Archives par mot-clé : oscar du meilleur acteur

La déshumanisation du «Pianiste»

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: Le cinéma de Polanski – Loris S. Musumeci

Palme d’or au festival de Cannes, Oscar du meilleur réalisateur pour Roman Polanski, Oscar du meilleur acteur pour Adrien Brody, sept Césars, entre autres nombreuses récompenses. Le Pianiste, adapté du roman autobiographique de Wladyslaw Szpilman, est sans conteste le film le plus connu de Polanski, son plus grand succès. L’un des films majeurs de la Shoah au cinéma. L’œuvre est en effet grandiose. Elle raconte l’histoire du pianiste juif Szpilman, qui a échappé à la déportation dans une Varsovie occupée par les nazis.

Lire la rétrospective

DiCaprio, simply the best

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: Les coronarétrospectives du cinéma – Loris S. Musumeci

Il n’avait pas encore vingt ans qu’il s’était déjà fait remarquer. Après avoir décroché quelques rôles à la télévision entre émissions, sitcom et publicités, Leonardo DiCaprio entre au cinéma en 1991 avec le film d’horreur Critters 3 de Kristine Peterson. Le film n’est pas brillant, mais l’acteur, du haut de ses dix-sept ans, se fait déjà un nom à Hollywood. Ce qui le mène deux ans plus tard à donner la réplique à Robert De Niro dans Blessures secrètes (1993) de Michael Caton-Jones. La rencontre avec cet acteur qui était déjà au sommet prendra toute son importance dix ans plus tard, parce que De Niro est l’acteur fétiche de Martin Scorsese – privilège qu’il partagera ensuite volontiers avec DiCaprio justement; et en 2002 Scorsese entamera une longue et fructueuse collaboration avec DiCaprio, sous le conseil de De Niro.

Lire la suite de la biographie

«Uncut Gems»: un loser au sourire de winner

Le Netflix & chill du samedi – Loris S. Musumeci

«On dit qu’on peut voir tout l’univers dans les opales.» 

Quelle est la différence entre un côlon et une pierre précieuse? Aucune, selon les images d’Uncut Gems. Le film s’ouvre sur des mines éthiopiennes où, suite à un accident qui a détourné l’attention des chefs de chantiers, deux mineurs découvrent et s’emparent d’une pierre précieuse, une opale. Brute, elle laisse néanmoins apparaître entre la terre qui la recouvre des couleurs plus vives que vives. Criardes. Folles. Des couleurs qui semblent refléter toute la lumière de l’univers.

Lire la suite de la critique