Archives par mot-clé : drogue

« Tigers are not afraid » : flingues et tigre en peluche

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Thierry Fivaz

Pour son troisième long-métrage, la réalisatrice mexicaine Issa Lopez nous conte l’épopée d’un groupe d’enfants perdus qui, de toit en toit, tente de s’extraire d’un monde qui n’est pas fait pour eux.

Continuer la lecture de « Tigers are not afraid » : flingues et tigre en peluche

« Climax », le climat du maximum

Neuchâtel International Fantastic Film Festival – Jonas Follonier

Nous sommes en 1996. L’élite des jeunes danseurs urbains s’apprête à faire une petite fête avant de partir en tournée. Un petit banquet a été préparé. Dans ce banquet, de la sangria. Dans cette sangria, un quelque chose qui va leur faire tourner la tête. Tous, danseuses et danseurs, homosexuels et hétérosexuels, toxicomanes et cleans, vont plonger dans un état inquiétant. Une soirée d’horreur va s’ensuivre, un cauchemar donnant le tournis et le vomi. Le réalisateur ? Gaspar Noé, évidemment.

Continuer la lecture de « Climax », le climat du maximum

« Mandy », psychotique et psychédélique

Neuchâtel International Fantastic Film Festival – Jonas Follonier

Présenté en première suisse à la dix-huitième édition du NIFFF (Neuchâtel International Fantastic Film Festival), Mandy est le deuxième long-métrage du réalisateur George P. Cosmatos. Il met en scène un couple heureux, mais déjà bizarre, reclus dans une maison en bois au milieu d’une forêt : Red, un gaillard attendrissant (incarné par l’excellent Nicolas Cage) et Mandy, une femme qui rêvasse (interprétée par Andrea Riseborough). Vous la trouvez un peu « hippie », un peu « spirituelle » ? Vous n’avez encore rien vu. Car les fous de Jésus qui vont soudain se pointer dans cet endroit reclus et brûler vive cette dernière sous les yeux de son conjoint sont d’un tout autre type.

Continuer la lecture de « Mandy », psychotique et psychédélique

Elections mexicaines : Trump au second plan, la drogue devant

Les lundis de l’actualité – Clément Guntern

La 1er juillet 2018 se sont tenues les élections générales mexicaines. Autant le parlement que les gouverneurs, les maires ou le président ont dû être désignés par le peuple mexicain. Pour la première fois de son histoire, un homme de gauche siègera à Mexico en la personne de Andres Manuel Lopez Obrador. Cette poussée populaire en faveur d’un homme hors du système politique traditionnel mexicain, même s’il a eu une longue carrière politique auparavant, ne doit pas être mise en comparaison avec l’élection de Donald Trump de l’autre côté de la frontière.

Continuer la lecture de Elections mexicaines : Trump au second plan, la drogue devant

Hugo TSR, « Tant qu’on est là »

Les mélodies du jeudi – Raffaele Pracchi

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

Autant annoncer la couleur de suite, cet album est une bombe. Depuis que j’ai mis la main dessus, il tourne en boucle dans nos voitures. C’est l’un des meilleurs projets de rap français depuis longtemps.

Continuer la lecture de Hugo TSR, « Tant qu’on est là »

« Dark is the Night »

Festival International de Films de Fribourg – Loris S. Musumeci

« Durant mon mandat, je mettrai un terme au problème de la drogue. »

Lando (Phillip Salvador) chante un joyeux « Happy birthday to you ! » au karaoké. Sarah (Gina Alajar), sa femme, rit. Alan (Felix Roco), leur fils, se confond aux quelques autres amis présents pour l’occasion. Des coups de feu interrompent soudain la fête. La police coure dans la rue. Un jeune garçon prend la fuite ; sans tarder, il est abattu. La foule se rassemble autour du cadavre. La mère de la victime accoure. Elle hurle de désespoir : « Mon fils est drogué, pas dealer ! » Effondrée.

