Archives du mot-clé humour

« La couleuvre qui se mordait la queue », une poésie qui joue et qui surprend

Les lettres romandes du mardi – Loris S. Musumeci

Un peu de poésie pour aujourd’hui. Point de classique chantant les sanglots longs des violons dans un monde où tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté. Mais de la poésie légère et locale d’un homme simple qui travaille dans le social : Pierre-André Milhit. Sans prétention, l’auteur valaisan livre à ses quelques lecteurs un court ouvrage qui sonne les cloches de l’humour, dans un contexte paysan, où le vin et la bête constituent le quotidien.

Lire la suite « La couleuvre qui se mordait la queue », une poésie qui joue et qui surprend

« L’homme qui tua Don Quichotte », la fantaisie adéquate

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Tout y est : l’énergie, la folie, l’inventivité, l’aventure et même l’hommage. C’est Don Quichotte version Terry Gilliam, fermenté en barrique Monty Python, cuvée 2018, enfin ! C’est peu dire tant l’adaptation du classique de Cervantes a longtemps été une épreuve pour le réalisateur qui avait le projet en tête dès 1990 et a commencé sa production dès 2000. Ce n’est pas le seul réalisateur qui a tenté une adaptation cinématographique : le grand Orson Welles s’y était déjà cassé les dents durant vingt ans dès 1957. Pourquoi autant d’années pour réaliser L’Homme qui tua Don Quichotte ?

Lire la suite « L’homme qui tua Don Quichotte », la fantaisie adéquate

« Venir grand sans virgules », la fraîcheur de la simplicité

Les lettres romandes du mardi – Jonas Follonier

Parfois il suffit d’être l’un à côté de l’autre en silence ça me fait le même effet que de m’asseoir au pied du noyer en rentrant de l’école on accepte de ne pas ouvrir la bouche et le vide n’existe plus.
On est là.

C’est simple. C’est d’une beauté primordiale. C’est d’une fraîcheur apaisante et rassurante. C’est le premier roman de Myriam Wahli, publié aux Editions de l’Aire. Née en 1989 dans le Jura Bernois, cette jeune auteur romande a réuni vingt-et-un chapitres de quelques pages chacun pour en faire un ouvrage à l’écriture singulière. Sans virgules, comme l’indique son titre, Venir grand sans virgules raconte l’enfance. L’enfance de l’auteur ? Peu importe. L’enfance tout court, qui se reflète dans l’écriture et les associations d’idées. Lire la suite « Venir grand sans virgules », la fraîcheur de la simplicité

« Avengers : Infinity War », un blockbuster qui mise sur l’humour

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« La balance de l’univers penche vers l’équilibre. »

Thanos est le méchant. Il veut la puissance suprême ; il a un but. Ce monstre traverse l’univers pour rassembler sur le mythique Gant de l’Infini les six Pierres d’Infinité : celles du Pouvoir, de l’Espace, de la Réalité, de l’Ame, du Temps et de l’Esprit. Par tous ces attributs, Thanos deviendra assurément un dieu, et même le plus fort. Fins égoïstes ? Non. Le dit méchant est mû d’une grande compassion vis-à-vis de la pauvreté dans le monde.

Lire la suite « Avengers : Infinity War », un blockbuster qui mise sur l’humour

« Game Night », une comédie à la « Very Bad Trip »

Les mercredis du cinéma – Marina De Toro

Une fois par semaine, le couple Max (Jason Bateman) et Annie (Rachel MacAdams) organise une soirée jeux en compagnie de leurs plus proches amis. Depuis quelque temps, ils se retrouvent tous chez le jeune couple en cachette, car ils ne souhaitent plus la présence de l’étrange voisin Gary durant les soirées jeux. Max et Annie sont des férus de pop culture et de jeux de rôles en tous genres et ont participé à plusieurs petites compétitions ; c’est d’ailleurs à un tournoi de jeux qu’ils se sont rencontrés. Ainsi, lorsque Brooks (Kyle Chandler), le frère de Max, propose au couple et à leurs amis une soirée jeux mémorable, ils se rendent tous à son domicile impatients de découvrir ce qu’il a concocté pour eux.

Lire la suite « Game Night », une comédie à la « Very Bad Trip »

« Une dernière touche (Die Letzte Pointe) » de Rolf Lyssy : l’illusion dangereuse

Les mercredis du cinéma – Thierry Fivaz

Du haut de ses quatre-vingt-deux ans, le réalisateur zurichois Rolf Lyssy livre avec Une dernière touche (Die Letzte Pointe) une comédie aux motifs délicats, à savoir : la vieillesse, l’amour et la mort.

Lire la suite « Une dernière touche (Die Letzte Pointe) » de Rolf Lyssy : l’illusion dangereuse

Un fan de Thiéfaine sur les planches

Le Regard Libre N° 36 – Jonas Follonier

La pièce J’arriverai par l’ascenseur de 22h43 propose un monologue comme on en voit peu, où le comédien vaudois Philippe Soltermann rend hommage au chanteur Hubert-Félix Thiéfaine et interroge le rapport fan à idole. Neuf représentations ont eu lieu en Suisse romande en janvier-février. Le Regard Libre a assisté à une supplémentaire au Théâtre du Crochetan, à Monthey, le 3 février dernier. Notre article grand format. Lire la suite Un fan de Thiéfaine sur les planches