Une chanson anti-hippies

La richesse de la chanson française (6/6)

Le Regard Libre N° 18 – Jonas Follonier

Pour le dernier volet de «La richesse de la chanson française», nous allons nous intéresser à une chanson de Johnny Hallyday. Plongeons-nous dans le contexte de 1966, une année importante car elle constitue pour moi le début de la période musicale la plus impressionnante de la chanson française du XXe siècle: 1966-1968.

Publicités

C’est en l’espace de ces trois ans que vont éclore les titres les plus paradigmatiques de la nouvelle génération de chanteurs: La Poupée qui fait non, Love me, please love me, L’Amour avec toi et Le Bal des Laze de Michel Polnareff; Les play-boys et Il est cinq heures, Paris s’éveille de Jacques Dutronc; La Javanaise et Bonnie and Clyde de Serge Gainsbourg; Noir c’est noir de Johnny Hallyday.

A lire aussi | Escapade baroque au Bal des Laze 

Or, en 1966, ce dernier sort la chanson Cheveux longs et idées courtes dans l’album La génération perdue. Cette dernière a un destinataire précis: le chanteur barbu Antoine. Celui-ci, la même année, sort son premier succès: Les Elucubrations d’Antoine. Dans l’un de ses couplets, Antoine présente Johnny comme étant une idole démodée: «Tout devrait changer tout le temps / Le monde serait plus amusant / On verrait des avions dans les couloirs du métro / Et Johnny Hallyday en cage à Medrano.»

Publicités

Cependant, Johnny, qui n’est pas aussi idiot que sa marionnette dans Les Guignols, va répliquer avec l’aide de son parolier Gilles Thibaut. Cheveux longs et idées courtes répond directement à Antoine: «Si les mots suffisaient pour tout réaliser / Assis sur son derrière avec les bras croisés / Je sais que dans une cage je serais enfermé / Mais c’est une autre histoire que de m’y faire entrer / Car il ne suffit pas d’avoir les cheveux longs.»

NEWSLETTER DU REGARD LIBRE

Recevez nos articles chaque dimanche.

Plus généralement, la chanson s’en prend aux hippies, que l’idole des jeunes n’appréciait guère: «Si monsieur Kennedy / Aujourd’hui revenait / Ou si monsieur Gandhi / Soudain ressuscitait / Ils seraient étonnés / Quand on leur apprendrait / Que pour changer le monde / Il suffit de chanter […] Et surtout, avant tout / D’avoir les cheveux longs.» A l’issue de ce feuilleton, il ne vous reste plus, chers lecteurs, qu’à écouter ce bel exemple de chanson désengagée, assis sur votre canapé à côté de votre lecteur vinyle, en bal(l)ade dans notre bel été avec vos écouteurs, ou encore sur les ondes pratiques de YouTube.

Ecrire à l’auteur: jonas.follonier@leregardlibre.com

Laisser un commentaire