Archives par mot-clé : martin scorsese

Les gangsters au cinéma

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: Les coronarétrospectives du cinéma – Loris S. Musumeci

Le cinéma, c’est voyager en restant sur son fauteuil, c’est faire l’expérience d’une vie qui n’est pas la nôtre. Le cinéma, c’est du rêve. Qui donne à rêver d’autres existences qu’on ne pourrait ni ne souhaiterait mener dans la réalité. Ainsi, les films de gangsters offrent du rêve. Tantôt le spectateur s’imagine en grand boss, tantôt en policier. En tout cas, il s’imagine toujours flingue au poing. Entrant dans une aventure où risquer sa vie est du lot quotidien. Mais dans les films de gangsters, c’est plutôt en gangster qu’on s’imagine. D’autres films ou séries laissent l’avantage à la figure du policier ou de l’enquêteur.

Lire la suite de la présentation

Goût et dégoût avec «Le Loup de Wall Street»

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: Leonardo DiCaprio – Loris S. Musumeci

«J’ai vingt-deux ans. Je suis jeune marié, et déjà un petit connard cupide.»

Lundi Noir. Lundi 19 octobre 1987. C’est le krach qui mènera au crack pour Jordan Belfort. Il a obtenu sa licence de courtier à Wall Street… en plein ce jour-là. Premier jour en tant que courtier pour la L.F. Rothschild, et dernier jour. Jordan ne tarde pas à retrouver du travail; chez L.F. Rothschild, en «sous-merde de stagiaire de merde», il a appris à être un sauvage de la finance. Nouveau job, nouveau cadre. Du luxe écœurant de Wall Street, il passe à l’agence la plus miteuse du coin. Ils vendent des actions à trois sous, mais à la classe moyenne; ce qui fait considérablement plus de clients que les millionnaires. Jordan sait s’y faire. Tous ses collègues, des amateurs, sont épatés.

Lire la suite de la rétrospective

«Shutter Island», ou le poids d’un deuil amoureux

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: Leonardo DiCaprio – Jonas Follonier

La puissance d’un film comme Shutter Island n’est plus à démontrer. De même pour le talent de son acteur-vedette, Leonardo DiCaprio. Tout est réussi dans ce film, à commencer par l’incertitude qu’il réussit à maintenir chez le spectateur, jusqu’à la fin. Faisant de cette œuvre la sœur d’Inception, portée par le même Leo et sortie aussi en 2010. Mais ce qui fait la force de Shutter Island, c’est le deuil amoureux qui est en filigrane. Ce thème a été trop peu commenté. Alors «let’s go».

Lire la rétrospective

DiCaprio, simply the best

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: Les coronarétrospectives du cinéma – Loris S. Musumeci

Il n’avait pas encore vingt ans qu’il s’était déjà fait remarquer. Après avoir décroché quelques rôles à la télévision entre émissions, sitcom et publicités, Leonardo DiCaprio entre au cinéma en 1991 avec le film d’horreur Critters 3 de Kristine Peterson. Le film n’est pas brillant, mais l’acteur, du haut de ses dix-sept ans, se fait déjà un nom à Hollywood. Ce qui le mène deux ans plus tard à donner la réplique à Robert De Niro dans Blessures secrètes (1993) de Michael Caton-Jones. La rencontre avec cet acteur qui était déjà au sommet prendra toute son importance dix ans plus tard, parce que De Niro est l’acteur fétiche de Martin Scorsese – privilège qu’il partagera ensuite volontiers avec DiCaprio justement; et en 2002 Scorsese entamera une longue et fructueuse collaboration avec DiCaprio, sous le conseil de De Niro.

Lire la suite de la biographie

«Roma»: les souvenirs de Cuarón, de Fellini et les miens

Le Netflix & chill du samedi – Loris S. Musumeci

Roma d’Alfonso Cuarón est l’une des raisons pour laquelle notre rubrique «Le Netflix & chill du samedi» a vu le jour il y a bientôt trois mois. Comment passer à côté d’une telle œuvre du simple fait qu’elle ne paraît pas via le canal classique, à savoir celui des salles de cinéma? Même si le film n’est plus dans l’actualité la plus récente des sorties cinéma, il faut en parler. Il faut l’aborder. Depuis la fin 2018, il élève Netflix. Avec The Irishman de Martin Scorsese, il offre à la plateforme un espace de cinéma, une leçon de cinéma, un petit bijou, qui se faufile de tablette en smartphone, pour le grand public.

Lire la critique

«The Irishman», vie et mort des dieux de la pègre

Le Netflix & chill du samedi – Ivan Garcia

Diffusé depuis le 27 novembre dernier sur Netflix, le dernier long-métrage de Martin Scorsese suit le récit de vie d’un homme, Frank Sheeran, ancien tueur à gages pour le compte de la mafia italo-américaine. Avec ce film long multipliant les personnages et les niveaux de narration, le réalisateur tisse le témoignage d’un homme et d’une époque, au sein d’une grande mythologie de la pègre. Décryptage.  

Lire la critique

Et si vous pouviez pécho’ grâce au «Regard Libre»?

Le Netflix & chill du samedi – Loris S. Musumeci

Il ne manquait plus que ça! Consacrer une rubrique entière à Netflix. Le Regard Libre a pourtant toujours su ne pas se soumettre ni aux modes ni aux aléas de l’actualité. Le Regard Libre, média par excellence de la prise de distance et de la maturation des sujets. Où est passée la réflexion? Où est passée la défense du vrai cinéma, celui qui chaque semaine est porté par trois analyses dans notre rubrique «Les mercredis du cinéma»?

Lire la suite de l’éditorial

« Silence »

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Crachez sur cette croix et dites que votre soi-disant Vierge Marie est une putain. »

1633. Pax Christi. Le Père Ferreira (Liam Neeson) a apostasié, dit-on. Les jeunes jésuites, Rodrigues (Andrew Garfield) et Garupe (Adam Driver), ne peuvent l’accepter. Comment leur mentor, parti évangéliser le Japon, a-t-il pu renier sa foi ? Il faut s’embarquer à sa rescousse.

Les deux néo-missionnaires partent pour l’Extrême Orient. Dans une terre inconnue, mystérieuse, hostile. La réalité sur le lieu est pire qu’imaginée. Rodrigues et Garupe sont accueillis sur l’île par une petite communauté chrétienne clandestine. Ils doivent se cacher. Le Grand Inquisiteur crucifie tous les dénommés « kiristan » qui ne renient pas leur religion par un geste blasphématoire. Pis encore pour les prêtres, à la fois porteurs de mensonge et de colonisation. Continuer la lecture de « Silence »