Archives par mot-clé : fbi

Une excellente idée pour un film catastrophique

Le Netflix & chill du samedi – Loris S. Musumeci

Soyons corrects, plus que d’un film catastrophique, il s’agit avant tout d’une arnaque. The Last Days of American Crime promet par son résumé une réflexion on-ne-peut-plus actuelle, on-ne-peut-plus palpitante. Les Etats-Unis d’un futur proche décident d’éradiquer totalement et radicalement le crime de leur territoire. Pour ce faire, les autorités mettent au point des antennes nommées API dans chaque Etat. Celles-ci émettent des ondes qui handicapent le corps à chaque fois qu’une personne s’apprête à commettre un acte de violence, un acte illégal. Quand au cœur de notre actualité siègent des soucis primordiaux telle la propagation d’antennes 5G, lesdites violences policières et les allures totalitaires du monde post-covid, eh bien un tel synopsis interpelle. Il donne envie.

Lire la critique
Publicités

Goût et dégoût avec «Le Loup de Wall Street»

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: Leonardo DiCaprio – Loris S. Musumeci

«J’ai vingt-deux ans. Je suis jeune marié, et déjà un petit connard cupide.»

Lundi Noir. Lundi 19 octobre 1987. C’est le krach qui mènera au crack pour Jordan Belfort. Il a obtenu sa licence de courtier à Wall Street… en plein ce jour-là. Premier jour en tant que courtier pour la L.F. Rothschild, et dernier jour. Jordan ne tarde pas à retrouver du travail; chez L.F. Rothschild, en «sous-merde de stagiaire de merde», il a appris à être un sauvage de la finance. Nouveau job, nouveau cadre. Du luxe écœurant de Wall Street, il passe à l’agence la plus miteuse du coin. Ils vendent des actions à trois sous, mais à la classe moyenne; ce qui fait considérablement plus de clients que les millionnaires. Jordan sait s’y faire. Tous ses collègues, des amateurs, sont épatés.

Lire la suite de la rétrospective

«Arrête-moi si tu peux»: DiCaprio en fraudeur

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: Leonardo DiCaprio – Alissa Musumeci

Qui, enfant, n’a pas rêvé de devenir pilote d’avion, et ensuite médecin pour finalement devenir avocat et tout cela en une seule vie? Eh bien le jeune Frank Abagnale a effectivement exercé toutes ces professions, mais en moins de deux ans. Le jeune homme, suite à l’annonce du divorce de ses parents, décide de fuguer du foyer familial. Le garçon, âgé de seize ans seulement, découvre très vite qu’il est bien plus amusant de gagner de l’argent en escroquant le gouvernement américain que de travailler honnêtement. Carl Hanratty, agent du FBI, est chargé d’attraper cet usurpateur. Etonnamment, cette affaire fera croître un lien particulier entre les deux. Malgré les menottes, et malgré tout le reste.

Lire la rétrospective

Richard Jewell: le nouveau héros obèse de Clint Eastwood

Les mercredis du cinéma – Antoine Bernhard

L’âge semble ne pas pouvoir l’atteindre. Clint Eastwood revient encore et une fois avec son traditionnel film annuel. Cette fois, il se penche sur l’histoire de Richard Jewell. Un homme sans histoire, archétype du héros déchu, précipité en Enfer par une machine politico-médiatique sans scrupule. Clint Eastwood dit: «L’histoire de Richard Jewell m’a intéressé parce que c’était quelqu’un de normal, un Monsieur tout-le-monde. Il n’a jamais été poursuivi, mais il a été largement persécuté.»

Lire la suite de la critique

«Unbelievable»: puisque l’on vous dit que cette histoire est vraie…

Le Netflix & chill du samedi – Lauriane Pipoz

Unbelievable vous raconte en huit épisodes une invraisemblable affaire de viols en série presque parfaits. Aux Etats-Unis, un criminel méticuleux trouve le moyen de tirer profit des dysfonctionnements du système policier. Ajoutez-y une victime peu crédible, une immense coïncidence et des enquêteurs fins psychologues: avec un peu de suspense, voilà tous les ingrédients pour une bonne série. Mais cet article va vous convaincre qu’elle est vraiment excellente.

Lire la critique