La mélancolie de la vraie gauche

Face aux échecs du siècle dernier, la gauche a changé de terrain. Plus soucieuse du sort des minorités que des travailleurs, plus emprunte d’hypocrisie que de valeurs sérieuses, elle déçoit. Mais des cendres de la déception naît un étrange sentiment: la mélancolie. Cet affect se révèle la clef d’un retour de la vraie gauche.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement