Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Dès ce mois-ci, un nouveau roman inédit dans Le Regard Libre
Littérature

Communiqué

Dès ce mois-ci, un nouveau roman inédit dans Le Regard Libre

par Le Regard Libre
0 commentaire

Nouvelle année, nouveaux projets. Après le premier roman Le retour du jeune auteur suisse Elliot Mazzella, qui devrait paraître aux Editions de l’Aire au courant de cette année, ces colonnes accueillent dès ce mois-ci le nouvel opus de l’écrivain André Durussel.

L’auteur du roman inédit La nuit du Gütsch, qui sera publié sous forme de feuilleton dans les éditions 2024 du Regard Libre, est né en 1938. Il a été un grand lecteur de Simone Weil (1909-1943) lorsqu’il travaillait lui-même en usine à Lucerne, au cœur de la Suisse centrale, une ville connue surtout pour son attrait touristique. Sur le plan intellectuel et spirituel, il peut aussi se situer du côté de Jean-Marie Domenach (1922-1977), dans ce courant personnaliste dont on ne parle plus guère aujourd’hui. En février 1966, toujours à Lucerne, il découvre par exemple le philosophe Henri Bergson (1859-1941), dans son essai sur la relation entre le corps et l’esprit.

Plutôt poète que véritable romancier, lecteur des œuvres du théologien lucernois Hans-Urs von Balthazar (1905-1988), mais de confession réformée, André Durussel nous entraîne ainsi, à une époque pas si lointaine, dans l’aventure de son héros. Une vie qui s’achève prématurément lors de l’incendie d’une fabrique de compteurs à eau et à gaz en 1960 à Lucerne, un sinistre qui a réellement eu lieu.

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

La thématique générale de cette aventure est bien, en effet, celle du regard. Tout d’abord, le regard libre de cet «Aimé» qui découvre non seulement les lieux et leur histoire. Mais aussi le regard de son ami Bartimée (cet aveugle qui aurait retrouvé la vue autrefois à la sortie de Jéricho), puis celui de sainte Odile, dont la statue se trouve à Buttisholz. Et enfin, comme une sorte de consécration, le regard d’une jeune autrichienne prénommée Santa lorsque, avec Aimé, «leurs yeux se rencontrèrent», selon la belle expression de Jean Rousset (1910-2002).

Nous écrire: redaction@leregardlibre.com

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl