dehors de son père et de son grand-père. En fait, Turtle est un peu une sauvage, selon les dires de son père. Qui en est d’ailleurs fier. Il a appris à sa petite la vie dans la nature, la résistance physique aux confins de l’extrême, l’indépendance en toute situation, le maniement des armes, la chasse, la pêche; la vie à la dure, quoi.

Lire la suite de la recension

Avec «A Thousand Girls Like Me», Sahra Mani se bat au quotidien pour les femmes de son pays

Le Regard Libre N° 50 – Loris S. Musumeci

Dossier spécial FIFF 2019

Voilà un documentaire qui marque. Voilà une réalisatrice qui marque tout autant. Son courage et sa volonté de changer les choses l’ont menée à raconter l’histoire de Khatera Golzad dans A Thousand Girls Like Me. Cette jeune fille de vingt-trois ans a été abusée par son père durant des années, qui est devenu fou à cause de la guerre. Mais parler de ce genre de tabou ne fait pas très bonne impression. Elle franchit néanmoins le pas en s’exprimant à la télévision. La famille exclut et menace Khatera, à l’exception de sa mère qui la soutient et l’aide à élever ses deux enfants; la justice est mal à l’aise dans la mesure où la voix d’une femme n’est que rarement écoutée. Pourtant, le père est bel et bien emprisonné. Ce qui n’achève toutefois pas les peines de Khatera, ses deux enfants et sa mère. Jusqu’au jour, du moins, où elle peut enfin commencer à se reconstruire, en France.

Lire la suite de l’entretien

«Les chatouilles» ou la pédophilie montrée à l’écran

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Un ami de la famille, qui s’en méfierait? Gilbert est un bon type, plaisantin, travailleur, attentionné, surtout envers Odette, la petite. Elle a des yeux d’ange, des cheveux dorés. Elle prend des cours de danse et se rêve grande danseuse étoile. Gilbert est tellement «fier d’elle». Au point que, lorsqu’il se retrouve seul avec elle dans sa chambre, il va lui proposer un jeu étrange. «Et si on jouait à la poupée, Odette? Mais en vrai. Toi, tu serais la poupée, et moi, la petite fille. Va enlever tes habits dans la salle de bain.» Et le cycle infernal des «chatouilles» est lancé. On parle d’une fille de huit ans.

Continuer la lecture de «Les chatouilles» ou la pédophilie montrée à l’écran

L’Ukraine rurale dépeinte dans «When the trees fall»

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Jonas Follonier

Le film When the trees fall, présenté en compétition internationale du NIFFF la semaine dernière, s’ouvre sur une forêt où nous allons assister à une scène d’amour entre Larysa, la protagoniste principale, et un voyou dont elle s’est éprise. La cousine de Larysa, une fillette de cinq ans, est laissée sans personne au milieu des bois. L’abandon, ce sera l’un des thèmes centraux du film, si ce n’est le thème central. Le contexte, quant à lui, est tout aussi important : l’Ukraine rurale, où il semble impossible pour les femmes de s’extraire de leur quotidien patriarcal.

Continuer la lecture de L’Ukraine rurale dépeinte dans «When the trees fall»

« Le Chant des scorpions », ou les abîmes du désert du Rajasthan

Les mercredis du cinéma – Hélène Lavoyer

« Piqûre de scorpion, morsure de serpent, elle écoute le poison. Et elle chante. Le mantra des scorpions. » Aadam

Des creux souples des dunes de l’immense espace désertique du Rajasthan s’élève un chant, lent. « Ô mon maître, entends ma prière », entonne Nooran (Golshifteh Farahani), accroupie au chevet d’un mourant piqué par un scorpion. Le village entier écoute, comme ensorcelé par la voix portée dans la nuit grâce au vent, part remuer les grains de sable beige et fin.

Un peu à l’écart, Aadam (Irrfan Khan) se lève, comme saisi par la beauté du chant et des traits fins de la guérisseuse. Lentement, il reprend place alors qu’à ses yeux monte une marée de larmes. Son compagnon de route, apparemment lassé de suivre la farouche Nooran, se montre insensible aux chants ancestraux qu’elle entonne sans crainte ni voile afin de guérir les hommes.

Continuer la lecture de « Le Chant des scorpions », ou les abîmes du désert du Rajasthan