Archives par mot-clé : cuba

Programme Commun, les rêveries d’un gourmet scénique

Le Regard Libre N° 50 – Ivan Garcia

Du 27 mars au 7 avril derniers a pris place, à Lausanne, le festival international des arts de la scène, Programme Commun. L’occasion pour votre rédacteur de sélectionner pour vous, chers lecteurs, quatre pièces, parmi une vingtaine, afin de réfléchir sur le théâtre d’aujourd’hui.

Lire le dossier
Publicités

« Candelaria », une fresque délabrée d’un couple au crépuscule

Les mercredis du cinéma – Virginia Eufemi

La Havane, Cuba, 1994. L’île subit l’embargo économique américain. Des voix d’opposition retentissent à la radio, les gens envahissent les rues pour protester contre la crise, mais le vieux couple que nous suivons semble passer à côté de ces événements, trop occupé à assouvir ses propres besoins primaires – un repas chaud, de l’eau courante, de l’électricité. Candelaria, proche des quatre-vingts ans, travaille encore – les conditions économiques l’obligent –, malgré son âge avancé, comme femme de chambre dans un établissement touristique. Le soir, dans un local, elle chante des airs typiques accompagnée d’un petit orchestre.

Continuer la lecture de « Candelaria », une fresque délabrée d’un couple au crépuscule

Cuba, une nouvelle page se tourne

Les lundis de l’actualité – Clément Guntern

Une véritable page de l’histoire sud-américaine se tourne. Après une conquête du pouvoir en 1959 contre le régime corrompu de Batista, le clan Castro a dominé le jeu politique de Cuba jusqu’à la semaine dernière. En effet, après avoir succédé à son frère Fidel en 2008, Raul Castro a, à son tour, cédé le pouvoir à un certain Miguel Diaz-Canel. Même si Cuba n’est pas un régime démocratique, plusieurs exemples nous ont montré que tout n’était pas toujours prévisible à Cuba et que l’élection de Diaz-Canel n’était pas forcément jouée d’avance.

Continuer la lecture de Cuba, une nouvelle page se tourne

« Derniers jours à La Havane » de Fernando Pérez

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Ce qu’il y a de bien avec les cycles de Passion Cinéma, c’est que le spectateur ressort rarement déçu d’une projection. Heureusement qu’ils existent, particulièrement en fin d’année. Ils contrent l’invasion des blockbusters avec leur lot de sensationnel et d’explosions, si loin de la finesse de Derniers jours à La Havane du réalisateur cubain Fernando Pérez.

Dès la scène d’ouverture, la succession des gros plans impose un certain cinéma : intimiste et profond. La caméra suit les expressions faciales de Miguel (Patricio Wood, torturé) alors qu’il fait la plonge dans un restaurant sans histoire. Il sort, traverse les rues de La Havane. Fernando Pérez le filme comme dans un documentaire, le faisant avancer dans le chaos urbain de la ville dans l’indifférence la plus totale.

Continuer la lecture de « Derniers jours à La Havane » de Fernando Pérez