Archives par mot-clé : art

«Sigmund Freud noho ma ka pale umauma» émettait le nécrophone*!

Les bouquins du mardi – Anaïs Sierro

Qui est là? est certainement la question que l’on pourrait poser à l’auteure, Carla Demierre à la lecture de ses dix fictions. Qui est dans sa tête lors de l’écriture de ses lignes? On navigue dans un univers complètement loufoquo-plaisant, parfois totalement scientifico-sérieux, souvent spirituello-perché et par-dessus tout véridico-sonore. Une telle phrase pourrait – sans prétention aucune – se trouver dans ce recueil de fictions qui ont une thématique commune: le son et son étude, de manière absurde. Enregistrer un chaman, une femme qui parle martien ou hawaïen (on ne l’a pas encore compris nous-mêmes), une conversion de souvenirs étranges, une voix d’un défunt… bref, tout ce qui peut être enregistrable. Et le talent de l’auteure est qu’elle nous embarque non pas uniquement dans des histoires, mais surtout dans une performance artistique littéraire. «Lorsque les mots traduisent les sons», rien ne pourrait mieux résumer ce livre, cet objet d’art. Oh et promis, je vous traduirai le titre plus tard…

Lire la suite de la critique (en libre accès)

«Martin Eden», contre les chimères de l’individualisme

Les bouquins du mardi – Diana-Alice Ramsauer

Bats-toi ou crève. C’est en suivant cette philosophie que Martin Eden, un ouvrier, galérien, marin et blanchisseur décide de s’instruire. Par amour aussi. Il veut s’élever socialement pour plaire à une dame: Ruth Morse, une petite bourgeoise qui se révèle petit à petit aussi inintéressante que l’ensemble des tristes personnages de son rang. L’histoire se passe il y a plus de cent ans aux Etats-Unis. La lutte des classes fait rage et l’auteur, Jack London, me crache au visage la laideur du monde au travers d’une brillante histoire d’amour.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Mona Ozouf livre un magnifique plaidoyer pour la littérature

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

C’est un ouvrage important qui a été publié par les Editions Stock dans la si belle collection à la couverture confectionnée par Le Petit Atelier. Pour rendre la vie plus légère. Les livres, les femmes, les manières fait entendre les voix de Mona Ozouf et de ses interlocuteurs Pierre Manent, Diane de Margerie, Geneviève Brisac, Philippe Raynaud, Claude Habib, Philippe Bélaval et Patrice Gueniffey, sans oublier l’animateur de l’émission Répliques qui a accueilli ces conversations, l’essayiste et académicien Alain Finkielkraut. Ils y discutent de la nature de la littérature, de ses effets sur notre vie plus que de son rôle, ainsi que de la galanterie, qui d’une manière extrêmement subtile et convaincante est associée aux livres dans cet ouvrage.

Lire la chronique

Le monde vu par Laure Mi Hyun Croset: l’art de la forme

Et la forme de l'art

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Sous les pavés soixante-huitards d’un certain Grégoire Müller

Les bouquins du mardi – Jonas Follonier

Publié aux Editions de l’Aire, Sous les pavés… Lézards est un magnifique témoignage d’un soixante-huitard, le peintre suisse Grégoire Müller, nostalgique d’une époque qui pourtant a donné naissance à la société d’aujourd’hui qu’il abhorre.

Lire la chronique

« Les Indestructibles 2 » ou le retour des super-héros

Les mercredis du cinéma – Marina De Toro

Après plusieurs années d’attente, les jeunes des années 2000 et 2010 vont enfin pouvoir découvrir la suite du dessin animé les Indestructibles sorti en 2004. Ce nouvel opus est la continuation du premier film qui s’achevait sur l’attaque du Démolisseur voulant dérober l’argent des banques. Tous les membres de la famille Parr enfilent les costumes rouges mythiques des Indestructibles pour arrêter ce puissant cambrioleur. Néanmoins, les super-héros restent toujours hors-la-loi dans cet univers et les Indestructibles ne sont pas applaudis par les autorités lorsqu’ils interviennent pour sauver le monde.

Continuer la lecture de « Les Indestructibles 2 » ou le retour des super-héros

De la souffrance à l’ennui

La citation de la semaine – Jonas Follonier

«La vie oscille, comme un pendule, de la souffrance à l’ennui.»

Arthur Schopenhauer, Le Monde comme volonté et comme représentation

Oui, mais la souffrance comme l’ennui sont de puissants moteurs de création artistique!

Crédit photo: © Jonas Follonier

Les Journées photographiques de Bienne

Article inédit – Marina De Toro

Du 4 mai au 27 mai 2018, ce sera l’occasion de découvrir la 22e édition des Journées photographiques de Bienne dont la direction a été reprise par Sarah Girard depuis février de cette année. Ces Journées consistent en des expositions réparties dans six endroits différents de la ville de Bienne : le Photoforum Pasquart, le Nouveau Musée, la Gewölbe Galerie, la Farelhaus, Le Grenier ou encore la Schule für Gestaltung.

Cette année, c’est le bonheur, ou plutôt la représentation qu’on s’en fait, qui est questionné par les nombreux photographes professionnels. Ils viennent des quatre coins du monde, mais on retrouve aussi des photographes suisses comme Thomas Brasey, Calypso Mahieu et bien d’autres encore. En plus des expositions, divers événements vont animer ces quatre semaines photographiques avec des conférences, ateliers, projections, concours et visites. A l’occasion d’une rencontre avec Sarah Girard, nous avons pu discuter plus amplement de l’événement, mais aussi des usages contemporains de l’image dans notre société.

Portrait-S.Girard1
Sarah Girard, directrice des Journées photographiques de Bienne depuis février 2018

Continuer la lecture de Les Journées photographiques de Bienne