Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Beethoven: le triomphe du bonheur et de la fraternité

Beethoven: le triomphe du bonheur et de la fraternité5 minutes de lecture

par Jean-David Ponci
0 commentaire

Le Regard Libre N° 62 - Jean-David Ponci

La musique de Beethoven présente peu de mélodies, si on la compare à celle d’autres compositeurs: Mozart, Schubert... Elle n’est guère plaisante, et encore moins mondaine. Les fameux quatre coups qui ouvrent la cinquième symphonie ne sont pas une mélodie, mais un motif. Un motif pour dire quoi? Beethoven le révèle lui-même à son ami Schindler: «Ainsi frappe le destin à ma porte».

La victoire de la beauté

Voici l’homme. Un homme qui a su faire face à son destin. Beethoven n’est pas seulement un compositeur de génie, c’est un héros, un symbole de la force contre l’adversité, une icône de la victoire de la beauté contre les laideurs de l’existence. Et quelles sont ces laideurs? Bien sûr sa surdité, qui s’accentue vers l’âge de trente ans, mais, avant cela, une enfance malheureuse, un père ivrogne, des déboires sentimentaux; plus tard l

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Si vous avez un compte, connectez-vous. Sinon, découvrez nos différentes formules d'abonnements et créez un compte à partir de CHF 2.50 le premier mois.

Vous aimerez aussi

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl