Archives par mot-clé : afghanistan

Avec «A Thousand Girls Like Me», Sahra Mani se bat au quotidien pour les femmes de son pays

Le Regard Libre N° 50 – Loris S. Musumeci

Dossier spécial FIFF 2019

Voilà un documentaire qui marque. Voilà une réalisatrice qui marque tout autant. Son courage et sa volonté de changer les choses l’ont menée à raconter l’histoire de Khatera Golzad dans A Thousand Girls Like Me. Cette jeune fille de vingt-trois ans a été abusée par son père durant des années, qui est devenu fou à cause de la guerre. Mais parler de ce genre de tabou ne fait pas très bonne impression. Elle franchit néanmoins le pas en s’exprimant à la télévision. La famille exclut et menace Khatera, à l’exception de sa mère qui la soutient et l’aide à élever ses deux enfants; la justice est mal à l’aise dans la mesure où la voix d’une femme n’est que rarement écoutée. Pourtant, le père est bel et bien emprisonné. Ce qui n’achève toutefois pas les peines de Khatera, ses deux enfants et sa mère. Jusqu’au jour, du moins, où elle peut enfin commencer à se reconstruire, en France.

Lire la suite de l’entretien
Publicités

Elections sous tensions au Pakistan

Les lundis de l’actualité – Clément Guntern

Le 25 juillet de cette année se tiendront les élections législatives au Pakistan. Information qui, au premier abord, peut sembler banale. Cependant, jamais, dans ce pays de 200 millions d’habitants aux portes du théâtre afghan, deux gouvernements civils successifs ne s’étaient succédé. Alors qu’au moins quinze chefs d’Etat ont été déposés par la puissante armée depuis 1947, un semblant de stabilité se serait-il installé dans la République islamique du Pakistan ?

Continuer la lecture de Elections sous tensions au Pakistan

L’Ouzbékistan

Le Regard Libre N° 33 – Baptiste Michellod

Samarcande, Bukhara, Merv, Balkh. Autant de noms dont la simple évocation a le don de faire voyager celui qui les lit. Ces lieux, qui font actuellement partie de l’Ouzbekistan, du Turkménistan et de l’Afghanistan, nous les regrouperons sous le nom de Transoxiane. Transoxiane fait référence à toutes les terres au-delà du fleuve Oxus, nom antique de l’Amou Darya. Le territoire s’est successivement situé aux confins des empires perses, helléniques, arabes puis russes. Même la lointaine Chine convoita la Transoxiane, tentant de s’en emparer au VIIIe siècle de notre ère, peu après les conquêtes arabes. La bataille de Talas, remportée par les Arabes en 751, mit un terme à l’expansion chinoise vers l’Ouest tout comme aux conquêtes arabes vers l’Orient, et tourna définitivement l’Asie Centrale vers le monde islamique.

Aujourd’hui à très forte majorité musulmane, la Transoxiane est aussi habitée par des communautés chrétiennes et juives. D’abord terre des confins, la Transoxiane est devenue terre d’échange lors de l’essor des routes commerciales qui se développent très tôt entre l’Inde, la Chine et le monde méditerranéen. De plus, le pays est parsemé de reliques grecques, zoroastriennes, bouddhistes et hindoues. Maintes civilisations s’y sont mutuellement influencées. Continuer la lecture de L’Ouzbékistan

« Le désert… c’est comme l’idée de l’éternité », mars 1970 – août 1979

Le Regard Libre N° 27 – Loris S. Musumeci

Jours fastes (6/6)

Riches et profondément attachants que ces Jours fastes s’étendant de 1942 à 1979. La correspondance des deux époux écrivains Corinna Bille et Maurice Chappaz s’achève dans les parfums d’Afrique et les couleurs d’Asie par le cinquième chapitre : « Le désert… c’est comme l’idée de l’éternité » (1970 à 1979).

L’Afrique post-familiale

« Mais le désert, Maurice, le désert… c’est comme l’idée de l’éternité qu’on ne peut comprendre avant de la vivre. »

Telle est la première impression marquante du voyage de Corinna vers l’Afrique. Le désert. Contemplé dans l’éternité d’un regard ébloui au hublot. L’aventurière n’est pas au bout de ses surprises. Elle a encore tout à découvrir du nègre continent. De plus, les retrouvailles avec son fils Blaise, établi à Abidjan pour le travail, ne sont qu’un prétexte trop heureux. Continuer la lecture de « Le désert… c’est comme l’idée de l’éternité », mars 1970 – août 1979