Archives par mot-clé : écriture

Rencontre avec Amélie Wauthier et «Amélie Colère»

Le Regard Libre N° 39 – Loris S. Musumeci

La littérature de jeunesse, épisode 2/2

Amélie Wauthier a parlé aux enfants avec tendresse en racontant l’histoire d’Amélie Colère. Son dessin est fin ; son texte, authentique et soigné. La jeune artiste est passée par les Beaux-Arts de Bruxelles avant de revenir en Suisse. Aujourd’hui, elle enseigne le bricolage aux adolescents et prépare de nouveaux ouvrages. A la grande joie de la rédaction du Regard Libre, Amélie Wauthier pratique même le dessin de presse pour nos éditions depuis le mois de mai.

Continuer la lecture de Rencontre avec Amélie Wauthier et «Amélie Colère»

Metin Arditi: «Dans tous mes livres, j’ai cherché l’estime de mon père»

Le Regard Libre N° 37 – Jonas Follonier

Connu pour ses nombreux engagements dans le milieu culturel, Metin Arditi est devenu depuis quelques années l’un des écrivains les plus importants de Suisse. L’auteur d’origine turque séfarade nous a ouvert les portes de son domicile, à Genève, pour une discussion autour de son dernier roman, Mon père sur mes épaules (2017), paru aux Editions Grasset. Un entretien aussi bouleversant que son ouvrage.

Jonas Follonier : Dans votre ouvrage Mon père sur mes épaules, vous racontez l’épisode marquant où l’une de vos deux filles atteint l’âge de sept ans. Vous écrivez : « Soudain je compris de quoi, à son âge, j’avais été privé. Je fus anéanti. » Est-ce le point de départ de ce livre ?

Metin Arditi : Dans la question de savoir s’il faut condamner Pâris et Hélène du fait que leur amour a déclenché la guerre de Troie, le véritable problème à affronter est le suivant : s’ils n’étaient pas tombés amoureux l’un de l’autre, est-ce que la guerre de Troie aurait eu lieu oui ou non ? Il s’agit de se demander s’il y a une véritable connexion entre les deux événements. Toutes proportions gardées, c’est un peu la même histoire ici. L’observation que j’avais faite de ma fille lorsqu’elle avait sept ans, c’est la cause profonde, en effet. Mais il y a eu des causes beaucoup plus immédiates qui m’ont amené à écrire ce livre, dont une particulièrement.

Continuer la lecture de Metin Arditi: «Dans tous mes livres, j’ai cherché l’estime de mon père»

« Eva »

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Eva est la seconde adaptation cinématographique d’un roman noir écrit par l’auteur britannique James Chase et sorti en 1945. L’ouvrage avait déjà été porté à l’écran par Joseph Losey en 1962, avec Jeanne Moreau dans le rôle de la protagoniste. Cette fois, c’est le réalisateur français Benoît Jacquod qui s’est lancé le défi de ce que lui-même ne considère pas comme une véritable adaptation, ne s’étant basé que sur ses souvenirs de lecture comme point de départ du scénario.

Continuer la lecture de « Eva »

Renouveau de la littérature romande

Le Regard Libre N° 35 – Alexandre Wälti

Nous avons débuté notre plongée dans la littérature romande par un entretien avec Xochitl Borel. Nous présentons à présent quatre auteurs romands qu’il faut avoir lus et ceux qui feront sans doute l’actualité littéraire de demain. Accueillez cet article comme un texte de recommandations de lectures ou comme une invitation à l’éveil de la curiosité de chacun.

A lire aussi : « L’oeil bienveillant de Xochitl Borel »

La création du collectif Ajar en 2012, la réédition de l’ouvrage Histoire de la littérature en Suisse romande en 2015 et la publication du premier numéro de La Cinquième Saison en 2017 démontrent un intérêt renouvelé pour la littérature romande. La revue littéraire susmentionnée s’installe sans doute dans la lignée d’Écriture, des Cahiers vaudois, de la Gazette littéraire, de l’aventure de la Guilde du livre et autres vestiges précieux d’une histoire des lettres romandes. Continuer la lecture de Renouveau de la littérature romande

Pourquoi écrit-on ? Ionesco et la question des questions

Le Regard Libre N° 6 – Jonas Follonier

L’étude d’Eugène Ionesco en cours de français m’a incité à lire ses Notes et contre-notes : à la question « Pourquoi écrivez-vous ? », l’auteur de Rhinocéros répond que « si un écrivain, un auteur, me demandait, à moi, pourquoi je lis, pourquoi je vais au spectacle, je répondrais que j’y vais, non pas pour avoir des réponses mais pour avoir d’autres questions ; non pas pour acquérir la connaissance, mais, tout simplement, pour faire connaissance avec ce quelque chose, avec ce quelqu’un qu’est une œuvre. […] L’écrivain est embarrassé par les questions qu’on lui pose parce qu’il se les pose lui-même et parce qu’il s’en pose bien d’autres, parce qu’il se doute aussi qu’il y a d’autres questions qu’il pourrait se poser mais qu’il n’arrivera jamais à se poser ; encore moins à leur répondre. »

Cette pensée est d’ailleurs confondue, chez Ionesco, avec ses interrogations existentielles : « Ne sachant donc pas quel est le but de l’existence, je ne sais pas non plus tout à fait exactement pourquoi j’écris. » Et si le but de l’existence était d’écrire ? Ecrire au sens large, écrire ses pensées, écrire son destin. Et si le but de l’écriture était de vivre ?

Ecrire à l’auteur : jonas.follonier@leregardlibre.com

Crédit photo : © Jonas Follonier pour Le Regard Libre

Le monde du journalisme face au changement

Le Regard Libre N° 2 – Jonas Follonier

Le journalisme est en phase de changement ; circonstances obligent. Le développement fulgurant des nouvelles technologies et des réseaux sociaux engendre la multiplication des informations, la rapidité de leur transmission et l’accès immédiat à l’actualité internationale.

Corollaire : la majorité de nos contemporains sont déjà au courant de l’actualité du jour une fois le soir venu. Que dire alors au journal télévisé ? Et, par-dessus cela encore, qu’écrire dans le journal du lendemain ?

Continuer la lecture de Le monde du journalisme face au changement