Archives par mot-clé : merveilleux

«Les animaux fantastiques 2» ou comment se faire de l’argent

Les mercredis du cinéma – Lauriane Pipoz et Jonas Follonier

Il s’agit du deuxième volet de la nouvelle saga Les animaux fantastiques, se situant dans le même univers de fiction que la série de films Harry Potter. Autant dire qu’on en avait entendu parler et parler, de ce film-événement au budget tout aussi historique. Et autant dire que les fans du sorcier, adolescents à l’âge plutôt avancé et adultes relativement jeunes, étaient au rendez-vous. J. K. Rowling, auteur du best-seller ayant donné lieu à cette icône du merveilleux, signe le scénario de cette nouvelle série de films. Si le premier volet, sorti il y a deux ans, nous avait convaincus, ce deuxième épisode n’aura pas réussi à susciter notre enthousiasme. Loin de là.

Continuer la lecture de «Les animaux fantastiques 2» ou comment se faire de l’argent

Publicités

« Amour et Psyché » d’Omar Porras, un voyage dans l’empyrée

Le Regard Libre N° 38 – Thierry Fivaz

Les 27 et 28 mars derniers était présenté au Théâtre du Passage, à Neuchâtel, Amour et Psyché. Première création d’Omar Porras pour le TKM (2017) : retour sur un moment d’émerveillement.

Il y avait une fois une jeune femme qui s’appelait Psyché. Fille de roi, Psyché était si belle et si pure que son insolente et incomparable beauté en vint à provoquer la colère de Vénus, déesse de l’amour et de la beauté. Responsables du courroux divin : les charmes de la jeune femme. Ces derniers étaient si rares et si merveilleux qu’ils en allaient jusqu’à faire perdre la raison à ceux qui les avaient contemplés. Emerveillés, les hommes en vinrent à croire qu’ils tenaient en la jeune femme une Vénus nouvelle – et mortelle. C’est ainsi que, progressivement, les autels de la divinité furent délaissés au profit de ceux que l’on érigea en l’honneur de Psyché.

Continuer la lecture de « Amour et Psyché » d’Omar Porras, un voyage dans l’empyrée

Emir Kusturica nous emmène sur sa voie lactée avec Monica Bellucci

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Une rubrique partenaire de Cinérevue, l’émission cinématographique de NeuchVox. Prochain direct : lundi 2 octobre 2017, 20h30 – 21h00

« D’après trois histoires vraies et une imagination débordante » : ainsi commence On the Milky Road. Dans une Yougoslavie en plein conflit, un petit coin de paysannerie apparaît à l’écran. Des oies, rappelant celles du Capitole qui – selon l’historien latin Tite-Live – prédirent une invasion gauloise, se baignent dans le sang d’un porc que l’on vient de tuer. Un incipit à l’image de tout le long métrage : du tragique et du comique barbouillant dans le même récipient au son de la langue serbe.

Les couleurs, ce sont aussi elles que l’on remarque aussitôt : bien avant le laitier Kosta (interprété par le réalisateur lui-même, Emir Kusturica) et sa sœur Milena (Sloboda Micalovic), c’est le décor qui est le premier personnage du film. Des paysages à couper le souffle, un soleil qu’on dirait divin, des animaux omniprésents. Cet univers est aussi fantasque. Une poule qui sautille devant un miroir, des oiseaux qui dansent, une horloge qui « mord » tous ceux qui veulent la réparer : on comprend que le cinéma de Kusutrica puisse diviser. Continuer la lecture de Emir Kusturica nous emmène sur sa voie lactée avec Monica Bellucci

« Les animaux fantastiques »

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Nous revoilà dans le même univers de fiction que la saga Harry Potter. Sauf que cette fois, l’histoire se passe à New York, dans les année 1920, soit septante ans avant les aventures du jeune sorcier. La ville américaine est secouée par une série de catastrophes inexplicables. Les sorciers, tout comme le spectateur, devinent très vite que ces dernières ont une cause magique. Il y a donc une opposition centrale dans cette série dérivée d’Harry Potter : l’opposition entre magiciens et non-magiciens.

Chez les « non-mages » (appelés « moldus » par les Britanniques), c’est l’inquiétude et la méfiance qui règnent. La secte des Fidèles de Salem se bat même pour une extermination des sorciers. Du côté du congrès américain de la magie, le mot d’ordre est simple : il ne faut pas se dévoiler, afin d’éviter une guerre avec les non-mages. Le décor du premier épisode écrit par J. K. Rowling est donc avant tout politique ; les allusions historiques au destin des Juifs, à la chasse aux sorcières ou au totalitarisme ne sont évidemment pas absentes. Continuer la lecture de « Les animaux fantastiques »