«Figlia mia» : oh mamma mia !

Les mercredis du cinéma – Virginia Eufemi

Dans les paysages arides et ruraux de la Sardaigne, nous suivons deux femmes, unies par l’amour maternel qu’elles portent à Vittoria (Sara Casu), petite fille de dix ans aux magnifiques cheveux couleur de feu. Tina (Valeria Golino) l’a élevée en bonne et due forme : Vittoria est une fillette très sage et bien élevée, qui joue de l’orgue dans l’église du village. Angelica (Alba Rohrwacher), elle, l’a portée pendant neuf mois pour ensuite la confier, après l’accouchement, à Tina. Mais un jour, alors qu’Angelica doit quitter sa ferme pour des problèmes d’argent, elle ne demande qu’une faveur à Tina : lui faire rencontrer Vittoria.

Continuer la lecture de «Figlia mia» : oh mamma mia !

La géopolitique de l’Arctique

Le Regard Libre N° 41 – Clément Guntern

Même si certains en doutent toujours, le réchauffement de la planète est devenu une certitude dont les effets les plus spectaculaires se font ressentir aux extrémités nord et sud de la Terre. Cette nouvelle donne a modifié les jeux d’intérêts entre les nations, surtout dans le nord.

Continuer la lecture de La géopolitique de l’Arctique

L’Apaisée, une perle houblonnée au bout du Léman

Les vendredis de la microbrasserie – Max Moeschler

C’est au cœur de la cité de Calvin que nous emmène aujourd’hui notre pèlerinage dans le foisonnant monde des brasseries artisanales. Nous vous y présentons une brasserie unique, originale et sans concessions : la Brasserie l’Apaisée à Genève.

C’est en 2014, au retour d’un séjour au Québec, que Xavier Righetti décide de commencer à brasser sa propre bière, dans sa cuisine tout d’abord. Passionné par la très riche scène des « craft beers » américaines, il entreprend alors d’étoffer une offre brassicole genevoise encore pauvre en terme de bières artisanales typées IPA. Le nom de la brasserie est inspiré du ressourcement qu’en tire son créateur : « faire de la bière est aussi un moyen de revenir à une activité plus manuelle et moins stressante, éloignée des écrans d’ordinateur », explique-t-il.

Continuer la lecture de L’Apaisée, une perle houblonnée au bout du Léman

« À la recherche d’Ingmar Bergman » : un documentaire à moitié tourné

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Tourner un documentaire sur un cinéaste mythique quand on est soi-même une réalisatrice ; la tâche en étonnera certains et en réjouira d’autres. C’est exactement ce qu’a fait Margarethe von Trotta dans À la recherche d’Ingmar Bergman. Un document peu surprenant dont le principal intérêt apparaît dans la discussion autour de l’héritage cinématographique que le réalisateur suédois a laissé derrière lui et dans la manière d’entrer frontalement dans son univers.

Continuer la lecture de « À la recherche d’Ingmar Bergman » : un documentaire à moitié tourné

François Asselineau: «J’ai créé mon parti par désespoir»

Le Regard Libre N° 43 (à paraître) – Jonas Follonier

François Asselineau fut candidat à l’élection présidentielle française de 2017. Classé parmi les « petits candidats », il était le seul à proposer une sortie de la France de l’Union européenne. Jugé complotiste par certains, lucide par d’autres, l’homme est dans tous les cas très intéressant. Rencontre avec le président de l’Union populaire républicaine.

Jonas Follonier : Le lancement immédiat d’une procédure de sortie de l’Union européenne, de l’Euro et de l’OTAN se trouve au cœur de la ligne politique de votre parti, n’est-ce pas ?

François Asselineau : J’ai créé l’UPR le 25 mars 2007, le jour même du cinquantième anniversaire du Traité de Rome. Lorsque nous avons déposé les statuts à la préfecture de police de Paris, la nécessité d’une sortie de l’Union européenne était inscrite dans l’objet même du parti politique. Ce n’est donc pas quelque chose de conjoncturel. En ce moment, un certain nombre de personnes sur la scène politique française et européenne commencent à se poser des questions sur l’UE. Tant mieux, mais personne ne peut nier que j’ai eu la primeur de cette affaire, puisque cela fait depuis onze ans et demi que c’est ma proposition. Ce qui fait aussi la caractéristique de notre parti, c’est qu’il n’y a aucune ambiguïté sur notre objectif : il s’agit de sortir de l’Union européenne de façon juridique par l’article 50. Celui-ci impose une négociation qui doit durer deux ans au maximum.

