« L’adversaire »

Le Regard Libre N° 9 – Loris S. Musumeci

« Qu’il ne joue pas la comédie pour les autres, j’en suis sûr, mais est-ce que le menteur qui est en lui ne la lui joue pas ? Quand le Christ vient dans son cœur, quand la certitude d’être aimé malgré tout fait couler sur ces joues des larmes de joie, est-ce que ce n’est pas encore l’Adversaire qui le trompe ?
J’ai pensé qu’écrire cette histoire ne pouvait être qu’un crime ou une prière.
Paris, janvier 1999 »

Jean-Claude Romand : Père de famille idéal, fils consciencieux, grand médecin à succès… et menteur, assassin, fou.

Son histoire est celle d’un homme banal, qui pendant dix-huit ans a menti sur tout à tout le monde. Et tout éclate le 9 janvier 1993, lorsqu’il tue sa femme, ses enfants, ses parents et tente, sans succès, de se suicider. On découvre alors qu’il n’était pas médecin à l’OMS comme il le prétendait. Il n’était rien. Durant toutes ces années, sans l’ombre d’un doute, sa famille, ses amis le crurent dans ce mensonge d’une vie, mais au moment où la vérité s’apprêta à déchirer le voile de l’imposture pour ressurgir à la lumière, Jean-Claude Romand ne trouva d’autre issue que d’assassiner « ceux qu’il aimait », ceux qui eussent été meurtris par cette vérité étouffée, si vieille et nouvelle à la fois.

Cependant, le plus malheureux dans cette histoire, c’est qu’elle est réelle. Emmanuel Carrère écrivit en effet le témoignage de ce « fait divers » entre 1993 et 1999, pour le publier enfin en 2000 sous le nom silencieux et parlant de L’Adversaire.

La lecture de ce « rapport » est l’une de celles qui donnent vraiment un malaise profond. Plus que d’un simple malaise que l’on ressent, il s’agit en fait d’une angoisse viscérale. Carrère réussit à écrire de manière à ce que le lecteur vive véritablement le mensonge de Jean-Claude Romand, en effet on étouffe dans le même couloir étroit et sombre de la tromperie, on souffre avec lui, mais aussi avec ses proches et leur ignorance de la vérité. Il viendrait même parfois l’envie de hurler cette réalité des faits dissimulée et espérer que quelqu’un puisse l’entendre à l’intérieur des pages de ce livre. Toutefois, le plus étrange demeure l’opposition des sentiments que l’on éprouve à l’égard de la personne elle-même du protagoniste principal ; il y a tantôt une haine répugnée qui pleure et crie envers ce monstre qui a, depuis quasiment une vie, vomi de tout son estomac sur la confiance que lui donnaient au quotidien ceux qui l’aimaient, et tantôt une tendre compassion pour cet être complètement perdu dans son mensonge, qui n’est en fait que le fruit sale et puant de moisissure d’une simple crise de jeunesse.

De plus, le titre en lui-même, L’Adversaire, regorge de sens et de questionnements. Il apparaît d’ailleurs pour la première fois au début de l’écrit, lorsque Carrère présente au lecteur la situation et qu’il parle des parents de Jean-Claude Romand : « Ils auraient dû voir Dieu et à sa place il avaient vu, prenant les traits de leur fils bien-aimé, celui que la Bible appelle le satan, c’est-à-dire l’Adversaire. » Par cette évocation du « satan » en nom commun, qui amène ensuite à l’ « Adversaire » en nom propre, on comprend bien que ce témoignage porte à une véritable réflexion, d’un point de vue plus religieux, sur le « personnage » du diable et des différents aspects qu’il peut incarner, mais surtout à une problématique sur le mal en général, cet « Adversaire » universel. Et c’est là que l’on peut mieux comprendre alors la souffrance éprouvée à la lecture de ce rapport, on retrouve en fait, par le personnage de Jean-Claude Romand et son mensonge, ce « satan » qui est en chacun de nous, par le « combat » du protagoniste, on y voit notre propre « combat » contre le mal qui nous tourne autour tel un amas de mouches, filles de Belzébuth (en hébreu : roi des mouches). Nous sommes de nature à aimer la vérité, et c’est elle en effet qui nous met sur voie du bonheur, mais lorsque surgit, dans une bénignité apparente au début, l’Adversaire, le Mensonge, il n’y a que la force de rester fermement en amitié avec la réalité qui peut nous sauver, parce qu’au fond c’est dans l’illusion que nous plonge le mal. On pourrait même dire que l’emprise de ce mal sur nous, c’est l’illusion perpétuelle, en d’autres termes : l’enfer.

L’Adversaire jette alors en pleine lumière, par l’excellente écriture de Carrère, la tragédie du mensonge et ses conséquences désastreuses, incarnées par Jean-Claude Romand, cette « victime » du Mal, qu’au fond personne ne peut juger. La seule chose que nous puissions et devions même, de par notre responsabilité humaine, faire après la lecture de ce témoignage, c’est, dans un schéma camusien de l’absurde – en effet le mensonge est absurde –, prendre conscience, repérer clairement ce Mensonge, se révolter contre lui en le refusant moralement mais en acceptant la faiblesse de l’erreur humaine du menteur (« accepter » ne signifie pas pour autant « justifier »), et lutter par l’amour vrai, celui de l’amitié authentique, dans la Confiance inconditionnelle envers l’autre.

Oui, le pire ennemi de cet Adversaire dont il est question est sans aucun doute l’Amitié.

Ecrire à l’auteur : loris.musumeci@leregardlibre.com

Crédit photo : © 20minutes.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s