Archives par mot-clé : thriller

«Millénium: ce qui ne me tue pas», déjà un classique

Les mercredis du cinéma – Virginia Eufemi

Millénium: ce qui ne me tue pas est un thriller-action-policier très réussi par le cinéaste uruguayen Fede Alvarez. Inspiré du roman Ce qui ne me tue pas de David Lagercrantz, qui a repris la trilogie Millénium de l’écrivain suédois Stieg Larsson, ce long-métrage est très riche et complexe, sans être compliqué.

Continuer la lecture de «Millénium: ce qui ne me tue pas», déjà un classique

«Searching»: les médias sur grand écran

Les mercredis du cinéma – Hélène Lavoyer

Entre vidéos et photos souvenirs classées dans l’ordinateur, nous observons l’écran nous présenter la vie de famille des Kim, jusqu’au décès de Pamela Nam Kim (Sara Sohn). Le mari, David (John Cho), et sa fille Margot (Michelle La) désormais sans sa mère, doivent faire face et continuer à vivre. Un soir, tout vient bouleverser à nouveau leurs vies.

Continuer la lecture de «Searching»: les médias sur grand écran

« Fleuve noir »

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Ecoutez Madame, un brave garçon comme le vôtre ça disparaît pas comme ça. »

Le commandant Visconti est chargé de l’affaire Dany.  Dany Arnault a disparu un mercredi. Il a quitté la maison le matin pour se rendre au lycée, mais il n’est pas allé en cours. Aucune trace de lui. Le flic interprété par Vincent Cassel peine cependant à se concentrer sur l’affaire : il est profondément alcoolique et son fils est mêlé à une histoire de deal. Pourtant, il ne lâche rien. L’apparition d’un suspect trop suspect, le professeur Bellaile, et, par-dessus tout, l’amour naissant pour la Solange, mère de la victime, poussent Visconti à aller au-delà des droits que lui accordent l’enquête.

Continuer la lecture de « Fleuve noir »

« Under the silver Lake » – mouffette, branlette, fumette : une bonne recette !

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Thierry Fivaz

Under the silver lake est un véritable hommage au cinéma et à la culture populaire américaine. Présenté dans le cadre de la compétition internationale au NIFFF, c’est un film aussi étrange qu’amusant ; une véritable chasse au trésor avec un idiot attachant. Continuer la lecture de « Under the silver Lake » – mouffette, branlette, fumette : une bonne recette !

« Piercing » : un bijou cinématographique transperçant

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Virginia Eufemi

Le jeune réalisateur américain Nicolas Pesce revient, après le film d’horreur The eyes of my mother en 2016, avec une adaptation de la nouvelle Piercing (1994) de l’écrivain japonais Ryu Murakami. Présenté en compétition internationale lors de cette dix-huitième édition du NIFFF, Piercing est un bijou cinématographique, un thriller psychologique aux allures de comédie.

Continuer la lecture de « Piercing » : un bijou cinématographique transperçant

« Number 37 » : beaucoup de sang pour pas grand-chose

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Hélène Lavoyer

Hier matin matin était projeté au NIFFF le (très) long-métrage Number 37. Un thriller inspiré du Rear Window qui avait valu à son réalisateur, Alfred Hitchcock, quatre nominations aux Oscars. Dans cette version produite par Benjamin Overmeyer et Bradley Joshua, le cadre migre en Afrique du Sud dans un quartier pauvre où la seule loi valide est celle du plus violent, ou du plus chanceux.

Continuer la lecture de « Number 37 » : beaucoup de sang pour pas grand-chose

« Pig (khook) » : vous allez liker !

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Thierry Fivaz

La vie est injuste ! Alors que ses confrères réalisateurs se font décapiter et ont la chance de faire les unes des journaux télévisés, personne ne semble accorder la moindre attention à Hasan Kasmai, réalisateur lui aussi.

Continuer la lecture de « Pig (khook) » : vous allez liker !

« Death Wish » ne nous aura donné envie de rien

Les mercredis du cinéma – Hélène Lavoyer

«  – Qui êtes-vous ?

– Ton dernier client. »

Paul Keersey (Bruce Willis) est chirurgien urgentiste à Boston. Vivant entre le rythme effréné des opérations et l’harmonie de sa vie de famille aux côtés de sa femme et de sa fille, il mène une vie privilégiée, contrastant fortement avec celles des gangsters et autres miséreux de la ville. Repéré par le voiturier d’un restaurant qui photographiera son adresse afin de le cambrioler, celui qui s’est éloigné du déterminisme social dans lequel aurait pu le plonger la relation malsaine qu’il entretenait avec son père se voit un jour démuni.

Sa femme et sa fille sont agressée lors du vol organisé par le fameux voiturier, alors qu’il avait du se rendre précipitamment à l’hôpital. La première décèdera et la seconde restera plongée dans un profond coma, chaque jour amoindrissant un peu plus ses chances de survie. Seul face au deuil, hanté par l’inquiétude et la colère, il ne trouvera le sommeil que le jour où il se retrouve de façon impromptue au milieu d’une scène de vol de voiture. Sans sourciller, il utilise pour la première fois l’arme récupérée sur l’un de ses patients et assassine l’un des malfrats. Continuer la lecture de « Death Wish » ne nous aura donné envie de rien

« Everybody knows » that the dice are loaded

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Film d’ouverture de la 71e édition du Festival de Cannes, Todos Lo Saben (ou Everybody Knows), du réalisateur iranien Asghar Farhadi, dépeint une Espagne touchante, poignante et réaliste.

Continuer la lecture de « Everybody knows » that the dice are loaded

« Action ou vérité », telle est la question

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Le jeu nous a suivis. »

Ola le Mexique ! Une bande de potes arrive pour des vacances de folie ! Selfies à gogo, beuveries, rires, interminables soirées, coucheries sans lendemains : le rêve pour des étudiants en dernière année à l’université. Au dernier soir du séjour au Mexique, l’intelligente et sérieuse Olivia (Lucy Hale) rencontre un charmant jeune homme. Il dit s’appeler Carter (Landon Liboiron). Assurément, il est beau gosse ; et il lui en faut peu pour séduire la vacancière. Le bar festif ferme, mais hors de question de s’arrêter là pour une dernière nuit qui doit demeurer inoubliable.

Carter propose donc à Olivia et ses amis de continuer à s’amuser dans un lieu « génial », dit-il. Légèrement éméchés, les jeunes se rendent dans un ancien monastère sur une colline au bord de l’eau, malgré la stricte interdiction de pénétrer le domaine. Tout est vieux. Tout est cassé. Tout est sombre. Mais il y a des chaises et des bouteilles. Pourquoi ne pas jouer à action ou vérité sous la proposition de Carter ? Et le paranormal commence…  discrètement. La soirée se conclut dans la dispute, sans rien de trop choquant. De retour à l’université, tout prend cependant une autre tournure. Le jeu a suivi les étudiants. Il s’impose à eux. Il est démoniaque. Et n’a en fait plus rien d’un jeu.

Continuer la lecture de « Action ou vérité », telle est la question