Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » «Asteroid City», d’un formalisme cloisonnant!

«Asteroid City», d’un formalisme cloisonnant!5 minutes de lecture

par Mathieu Vuillerme
0 commentaire
«Asteroid City» (Wes Anderson, 2023) © 2023 Focus Features, LLC

Wes Anderson est probablement le réalisateur contemporain le plus facilement reconnaissable. Plans symétriques, humour absurde, couleurs pastel, le cinéaste américain a imposé sa patte. Mais s’est-il enfermé dans son propre schéma avec Asteroid City?

Ville fictive du Midwest coincée entre des essais nucléaires et un cratère de météorite, Asteroid City accueille annuellement un concours scientifique pour les enfants passionnés par le cosmos. En cette année 1955, une surprenante visite venue de l’espace va pourtant bousculer l’équilibre et forcer les autorités à confiner tous les participants aux festivités.

Dès le premier plan du métrage, Asteroid City est identifiable comme un film d’Anderson. Les cadres sont soignés et l’usage du noir et blanc rappelle ses précédentes œuvres. Là, un hôte (Bryan Cranston, connu pour son rôle dans Breaking Bad) annonce que l’histoire qui va nous être révélée est une pièce de théâtre. Etrange amorce scénaristique, qui servira à ponctuer tout le récit. De là s’ensuit un traveling embarqué depuis un train jusqu’à Asteroid City, lieu principal des événements. Les différents protagonistes présentés (beaucoup, beaucoup de protagonistes), l’auteur embarque les spectateurs dans un méli-mélo loufoque à base de plans millimétrés et de panoramiques réglés comme du papier à musique. Seulement, quelque chose cloche.

Désordre dans le cadre ordonné

Si tous les personnages sont intéressants, voire drôles (les trois filles du protagoniste principal, hilarantes de décalage et d’humour noir, n’ont malheureusement pas assez de temps à l’écran pour leur potentiel), ils sont trop nombreux pour pouvoir être réellement exploités. Le narrateur de départ doit d’ailleurs introduire les personnages, joués par des comédiens de théâtre fictifs, qui interpréteront la pièce (en noir et blanc) jouée dans le film (en couleurs). Attention à ne pas cligner des yeux, au risque de manquer l’une ou l’autre apparition dont l’importance reste à déterminer. Cette vitesse qui confine à la précipitation crée une première barrière avec le spectateur, qui se retrouve submergé d’informations et ne sait plus quoi retenir. Finalement, seuls quelques-uns d’entre eux sont vraiment importants, tandis que le reste ne sert qu’à remplir le cadre.

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

Parallèlement à ce déferlement de personnages, sous-intrigues et éléments de décor, l’intrigue est très simpliste. Le rôle pivot dans l’histoire est tenu par le personnage de Steenbeck (Jason Schwartzman), fraîchement veuf; sa relation avec Midge Campbell (Scarlett Johansson) est probablement la meilleure surprise. Toute en finesse et retenue, elle tisse un fil rouge dans un récit décousu qui, une fois les points reliés, ne s’éloigne guère de son résumé initial. Même le désordre annoncé par l’arrivée d’un alien (joué par un Jeff Goldblum inutile) n’est au final pas assez impactant pour réellement faire évoluer le film. C’est à se demander si le réalisateur n’aurait pas gagné à éliminer cette intrigue d’extraterrestre afin de faire respirer un peu le propos, déjà alourdi par une narration enchâssée dont les fils se croisent à plusieurs instants.

Trop de méta tue le méta

S’il est un élément scénaristique particulièrement délicat à gérer, c’est bien l’enchâssement narratif. Le défi d’entremêler des lignes narratives qui ne sont pas censées se rencontrer est un véritable casse-tête à l’écriture. Dans Asteroid City, l’emboîtement théâtre-cinéma-narrateur semble clair au premier abord. En réalité, il devient très vite confus dès lors que des personnages sortent du champ «cinéma» par une porte (littéralement) pour arriver dans les coulisses du «théâtre», en noir et blanc, et se plaindre de leurs actions. Si le potentiel comique est intéressant, cela vire vite à une sorte de déboîtement, voire de dédouanement: un narratif qui justifie le manque de cohérence et le piétinement du scénario.

A lire aussi | L’Ile aux chiens, une œuvre d’art complète

Pourtant, il serait injuste de trop taper sur ce film dont l’ambiance «maison de poupée» est stupéfiante. L’utilisation d’effets numériques et d’incrustations de miniatures enrichit le travail sur les proportions; Anderson, grand narrateur, manipule les petits personnages. Bien qu’il lui manque une réelle dramaturgie pour tenir en haleine, Asteroid City reste un bon film où la pléthore de célébrités force le respect, tant il semblait impensable de les voir toutes être dirigées de façon exemplaire.

Ecrire à l’auteur: mathieu.vuillerme@leregardlibre.com

Vous venez de lire une critique en libre accès. Débats, analyses, actualités culturelles: abonnez-vous à notre média de réflexion pour nous soutenir et avoir accès à tous nos contenus!

Asteroid City (affiche)

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl