Archives par mot-clé : science-fiction

The Darkest Minds – Heureusement, nos enfants ne sont pas comme ça

Les mercredis du cinéma – Nicolas Jutzet

Le film de Jennifer Yuh Nelson – connue pour être la réalisatrice de Kung Fu Panda 2 et 3 – est une science fiction. Dans un monde futur, les enfants et les adolescents se mettent à subir des transformations étranges qui obligent l’Etat, incarné par un Président qui souhaite réagir à la situation « en dehors de toute logique politique, il s’agit de nos enfants, de notre futur », à réagir. La situation est grave, même son propre fils est touché. 

Continuer la lecture de The Darkest Minds – Heureusement, nos enfants ne sont pas comme ça

Incompréhensions et superficialité dans «The man with the magic box»

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF) – Virginia Eufemi

Présenté en première suisse au NIFFF, The man with the magic box est une production italo-polonaise qui laisse un goût d’inachevé.

Continuer la lecture de Incompréhensions et superficialité dans «The man with the magic box»

« Ready Player One », une science-fiction qui touche juste

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Nous sommes en 2054. L’humanité fait face à de nombreux problèmes sociaux, écologiques et économiques. Pour échapper à ce triste quotidien composé de misère, de grisaille et de villes trop pleines, les gens trouvent refuge dans un monde virtuel créé par le milliardaire James Halliday. Il s’agit d’un jeu extrêmement développé où la réalité est simulée par un casque spécial ; d’un « monde où les limites de la réalité sont celles de notre imagination » : Oasis.

Continuer la lecture de « Ready Player One », une science-fiction qui touche juste

« Downsizing », où l’homme raccourci laisse place au film allongé

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Un scientifique norvégien réussit une expérience qui va changer la donne au niveau mondial : il est désormais possible de réduire un être humain à une taille d’environ douze centimètres. L’opération de raccourcissement (downsizing) n’a presque aucun risque, mais surtout, c’est une occasion en or pour sauver la planète ! Si l’humanité fait le choix du rétrécissement, elle fait le choix d’une baisse drastique du nombre de déchets et résout le problème de la surpopulation.

Inutile de dire que ce n’est pas l’argument écologique qui va convaincre un nombre important de citoyens de se lancer dans cette métamorphose irréversible. Au sein de cette nouvelle société des petits hommes, un dollar en équivaut à mille dans le monde normal. C’est l’univers de tous les possibles, et d’une espérance de vie attrayante. Par cette idée remarquable, le nouveau film d’Alexander Payne se comprend comme une critique du mode de vie américain et de la consommation, qui se reproduisent dans le monde miniature. Continuer la lecture de « Downsizing », où l’homme raccourci laisse place au film allongé