Archives par mot-clé : amitié

« Papillon », le corps est narrateur

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« J’arrive pas à croire que t’aies pris perpet’. »

Paris, 1931. L’ambiance est swing, l’ambiance est folle, l’ambiance est chaude. Henri Charrière, surnommé Papillon, travaille comme cambrioleur pour une organisation criminelle. Son chef, un vieux diable aux dents pourries, semble admirer le jeune employer tout en sachant qu’il garde discrètement des parts de la rapine. Travail terminé, Papillon rentre avec sa petite amie, une danseuse travaillant pour le même patron que lui ; ils passent une nuit d’amour.

Continuer la lecture de « Papillon », le corps est narrateur

« Love, Simon » : mais comment faire son coming out ?

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Donc, comme je le disais, je suis comme toi. J’ai une vie totalement, parfaitement normale. »

Il est plutôt cool comme mec et il est beau garçon. Au lycée, tout roule. En famille, rien de quoi se plaindre. Et son groupe de potes est soudé et génial. Simon mène donc une vie « totalement, parfaitement normale ». Mais il y a un secret dont le jeune a omis de faire part à son entourage : il est homosexuel. Bien sûr, il est sorti avec des filles pour faire genre, comme on dit dans le jargon de la jeunesse, mais ce sont les garçons qui lui donnent les papillons aux ventres.

Continuer la lecture de « Love, Simon » : mais comment faire son coming out ?

Michael Mooleedhar, un cinéaste qui apporte à Fribourg la danse et l’insouciance trinidadiennes

Le Regard Libre N° 38 – Loris S. Musumeci

Dreadlocks, chapeau et écharpe arborant les couleurs de la République de Trinité-et-Tobago. C’était la tenue de Michael Mooleedhar au Festival International de Films de Fribourg. Le cinéaste y a présenté son premier long-métrage : Green Days by the River, adaptation du roman éponyme de Michael Anthony. Rencontre au rythme de la danse et de l’insouciance.

Continuer la lecture de Michael Mooleedhar, un cinéaste qui apporte à Fribourg la danse et l’insouciance trinidadiennes

« Mektoub, My Love : Canto Uno »

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

« Tu poses en faisant la meuf mal à l’aise. »

Amin (Shaïn Boumedine) revient à Sète pour les vacances. Il y retrouve sa famille, ses amis et l’ambiance méridionale de la ville au bord de mer. Le jeune garçon a abandonné ses études de médecine à Paris. Il veut se consacrer à la photographie et au cinéma, pour lequel il prépare un scénario. Passionné dans sa nature et son regard tendre, il a soif de découvrir le monde, la vie, les sens. Toujours observateur, toujours innocent, il tombe dès son arrivée sur une union torride entre son cousin Toni (Salim Kechiouche) et Ophélie (Ophélie Bau), une amie d’enfance, somptueuse fille de berger. Amin ne peut s’empêcher de guetter par la fenêtre : le plaisir est trop grand, mais sa timidité et sa confusion aussi.

Continuer la lecture de « Mektoub, My Love : Canto Uno »

Trump à Davos, un cadeau pour la Suisse

Les lundis de l’actualité – Loris S. Musumeci 

Le président Donald Trump était annoncé en trouble-fête pour le forum économique de Davos. Sa venue pure et simple criait au scandale. Des journaux du monde entier imaginaient les pires scénarios pour son discours officiel, prononcé vendredi dernier. Des activistes suisses, eux, brandissaient fièrement leur « TRUMP NOT WELCOME » dans les grandes villes helvétiques, n’ayant pas été autorisés à manifester dans la commune grisonne.

Continuer la lecture de Trump à Davos, un cadeau pour la Suisse

Solitude, nous es-tu bénéfique ?

Le Regard Libre N° 35 – Hélène Lavoyer

Les fêtes de fin d’année sont l’occasion, pour beaucoup, de se retrouver en famille ou entre amis ; de mettre sous le tapis rancœurs et regrets ; de partager, d’offrir, de célébrer nos communautés. Pour certains, cependant, point de cadeaux sous le sapin ou de messages sur le répondeur, nulle chaleur familiale ou amicale ne se dressant à la porte les soirs de Noël ou de Nouvel An.

Loin de nier la souffrance pouvant être liée à la solitude et qui peut-être atteint son paroxysme en hiver, nous sommes tout de même devant un constat : contre la solitude, notre société ultra-connectée a élaboré toutes sortes de stratagèmes. Continuer la lecture de Solitude, nous es-tu bénéfique ?

