Sarah Halimi

L’affaire Sarah Halimi révèle les fractures françaises

ANALYSE, Nadine Richon | Il y a exactement cinq ans, en avril 2017, débutait l’affaire Sarah Halimi, cette retraitée juive assassinée par son voisin de 27 ans, jugé totalement irresponsable. Aujourd’hui, la boucle est bouclée: close sur le plan judiciaire, l’histoire a été enterrée en janvier 2022 avec le rapport d’une commission parlementaire déchirée, mais confirmant l’absence de dysfonctionnements policiers et judiciaires. Nathanaël Majster, l’un des avocats consultés par la famille de Sarah Halimi, nous décrit les pistes possibles pour relancer cette affaire, qui reste une blessure et une insulte pour les juifs, se reconnaissant ou non dans «la communauté».

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)