Archives par mot-clé : valais

« 20 ans 100 francs », quand les portes de la culture sont ouvertes à la jeunesse

Le Regard Libre N° 40 – Loris S. Musumeci et Jonas Follonier

Vous parlez jeunesse ? Ils vous répondent culture ! L’équipe de « 20 ans 100 francs » étend son offre en donnant la possibilité aux jeunes de cinq cantons, jusqu’à vingt-et-un ans, de bénéficier de la grande majorité des événements culturels pour seulement cent francs.

Continuer la lecture de « 20 ans 100 francs », quand les portes de la culture sont ouvertes à la jeunesse

« La cité lassitude » : du fonctionnaire d’Etat ressurgit l’adolescent rêveur

Les lettres romandes du mardi – Loris S. Musumeci

« Mathias aimait la vie, mais se gardait de tout ce qui lui donnait un parfum doucereux ou consolateur. Les filles et le jazz l’attiraient davantage pour leur part de rugueux mystère que pour leur facile beauté et s’il ne papillonnait que brièvement dans le camp des fragiles conquêtes, c’est qu’il craignait encore de s’y consumer. Une part de lui était devenue méfiante et répugnait à l’abandon qui dévore. Il devinait bien qu’il était charmeur, mais il pensait devoir son attraction à l’originalité de ses idées et non à la finesse de ses traits. Son ego et ses succès le trompaient. Il était juste attachant nigaud quand il se croyait profond raisonneur. »

Continuer la lecture de « La cité lassitude » : du fonctionnaire d’Etat ressurgit l’adolescent rêveur

Hoppy People, une brasserie de renom en terres valaisannes

Les vendredis de la microbrasserie – Florent Aymon

Après de nombreuses semaines passées en terres vaudoises et fribourgeoises, retour cette semaine en Valais. Pays du vin et… de la bière. En effet, cette semaine, nous avons visité une brasserie valaisanne. A ce moment de l’histoire, nous entendons déjà quelques réticents dire : « oh non, il va encore nous parler de Blonde 25 ». Eh bien non ; nous sommes allés à la rencontre de la brasserie qui a gagné le prix de la meilleure brasserie suisse de l’année en 2017. Et oui, elle est bien valaisanne.

Continuer la lecture de Hoppy People, une brasserie de renom en terres valaisannes

« La couleuvre qui se mordait la queue », une poésie qui joue et qui surprend

Les lettres romandes du mardi – Loris S. Musumeci

Un peu de poésie pour aujourd’hui. Point de classique chantant les sanglots longs des violons dans un monde où tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté. Mais de la poésie légère et locale d’un homme simple qui travaille dans le social : Pierre-André Milhit. Sans prétention, l’auteur valaisan livre à ses quelques lecteurs un court ouvrage qui sonne les cloches de l’humour, dans un contexte paysan, où le vin et la bête constituent le quotidien.

Continuer la lecture de « La couleuvre qui se mordait la queue », une poésie qui joue et qui surprend

Pourquoi Sion 2026 ?

Le Regard Libre N° 37 – Clément Guntern

Alors que le débat prend de l’ampleur en Suisse et plus particulièrement en Valais, où l’on votera le 10 juin prochain, les Jeux olympiques à Sion n’ont pas encore séduit. En effet, les raisons d’une telle candidature doivent être mises en avant pour emporter l’assentiment de la population.

Continuer la lecture de Pourquoi Sion 2026 ?

La Celsius, une bière bien fraîche

Les vendredis de la microbrasserie – Florent Aymon

Quel plus heureux plaisir, assis sur une terrasse au soleil, que celui de la bière bien fraîche qui coule dans sa gorge ? Chacun souhaiterait que ce moment soit infini pour profiter plus longtemps de ses arômes et de sa fraîcheur revigorante. Mais gare au mal de crâne du lendemain. C’est pourquoi, cette semaine, la rédaction vous propose de découvrir une bière artisanale valaisanne qui laissera votre cerveau en parfait état, même après une longue soirée entre amis. En effet, La Celsius, brassée uniquement avec des ingrédients bio de la région, peut même être bue en lieu et place de vos tartines au Nutella du matin. Ses créateurs l’ont voulue complète et équilibrée, et ses sept déclinaisons le sont parfaitement.

