Archives par mot-clé : Aude Robert-Tissot

Sylvain Tesson: Un été «pluvieux» avec Rimbaud

Les bouquins du mardi – Aude Robert-Tissot

Un été avec Rimbaud est un livre de mouvement et de poésie, c’est l’œuvre et la vie de Rimbaud, mais c’est surtout du Tesson. Pour cet aventurier, le voyage est toujours un très bon prétexte pour écrire. Et c’est bien mieux encore lorsqu’il s’agit d’arpenter les traces d’un des plus grands poètes de la langue française! En route.

Lire la critique (en libre accès)

Van Gogh mis au service du marketing de l’expérience

ARTICLE LONG FORMAT, Aude Robert-Tissot | Van Gogh fait partie des artistes dont l’œuvre et la vie fascinent tous les publics. Inconnu de son vivant, son succès a pourtant été fulgurant après sa mort et son génie a été reconnu à large échelle, le plaçant comme l’un des plus grands artistes de tous les temps. Aujourd’hui, c’est au tour des expositions immersives multimédia d’utiliser l’œuvre et le mythe de l’artiste maudit, pour nous vendre du sensationnel: bienvenue dans le marketing de l’expérience.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

Le labyrinthe de l’humain

Les bouquins du mardi – Aude Robert-Tissot

Mohamed Mbougar Sarr a reçu le prix Goncourt 2021 pour son quatrième roman, La plus secrète mémoire des hommes, publié chez Philippe Rey. Une mise en abyme pour nous rappeler que le génie littéraire existe bel et bien. Et tellement beau et tellement bien que j’ai choisi de ne pas en finir la lecture avant d’écrire cette chronique. Laissez-vous embarquer.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Pourquoi continuer de se rendre dans les foires d’art contemporain?

ARTICLE LONG FORMAT, Aude Robert-Tissot | Du 20 au 26 septembre dernier s’est tenue la plus grande et prestigieuse foire d’art contemporain, Artbasel, le rendez-vous international du monde de l’art et des collectionneurs. Des millions brassés comme à l’accoutumée, pourtant sans grand renouvellement artistique. Les plus grandes galeries se sont sagement assises sur leurs artistes phares, ne prenant aucun risque pour cette édition. Mais alors, à quoi bon dépenser un peu moins de cent francs lorsque l’on est un simple amateur d’art? Pour se laisser surprendre. Car oui, même si Artbasel ne vient pas transcender le monde de l’art cette année, nous pouvions y constater une intéressante tendance pour… la figuration.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«Girassol», ou le témoignage d’un hypersensible

Les bouquins du mardi – Aude Robert-Tissot

Le premier livre de Julien Gonzalez-Alonso, Girassol, gravite entre deux thèmes centraux, l’art et l’amour, et s’avère l’autobiographie d’un homme hypersensible à la découverte de ses blessures. Face au foisonnement des ouvrages de développement personnel, ce livre est l’exemple même du récit authentique auquel le lecteur peut s’identifier et possiblement se sentir mieux, loin des pensées à tout prix positives.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

L’art contemporain en piètre état par l’activisme de Piotr Pavlenski

ARTICLE LONG FORMAT, Aude Robert-Tissot | Nous sommes en février 2020, Benjamin Grivaux est alors en pleine ascension pour la mairie de Paris, lorsqu’il se retrouve au cœur d’une polémique: des vidéos intimes de lui avec une jeune femme envahit la toile. Une fois celles-ci devenues virales en quelques heures, Grivaux sera contraint de démissionner devant l’ampleur du scandale. De quoi l’accuse-t-on? D’adultère. Mais surtout d’hypocrisie. Rien de bien méchant ni de nouveau dans le tabloïde des personnalités politiques françaises. Piotr Pavlenski, le diffuseur de la vidéo, est un performeur russe, séjournant en France depuis 2017 en tant que réfugié politique. Un artiste qui vient de franchir les limites déjà bien entamées de l’artivisme, prenant l’art contemporain en otage pour dénoncer non plus un Etat autoritaire mais un adultère, en adoptant un discours réactionnaire.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«La mort du hibou», quand parlent les lumières et la mère

Les bouquins du mardi – Aude Robert-Tissot

De la formation de l’univers à notre arrivée sur Terre, les plus spirituels diront que le hasard n’existe pas, que l’on choisit ses parents tout comme l’on se destine à une rencontre, pendant que les plus cartésiens penseront que ce n’est que le fruit du hasard. La mort du hibou, le premier roman d’Ann-Kathrin Graf, raconte le destin d’une vie, d’une fille guidée au gré de la peur et de l’amour pour sa mère.

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Rencontre sur papier au Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel

ARTICLE LONG FORMAT, Aude Robert-Tissot | A la genèse d’une exposition collective se cache bien souvent une rencontre. Alors qu’elle séjourne de manière générale entre le commissaire de l’exposition et les artistes, ou du moins avec leur travail, parfois, la rencontre, la vraie, demeure entre les artistes invités. A la vue d’une des œuvres exposées au Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel, une intuition émerge: la rencontre entre deux artistes se distingue des autres; elle semble individuante.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)

«Ma dévotion», parce que derrière chaque grande femme se cache un homme

Les bouquins du mardi – Aude Robert-Tissot

Le livre de Julia Kerninon, Ma dévotion est un récit sous la forme d’un monologue entièrement écrit à la deuxième personne du singulier. Une déclaration. Un roman plongé dans les années d’avant-garde artistique à Amsterdam, au cœur d’une grande histoire d’amour-amitié. C’est avant tout le souvenir d’une femme dans l’ombre d’un grand homme, artiste-peintre, et d’une vie pas tout à fait sacrifiée car muée par une admiration passionnée.  

Lire la suite de la critique (en libre accès)

Smallville sort les griffes

ARTICLE LONG FORMAT, Aude Robert-Tissot | Pablo Picasso, alors en pleine gloire, dessina un jour dans un restaurant un croquis à même la nappe. Le patron de l’établissement lui proposa de lui offrir son repas en contrepartie de son dessin et de sa signature. Picasso répondit très amusé et pas dupe qu’il pouvait s’acquitter de son repas avec son dessin, mais qu’il ne cherchait pas à acheter tout le restaurant avec sa signature. Une anecdote qui en dit long sur la place de la signature dans le marché de l’art et du vif intérêt qu’elle suscite chez les collectionneurs. Exposée fièrement, telle une part sacrée de son créateur, la signature représente souvent bien plus qu’une simple authentification. Reflet de la personnalité, l’autographe ou plus généralement la griffe peut posséder une certaine qualité plastique et esthétique. «Signatures (X)» est une exposition d’art contemporain du collectif d’artistes neuchâtelois Smallville.

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d’abonnement (abo d’essai d’un mois gratuit)