Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » «Les Papillons noirs», de la série à la librairie

«Les Papillons noirs», de la série à la librairie

6 minutes de lecture
par Quentin Perissinotto
0 commentaire
Les papillons noirs

Mody, un écrivain tourmenté en panne d’inspiration, est mystérieusement contacté par un vieil homme pour écrire le récit de sa vie: son histoire d’amour avec Solange. Chronique d’une série à succès transposée en roman, sur fond de meurtres et d’ambiance pop seventies.

D’abord réticent à écrire les mémoires d’un homme en fin de vie, Adrien, connu sous le nom de plume de Mody, se montre très vite intrigué par le récit de cet illustre inconnu qui vient lui proposer de mettre par écrit son histoire d’amour avec Solange. D’apparence taciturne et calme, Albert Desiderio révèle, au fil des enregistrements, qu’il a formé, avec Solange, un couple de serial killers qui a sévi chaque été dans la France des années 70. Le premier meurtre a été un accident, les suivants soigneusement préparés. Leur relation aussi fusionnelle que complexe, et surtout totalement déréglée, semblait devoir les mener aux confins de la folie. Pourtant, ils ne paraissaient jamais tanguer.

A la belle saison, Solange et Albert partaient en vacances pour sillonner les routes et enchaîner les meurtres; le reste de l’année, ils formaient un couple modèle et discret, travaillant dans leur propre salon de coiffure. Et plus les souvenirs racontés par le vieil Albert Desiderio s’accumulent, plus Mody se défoule avec fureur sur son clavier, à coucher ce texte comme s’il se battait sur un ring. Car il commence à comprendre que l’histoire que lui narre Albert n’est pas sans rappeler la sienne.

On ne lésine pas sur l’hémoglobine

Initialement, Les Papillons noirs, c’est un polar endiablé sous forme de série de six épisodes, diffusés sur Arte et Netflix, qui se mue en drame psychologique, sondant les pulsions des personnages. Que ce soit le couple Albert et Solange ou Adrien Winckler, nul n’hésite à laisser libre cours à sa violence, quitte à devoir effacer ensuite les traces de sang. Mais cette violence assourdissante n’est jamais gratuite, elle campe une atmosphère lourde de non-dits et de révélations qui retournent l’intrigue et le spectateur.

«Là je te raconte des dates, des noms, des lieux, je décris des scènes avec des détails, mais c’est pas l’essentiel. L’essentiel, c’est ce qu’il se passait dans notre tête, ça, ça peut pas se raconter. Il faut l’avoir vécu pour le comprendre. C’est là que ton talent intervient, Adrien. C’est à toi de retranscrire tout ça, d’imaginer, de t’imprégner, de ressentir. C’est pour ça que j’ai fait appel à toi.»

Visuellement, la série est un vrai bonheur! On y découvre un grain rétro couplé à des musiques disco qui magnétisent toute l’action. Voir Les Papillons noirs, c’est plonger dans une ambiance endiablée et acidulée au rythme d’une intrigue faite de secrets et d’excès, c’est swinguer parmi les flash-back aux teintes pop et solaires, qui tranchent radicalement avec la noirceur des âmes et leurs crimes. Mais est-ce que lire le bouquin, c’est retrouver ce même tempo?

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

Car une dernière surprise est de mise concernant cette série qui réserve son lot de retournements de situation: le livre qu’écrit Mody tout au long des six épisodes est disponible en librairie. S’il est plutôt habituel de voir des films adaptés de romans, le contraire est bien plus étonnant. Surtout qu’il ne s’agit nullement de l’histoire transposée à l’écran, mais bien uniquement de celle d’Albert et Solange, sous la plume et l’imagination de Mody. Il ne reste alors plus qu’à savoir si le texte édité chez Le Masque est au niveau de la série…

Moins de sang sur le papier, mais une même musique?

Dès les premières pages, l’écriture nerveuse et saccadée nous fait ressentir le rythme lancinant de la série. Le style oral est percutant et rend les deux protagonistes tout de suite très attachante; la succession d’images nous replonge dans cette frénésie quasi psychédélique. Derrière la jaquette estampillée «Mody» se cache en réalité Gabriel Katz, auteur d’une trentaine de romans dans l’ombre, mais aussi de plusieurs livres de fantasy, polars et même de bandes dessinées.

La version papier des Papillons noirs recèle bien moins de scènes gore que son homologue dont la réalisation éludait les détails sordides: elle met davantage l’accent sur les sentiments parfois contradictoires qui cimentent la relation d’Albert et Solange et explore la triade entre jalousie, désir et vengeance. Avec la raison qui tantôt flotte au-dessus! Si le début du roman est très convaincant et que l’on retrouve cette mélodie qui rendait la série aussi entraînante qu’addictive, la narration se tasse dans le dernier tiers du livre et finit un peu en queue de poisson…

Le concept initial était des plus intrigants et prometteurs: pouvoir tenir entre ses mains un texte écrit par un personnage fictif, quelle mise en abyme géniale! Surtout après avoir été totalement conquis par la série. Malheureusement, le roman n’est pas aussi marquant et manque de surprises. Pour autant, il ne constitue pas simplement un goodie et on a du plaisir à suivre l’histoire rocambolesque de ces Bonnie et Clyde des seventies. Le côté électrisant du disco en moins.

Ecrire à l’auteur: quentin.perissinotto@leregardlibre.com

Crédit photo: © Quentin Perissinotto pour Le Regard Libre

Vous venez de lire une recension en libre accès. Débats, analyses, actualités culturelles: abonnez-vous à notre média de réflexion pour nous soutenir et avoir accès à tous nos contenus!

Gabriel Katz 
Les Papillons noirs 
Le Masque 
2022 
270 pages 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2022 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl