Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » La Biennale violette contre l’universalité des œuvres

La Biennale violette contre l’universalité des œuvres

3 minutes de lecture
par Aude Robert-Tissot
0 commentaire
Children’s Game #10: Papalote, Balkh, Afghanistan, 2011, 4’13”, In collaboration with Félix Blume and Elena Pardo (© Courtesy the artist)

L’édition 2022 de la Biennale de Venise se met enfin au violet et progresse grâce à une curatrice qui choisit d’exposer en grande partie des artistes femmes. Mais que se passe-t-il si l’on préfère l’œuvre d’un homme?

Toutes les années impaires, et désormais, depuis le Covid, toutes les années paires, les professionnels, amateurs et touristes affluent à Venise de mai à novembre pour découvrir la nouvelle édition de l’Exposition internationale d’art contemporain. Ce n’est pas la première fois que la personne en charge de la curation est une femme, mais cette fois-ci l’Italienne Cecilia Alemani a enfin inversé la tendance: 80% des artistes exposés sont des femmes. Elle ne juge cependant par sa démarche militante. Chaque curateur est simplement libre de choisir le contenu de son événement

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Si vous avez un compte, connectez-vous. Sinon, découvrez nos différentes formules d'abonnements et créez un compte à partir de CHF 2.50 le premier mois.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2022 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl