Archives par mot-clé : disney

Pamela L. Travers, la femme derrière Mary Poppins

Le Regard Libre N° 47 – Lauriane Pipoz

Le spectateur pourra être surpris d’apprendre que la dernière interprétation de la plus magique des nounous se rapproche en réalité de celle sortie tout droit de l’imagination de Pamela L. Travers et décrite dans ses romans des années trente. Bien plus que le premier film. Cette divergence entre l’histoire originelle et l’adaptation à l’écran a même donné lieu à l’une des négociations les plus houleuses de l’histoire du cinéma du XXe siècle, mise en images en 2013. C’est donc ici l’occasion de rappeler l’histoire de l’auteur atypique de Mary Poppins. Mais qui est donc cette femme qui avait osé s’opposer au puissant Walt Disney?

Lire l’article

« Amour et Psyché » d’Omar Porras, un voyage dans l’empyrée

Le Regard Libre N° 38 – Thierry Fivaz

Les 27 et 28 mars derniers était présenté au Théâtre du Passage, à Neuchâtel, Amour et Psyché. Première création d’Omar Porras pour le TKM (2017) : retour sur un moment d’émerveillement.

Il y avait une fois une jeune femme qui s’appelait Psyché. Fille de roi, Psyché était si belle et si pure que son insolente et incomparable beauté en vint à provoquer la colère de Vénus, déesse de l’amour et de la beauté. Responsables du courroux divin : les charmes de la jeune femme. Ces derniers étaient si rares et si merveilleux qu’ils en allaient jusqu’à faire perdre la raison à ceux qui les avaient contemplés. Emerveillés, les hommes en vinrent à croire qu’ils tenaient en la jeune femme une Vénus nouvelle – et mortelle. C’est ainsi que, progressivement, les autels de la divinité furent délaissés au profit de ceux que l’on érigea en l’honneur de Psyché.

Continuer la lecture de « Amour et Psyché » d’Omar Porras, un voyage dans l’empyrée

« The Florida Project », un contraste entre la joie des enfants et la réalité sociale américaine

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Je vois quand les adultes ont envie de pleurer. »

C’est l’été. Moonee et Scooty, deux enfants espiègles, courent, s’appellent de loin en criant et rient de bon cœur. Ils vivent au Magic Castle Motel, à proximité du Disney World en Floride. Le décor donne plutôt à rêver : le ciel est bleu, les bâtiments pastel. Mais voici que les enfants commencent à parler et surgit une vulgarité aussi drôle qu’étonnante. Les « fuck » rythment les phrases de la petite fille de six ans, et son ami ne semble point troublé à la suivre dans ce langage. Ils aperçoivent une voiture bleue au Futureland, le motel voisin. L’occasion est idéale pour faire comprendre au nouveau locataire que les enfants veulent s’amuser, sans limites. Ils crachent aux gros mollards sur l’auto.

Continuer la lecture de « The Florida Project », un contraste entre la joie des enfants et la réalité sociale américaine

« Coco », une touchante ode à la famille

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Qu’est-ce qu’on va pouvoir faire de ce garçon ? »

Miguel Rivera est un enfant de la petite ville mexicaine Santa Cecilia. Il en porte en lui un fort sentiment familial. A l’approche de l’incontournable Dia de los Muertos – la Fête des Morts – tout a été préparé pour réserver aux ancêtres Rivera un bon retour annuel, par des offrandes et l’exposition de la photographie de chacun de ses membres défunts sur l’autel de la maison.

Seule une figure ne trône pas en effigie : celle du père de Mama Coco, l’arrière-arrière-grand-mère et confidente de Miguel. Le mystérieux personnage aurait abandonné sa famille pour suivre son destin : la musique. Considéré comme maudit, la musique elle-même a été complètement bannie et haïe par la famille. Et pourtant, le jeune garçon ne rêve que de devenir musicien. Secrètement.

Continuer la lecture de « Coco », une touchante ode à la famille

« La Belle et la Bête », ou l’innocent militantisme

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Trouve-t-on jamais le bonheur sans liberté ? »

Il était une fois, dans une noble contrée de France, un jeune prince qui vivait d’excès et de fêtes. Un soir, se présenta au seuil de sa porte une vieille femme qui cherchait un abri pour la nuit. Elle lui offrit une rose contre l’accueil, mais le prince, égoïste et acariâtre, le lui refusa dans la moquerie. La pauvre dame avertit le beau garçon de ne point se fier aux apparences, mais se vit derechef repoussée. De laide, elle se métamorphosa alors en une fée nimbée de lumière. Le prince, à genoux, tacha de trouver son pardon. En vain. Il était trop tard. Le château sombra sous un sort effroyable laissant ses domestiques en objets animés et le prince, dans un aspect de créature monstrueuse.

Seul pourrait rompre le charme, avant que la rose magique ne flétrît, l’amour mutuel d’une femme et de la bête. Sans quoi les victimes du sort seraient condamnées à tout jamais. Le temps passait, et le prince maudit désespérait toujours davantage, car « qui pourrait un jour apprendre à aimer une bête ? »

Quel enfant de la génération Disney n’a pas été épris de crainte et de passion face à ce délicieux prologue ? La Belle et la Bête. Le conte est resté le même que celui du dessin animé homonyme de 1991. Le père de Belle est tombé incongrûment entre les griffes de la Bête lors d’un voyage d’affaires. La demoiselle, par amour de son aîné à la santé fragile, s’offre en prisonnière du château à sa place. Cohabitation difficile et insolite entre une jeune rêveuse assoiffée de liberté et une créature damnée par sa méchanceté d’antan. Continuer la lecture de « La Belle et la Bête », ou l’innocent militantisme