Continuer la lecture de « Dark is the Night »

Sébastien Meier et les nuits lausannoises

Le Regard Libre N° 35 – Nicolas Jutzet

Quelle bonne nouvelle ! Son troisième livre est dans la lignée des deux précédents. Haletant par sa trame et touchant par la profondeur, parfois perturbante, des personnages. L’auteur démontre une fois encore qu’il est capable de traiter avec talent de thématiques difficiles, sans tomber dans le pathos et la simplification à outrance. Après Les ombres du métis et Le Nom du père, place à L’Ordre des choses.

Il y est question de maladie physique et psychique, de drogues, de prostitution, de relations libres et de bien d’autres choses. Souvent caricaturés et ostracisés, ces thèmes deviennent, sous la plume de l’auteur suisse romand, banals et captivants. Si mal nommer les choses ajoute du malheur au monde, mal en parler fait au minimum pareils dégâts. Continuer la lecture de Sébastien Meier et les nuits lausannoises

« Kingsman : Le Cercle d’or »

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Nous pensons à un cartel de la drogue, un certain Cercle d’or. »

Le bel Eggsy (Taron Egerton) sort de la boutique « Kingsman ». Le soir est tombé ; le calme règne. Alors qu’il se délecte de son élégance dans le reflet luisant de la porte, une voiture débarque, assurée. L’homme qui en sort semble connaître Eggsy. Il lui demande d’ailleurs de lui ouvrir la porte de son taxi. Roulement de tambours, et l’action commence. Les deux se battent violemment. Après une intense course-poursuite entre le taxi doté d’incroyables technologies et les véhicules de l’ennemi, le héros réussit à se libérer pour rejoindre ensuite sa sublime compagne (Hanna Alström), qui plus est princesse de Suède.

Tout roule : les potes, l’amour, le camouflage parfait des services secrets Kingsman dans l’arrière boutique d’un tailleur prestigieux. En dépit de ses nombreuses et dangereuses missions, Eggsy ne perd pas de son charme, et aucune de ses mèches ne bouge. Un soir, le drame. Une compagnie mafieuse pirate les systèmes informatiques de l’agence d’espionnage, et tous les agents du Kingsman sont individués et tués. Eggsy a miraculeusement échappé au carnage. Le coordinateur de missions, Merlin (Mark Strong), reste aussi en vie. Les deux survivants ne doivent pas se laisser submerger par l’émotion et mener à bout leur engagement : mettre la main sur le cartel de drogue qui veut leur mort.

Continuer la lecture de « Kingsman : Le Cercle d’or »

Pierre Bergé : l’homme qui incarnait l’époque

Regard sur l’actualité – Loris S. Musumeci

Un morceau de France disparaît. Et les hommages volent pour cet homme complet, qui conçut son temps par des pouvoirs aussi nombreux que divers. Pierre Bergé était le maître à penser des élites, le promoteur d’un progressisme sociétal et d’un capitalisme effréné, mais encore un patron de presse, un collectionneur d’art et un fin lettré. Un as de ce Paris flamboyant, gauchiste et luxueux, dont la carte n’est plus.

Jeunesse en révolution

Fils unique, de parents anarchistes, né en 1930. Jeune homme, il est têtu et ne tarde pas à s’affirmer. Sans terminer son lycée, il quitte le domicile familial d’Oléron pour monter à Paris. Il rêve de devenir journaliste, ou d’écrire pour le moins, et de faire partie de la haute. Lui, qui est homosexuel, sans s’en cacher, et qui aime passionnément les arts et les lettres. Continuer la lecture de Pierre Bergé : l’homme qui incarnait l’époque

Pour une libéralisation des drogues

Le Regard Libre N° 28 – Nicolas Jutzet

J’aimerais par ces lignes revenir sur les principaux arguments que j’ai pu défendre lors de notre débat sur la politique des drogues, le 12 mai dernier. Cet article est également l’occasion de rendre un hommage ému et emprunt de respect à Monsieur Olivier Guéniat, chef de la police judiciaire de Neuchâtel. Sa disparition est assurément une perte inestimable pour ses proches, sa famille, ses collègues. Pour le Neuchâtelois que je suis, c’est également une perte de savoir immense, tant l’expertise de l’homme était vaste et reconnue. Continuer son combat, pour la jeunesse, pour plus de pragmatisme, pour des résultats sur le terrain, sera notre plus bel hommage. Assurément, il manquera. Continuer la lecture de Pour une libéralisation des drogues