Prix suisses de littérature 2018

Le Regard Libre N° 36 – Jonas Follonier

Le jeudi 15 février dernier s’est tenue à la Bibliothèque nationale suisse, à Berne, la sixième cérémonie de remise des Prix suisses de littérature. Ceux-ci se composaient de sept Prix littéraires décernés à des auteurs des quatre régions linguistiques du pays parmi une liste de cent dix livres, d’un Prix spécial de traduction ainsi que du Grand Prix suisse de littérature. Le Regard Libre a pu assister à une très belle soirée placée sous le signe des lettres, de l’humanisme et de l’esthétique.

Lire la suite Prix suisses de littérature 2018

Gérard Depardieu, une femme qui chante

Le Regard Libre N° 37 – Jonas Follonier

« Je suis une femme qui chante », dit Gérard Depardieu – ou Barbara – dans son spectacle Depardieu chante Barbara, que nous avons vu à la Salle Métropole de Lausanne, le 13 mars dernier. Le concert, intimiste, le prouve : le célèbre acteur détient ce pouvoir particulier d’effacer sa personne en s’affirmant. De s’exposer en s’imposant. Barbara serait si fière : elle n’a jamais été aussi présente sur scène qu’en cette période.

Lire la suite Gérard Depardieu, une femme qui chante

Scandale Facebook : et maintenant ?

Les lundis de lactualité – Diego Taboada

Après les révélations sur l’affaire désormais connue sous le nom de « Facebook-Cambridge Analytica », Mark Zuckerberg s’est soumis cette semaine à dix heures d’audition par le Congrès américain. Pour rappel, le réseau social est accusé d’avoir permis la récupération de données personnelles de plus de 87 millions d’utilisateurs par la société d’analyse de données Cambridge Analytica. Ces informations sont suspectées d’avoir été utilisées pour influencer les dernières élections américaines. Facebook se trouve désormais dans une situation critique, révélatrice du malaise ambiant autour du numérique et des réseaux sociaux.

Lire la suite Scandale Facebook : et maintenant ?

Qu’est-ce que le mal ?

Le Regard Libre N° 36 – Loris S. Musumeci

La question est grave. Les philosophes s’y sont écorchés. Ce qui pose la difficulté majeure pour une interrogation d’une telle ampleur, c’est son mystère inépuisable, le sentiment de frustration qu’elle provoque à ne jamais pouvoir y apporter une réponse satisfaisante. L’article se limitera donc à quelques réflexions, inspirées de maîtres.

Lire la suite Qu’est-ce que le mal ?

« Packing Heavy », où le cinéma a manqué

Festival International de Films de Fribourg – Loris S. Musumeci

« Demain ils vont libérer Nenino. »

Tomas vit avec sa mère. Il erre ; le soir tard, la journée à la place d’aller à l’école. Il a quelques bons amis avec lesquels il peut se balader à vélo, rire, boire du soda et fumer une cigarette pour les grandes occasions. Tomas n’a que douze ans. La mère, veuve, pense à sortir avec son compagnon et délaisse son fils, livré à lui-même. En dépit de son visage tendre et rondelet, l’enfant n’a pas la vie facile. Et tout se complique lorsqu’il apprend que l’assassin de son père est sorti de prison.

Lire la suite « Packing Heavy », où le cinéma a manqué

La Celsius, une bière bien fraîche

Les vendredis de la microbrasserie – Florent Aymon

Quel plus heureux plaisir, assis sur une terrasse au soleil, que celui de la bière bien fraîche qui coule dans sa gorge ? Chacun souhaiterait que ce moment soit infini pour profiter plus longtemps de ses arômes et de sa fraîcheur revigorante. Mais gare au mal de crâne du lendemain. C’est pourquoi, cette semaine, la rédaction vous propose de découvrir une bière artisanale valaisanne qui laissera votre cerveau en parfait état, même après une longue soirée entre amis. En effet, La Celsius, brassée uniquement avec des ingrédients bio de la région, peut même être bue en lieu et place de vos tartines au Nutella du matin. Ses créateurs l’ont voulue complète et équilibrée, et ses sept déclinaisons le sont parfaitement.

Lire la suite La Celsius, une bière bien fraîche

Stephan Eicher au Théâtre de Beausobre

Le Regard Libre N° 37 – Alexandre Wälti et Hélène Lavoyer

Sur la scène en pagaille où se mêlent instruments et confettis, quelques chaises désordonnées attestent d’un remue-ménage nocturne. Près du jukebox, un homme semble dormir sur un banc. Une guirlande d’ampoules de couleur pend par-dessus lui. Sur les notes d’un accordéon automatique, une deuxième personne entre en scène, balaie les confettis entre une échelle et une flopée d’instruments. Le tuba est posé au milieu de la scène, un trombone patiente avec deux guitares électriques près du piano et l’indispensable batterie attend au fond à droite.

La scène ressemble à un lendemain de carnaval dans un bistrot où s’est endormi un dernier client. C’est assez à l’image de la musique balkanique du Traktorkestar, bordélique et folle, qui partage l’affiche avec Stephan Eicher et la beatboxeuse Steff La Cheffe. A entendre les sifflements et le tonnerre d’applaudissements qui le portent sur scène, on pourrait croire à un public adolescent devant l’idole du moment. Mais à cinquante-sept ans, l’homme a déjà fait ses preuves et rassemble un public fidèle depuis son album de 1983, Les Chansons Bleues. Des Alémaniques et des Romands se tiennent là, dans le vaste Théâtre deBeausobre, prêts à danser et chanter.

Lire la suite Stephan Eicher au Théâtre de Beausobre

Pour la culture et le débat d'idées

%d blogueurs aiment cette page :