Continuer la lecture de La Celsius, une bière bien fraîche

« Un Rhône qui fleurit » : des poèmes de Jean-Marie Claret

Les lettres romandes du mardi – Jonas Follonier

Originaire de Fully, en Valais, Jean-Marie Claret conjugue deux grands amours : la gastronomie et la littérature. Créateur et animateur de caveaux gastro-littéraires, l’homme a plusieurs ouvrages à son actif, dont le recueil de poèmes Un Rhône qui fleurit.

Continuer la lecture de « Un Rhône qui fleurit » : des poèmes de Jean-Marie Claret

Toulouse-Lautrec convie la Belle Epoque à la Fondation Gianadda

Le Regard Libre N° 36 – Loris S. Musumeci

La Fondation Gianadda à Martigny, en Valais, place à l’honneur affiches et estampes d’Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901). L’exposition, « Toulouse-Lautrec à La Belle Epoque », offre jusqu’au 10 juin un voyage dans une collection privée, pour savourer picturalement les plaisirs des lupanars de Montmartre et s’asseoir aux divans des cabarets les plus bohèmes.

Continuer la lecture de Toulouse-Lautrec convie la Belle Epoque à la Fondation Gianadda

« Le Sang », extrait n° 12

Le Regard Libre N° spécial « Ecologie – Pour un revirement intégral » – Sébastien Oreiller

Chapitre III : Départ de la mère (suite et fin)

Revenu à pied depuis l’église, alors que le docteur l’avait dépassé en voiture, marchand à pas lents depuis la terre glacée de ses ancêtres, il prépara le café et le pain du soir, mit les frères et sœurs au lit et se coucha. Il faisait froid et il songea. Il songea à ce que serait sa vie future maintenant que la mère était morte, à ce que serait celle de ses enfants, et des enfants de ses enfants. Il vit les foins et les moissons, la vigne, et les tabourets de bois. Il sentit sur sa langue le goût du mauvais vin, il sentit l’odeur des corps sales, les sécrétions des bêtes dans l’étable, et celles des hommes dans un trou dehors, derrière la maison. Il vit la naissance des riches, et les suaires des pauvres. Il vit les fatigues des vieux et les ânes qui se crèvent à porter le poids des fagots, il vit les dos de ses enfants lorsque l’âge les aurait saisis eux aussi, courbés et douloureux, et les chaussures cloutées, et il détourna son regard vers la plaine. Le fleuve fumait sous la chaleur et se mêlait à la vapeur du train qui fendait le sol brun et indigent comme un éclair, brillant et insaisissable. Continuer la lecture de « Le Sang », extrait n° 12

« Le Sang », extrait n° 11

Le Regard Libre N° 35 – Sébastien Oreiller

Chapitre III : Départ de la mère

En portant le cercueil, le poids de la mère sur les épaules, il ne songeait même pas lorsqu’il pénétra sous la vieille nef de pierre. Il ne songea pas que peut-être il avait causé sa mort, au chagrin distillé dans son cœur par les événements de la montagne, la disparition soudaine de son fils. Il savait qu’elle connaissait tout, qu’elle n’avait jamais rien dit, mais qu’elle savait. Il avait perdu sa jeunesse ; un mois plus tard, la mère était morte. Il n’y avait rien à comprendre. L’office commença, et il s’assit devant, avec les petits frères et sœurs, qui pleuraient sans trop se rendre compte. Qu’allait-il faire avec eux ? Les envoyer au pensionnat, en ville, chez les prêtres ? Il n’en avait pas les moyens. Le pensionnat, pour eux, ce serait l’orphelinat. Ou alors, il les éduquerait, du mieux qu’il pourrait, mais il ne pourrait être à son tour et père et mère. Continuer la lecture de « Le Sang », extrait n° 11