Continuer la lecture de François Asselineau: «J’ai créé mon parti par désespoir»

«Première année», et si on séchait?

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Cette semaine, vous vous êtes peut-être rendu au cinéma pour visionner le nouveau film du médecin et réalisateur français Thomas Lilti. Son long-métrage Première année s’intéresse justement au monde de la médecine, plus spécifiquement aux études qui y mènent, en plein Paris. Le concours de médecine, tout un monde. Antoine débute sa première année… pour la troisième fois consécutive, c’est donc un « triplant ». Benjamin, lui, fait sa première première année. De l’amitié circonstancielle va naître entre les deux hommes, mais va-t-elle résister à la pression de la compétition ?

Continuer la lecture de «Première année», et si on séchait?

Morgoran, le Bob Dylan suisse romand

Le Regard Libre N° 41 – Jonas Follonier

Si vous êtes auditeurs de la radio Option Musique, alors vous devez souvent entendre l’une ou l’autre de ses chansons. Morgan Léchot, alias Morgoran, est un auteur-compositeur-interprète neuchâtelois représentatif de la nouvelle vague folk de la chanson française. Rencontre avec un jeune artiste prometteur.

Continuer la lecture de Morgoran, le Bob Dylan suisse romand

L’avarice, je vous paierai un café

Le Regard Libre N° 40 – Loris S. Musumeci

De L’Avare de Molière au film Radin ! de Danny Boon, l’avarice est un sujet qui titille. Il rougit les joues de ceux qui se sentent concernés, ceux qui ont des sueurs froides lorsqu’ils doivent déployer leur porte-monnaie face à un petit ticket blanc. D’où nous vient l’avarice ? Est-elle naturelle, culturelle ? Concerne-t-elle les dépenses pour soi ou plutôt celles pour autrui ? S’agit-il d’un vice en tous points ? Peut-être un vice nécessaire à régler ses dépenses ? Brève réflexion que voici, avare en mots et en approfondissements trop philosophiques.

Continuer la lecture de L’avarice, je vous paierai un café

La Comète, une brasserie valeureuse

Les vendredis de la microbrasserie – Nicolas Jutzet

L’explosion de petites brasseries est une tendance de fond. Une étude récente affirme même que « ce n’est pas la Belgique, ni l’Allemagne, ni le paradis des bières artisanales (craft) que sont les Etats-Unis, mais bien la Suisse qui a la densité la plus élevée de brasseurs »ce qui vient confirmer la tendance décrite par notre rédacteur en chef. C’est dans ce contexte, et pour répondre à l’offre peu convaincante des gros brasseurs industriels, que les initiatives fleurissent.

Continuer la lecture de La Comète, une brasserie valeureuse

«Mike Dean presents: Dermot Kennedy»

Les mélodies du jeudi – Laura Reymond

Un article également consultable sur LeMurDuSon.ch

Avec son nouvel EP en collaboration avec Mike Dean, Dermot Kennedy fait la part belle au hip-hop sans perdre pour autant son acoustique intimiste.

En 2017, Dermot Kennedy nous présentait son premier Doves & Ravens EP et, au sein de celui-ci, sa fascination pour les extrêmes. En auteur-compositeur intelligent, il combine une production instrumentale minimaliste à une écriture d’une honnêteté sans contour. Raw & Fire sont des mots que l’on retrouve régulièrement dans les revues qui lui sont consacrées. Des termes qui définissent parfaitement le grain profond de l’Irlandais de vingt-cinq ans. Ils décrivent également l’intensité avec laquelle il interprète ses morceaux ; Dermot Kennedy chante le feu dans l’âme et écrit de façon brute.

Continuer la lecture de «Mike Dean presents: Dermot Kennedy»

Pour la culture et le débat d'idées

%d blogueurs aiment cette page :