« Derniers jours à La Havane » de Fernando Pérez

Les mercredis du cinéma – Alexandre Wälti

Ce qu’il y a de bien avec les cycles de Passion Cinéma, c’est que le spectateur ressort rarement déçu d’une projection. Heureusement qu’ils existent, particulièrement en fin d’année. Ils contrent l’invasion des blockbusters avec leur lot de sensationnel et d’explosions, si loin de la finesse de Derniers jours à La Havane du réalisateur cubain Fernando Pérez.

Dès la scène d’ouverture, la succession des gros plans impose un certain cinéma : intimiste et profond. La caméra suit les expressions faciales de Miguel (Patricio Wood, torturé) alors qu’il fait la plonge dans un restaurant sans histoire. Il sort, traverse les rues de La Havane. Fernando Pérez le filme comme dans un documentaire, le faisant avancer dans le chaos urbain de la ville dans l’indifférence la plus totale.

Continuer la lecture de « Derniers jours à La Havane » de Fernando Pérez

Novecento, quand le monologue émeut Fribourg

Le Regard Libre N° 33 – Loris S. Musumeci

« Mon dernier souvenir de lui, c’est une voix. Juste une voix qui parle. »

Le souvenir théâtral que Fribourg garde, en revanche, c’est le festival FriScènes. Où la scène laisse place au verbe, l’illuminant de ses projecteurs, créant le silence autour de lui dans la salle obscure. La voix du jeune comédien Lionel Fournier, notamment, a marqué les esprits. Seul sur les planches, pour interpréter le monologue d’Alessandro Baricco, sous une mise en scène sobre et touchante de Cédric Jossen.

Danny Boodman T.D. Lemon Novecento a été abandonné quelques jours après sa naissance sur un paquebot. Il est adopté par un membre de l’équipage, et à huit ans se retrouve en virtuose au piano de la salle de bal. A vingt-sept ans, il rencontre le narrateur, un trompettiste qui se joint à l’orchestre. « Novecento et moi, là, on est devenu amis pour la vie, pour la mort. » Grâce au lien intime entre les deux musiciens, l’incroyable histoire du pianiste qui n’est jamais descendu de son bateau est offerte au public. Continuer la lecture de Novecento, quand le monologue émeut Fribourg

Luchini – Finkielkraut, quand deux grands hommes s’admirent

Les lundis de l’actualité – Jonas Follonier

Il existe des moments de télévision qui sont de véritables perles en direct, des instants d’intelligence et d’intimité qui rehaussent le téléspectateur. L’émission La Grande Librairie du 26 octobre dernier, sur France 5, m’a particulièrement ému, tant j’assistai à un grand moment du petit écran.

L’émission présentée par l’excellent animateur François Busnel mettait à l’honneur Fabrice Luchini. Ce comédien français devenu incontournable est venu parler de son nouveau spectacle, « Des écrivains parlent d’argent ». Fait étonnant, la star névrotique ne s’est pas emportée jusqu’aux délires hystériques (et délicieux) auxquels il nous a habitués à la télévision. Luchini fut serein, sans pour autant se travestir dans la normalité. Continuer la lecture de Luchini – Finkielkraut, quand deux grands hommes s’admirent

L’amitié est un élan du coeur

Le Regard Libre N° 19 – Sébastien Oreiller

Personne ne sait vraiment ce que c’est. Et pourtant, l’amitié, la vraie, est sans doute l’une des attractions que l’être humain connaît le mieux, celle qui donne à sa vie la valeur d’être vécue. Sujet mille fois rabattu, l’on pourrait se contenter ici de réaliser une anthologie des différentes doctrines. Ce ne sera pas le cas. La première distinction que je serais tenté d’opérer, la plus vitale sans doute, est celle entre l’amitié et l’accointance, entre l’ami et le copain dirions-nous, ou l’ami et le pote. On a des potes, on en perd, on en gagne, on en retrouve, peu importe. Un ami est un, on ne peut pas s’en passer. Comme le résume si bien le proverbe, les amis se comptent sur les doigts d’une main. Je pense qu’on ne peut pas les compter sur plus qu’un doigt, mais cela reste encore à prouver.

Du point de vue ontologique, qu’est-ce que l’amitié ? Je dirais que c’est un élan du cœur. L’amitié ne peut être un acte intéressé en soi, l’ami n’étant pas là pour ravir quelque chose à l’autre ; mais du point de vue inverse, il ne saurait y avoir amitié sans un échange perpétuel. L’amitié ne peut être qu’émulation, pousser l’autre en avant, alors qu’il nous tend lui aussi une main aidante. Emulation : un mot trop souvent oublié à notre époque, si éloignée de l’agôn grec, de la passion d’être le meilleur, mais de ne pas l’être tout seul. Continuer la lecture de L’amitié est un élan du coeur