Archives par mot-clé : il était une fois dans l’ouest

Le photoreportage de Bernard Léchot: «Il était une fois dans l’Ouest»

PHOTOREPORTAGE, Bernard Léchot | J’ai eu envie de partir sur les traces de ce chef-d’œuvre absolu signé Sergio Leone. La ferme de «Sweetwater» m’attendait dans le désert de Tabernas, en Andalousie. Un peu plus à l’ouest, en cherchant bien, j’ai abouti à la petite gare abandonnée de La Calahorra-Ferreira, où descendait Claudia Cardinale... Et beaucoup plus à l’ouest, de l’autre côté de l’Atlantique, à deux pas de Monument Valley, face aux ruines de l’arche, la musique d’Ennio Morricone a vrillé le silence du désert. Emotion

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

1966-1971: un âge d’or que personne n’a vécu

Le Regard Libre N° 59 – Jonas Follonier

«Je suis nostalgique d’une époque que je n’ai pas connue et que je veux vivre à travers la musique», déclarait l’insupportable Serge Gainsbourg. Aujourd’hui, nous sommes un certain nombre à regretter sa grande époque à lui, la période 1966-1971. Affirmer que c’est sa grande époque, c’est d’ailleurs déjà déclarer son amour pour cette période. Celle où s’opérait la convertion anglosaxonne des yéyés sous la promesse des seventies; celle où se cotoyaient la variété d’Hardy et le folk rock de Polnareff; celle du début des Doors, des derniers albums des Beatles et de la trilogie du dollar de Sergio Leone. Magnéto, Serge.

Lire l’article

Bernard Léchot: «La réalisation d’un album débute quand on la croit terminée»

L'artiste neuchâtelois sort «Impasse du bonheur».

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

Il était une fois… Quentin Tarantino

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Le neuvième film du réalisateur américain Quentin Tarantino – qui ferait presque penser à son dixième pas encore sorti et qui serait son dernier – s’impose en véritable chef-d’œuvre. Truffé d’allusions au cinéma, le très attendu Il était une fois… à Hollywood est une fable tarantinesque à souhait.

Lire la critique