La capitaine et le vice-Premier ministre

Les lundis de l’actualité – Clément Guntern

On se croirait dans un film Disney: la jeune princesse, un peu rebelle et les cheveux détachés, ne suivant que ses rêves devient une héroïne en affrontant un méchant violent et égoïste. Elle va plus loin que son petit destin d’étudiante et se bat pour une cause quelque peu oubliée, mais éminemment juste. La princesse n’a pas peur d’affronter les sbires du méchant pour accomplir «ce en quoi elle croît».

Lire la suite de la chronique

Maxence Léonard et sa mélancolie écorchée

Le Regard Libre N° 52 (à paraître) – Jonas Follonier

Il fait partie des jeunes pousses très prometteuses de la chanson francophone en Suisse romande. Multi-instrumentiste insatiable, Maxence Léonard s’inscrit dans une veine singulière faite de folk, de rock progressif, de chanson française et de musique expérimentale. Son Cirque est sorti le 12 avril dernier et, outre ses dates en Suisse, l’auteur-compositeur-interprète a donné une série de concerts à Munich du 22 au 27 mai 2019. Rencontre avec l’ovni à la fin de son concert du 18 mai aux Faux Nez de Lausanne.

Lire le début de l’entretien

«Ça raconte Sarah»: un Choix Goncourt de la Suisse au cœur d’une passion lesbienne

Le Regard Libre N° 51 – Loris S. Musumeci

Tour d’horizon de quelques grands prix littéraires, épisode #4

«Ça raconte Sarah, sa beauté inédite, son nez abrupt d’oiseau rare, ses yeux d’une couleur inouïe, rocailleuse, verte, mais non, pas verte, ses yeux absinthe, malachite, vert-gris rabattu, ses yeux de serpent au paupières tombantes. Ça raconte le printemps où elle est entrée dans ma vie comme on entre en scène, pleine d’allant, conquérante. Victorieuse.»

Vous savez donc de quoi il s’agit. Ça raconte Sarah, eh bien, raconte Sarah. Ça raconte Sarah à travers les yeux d’une narratrice dont elle tombe amoureuse. Avec laquelle elle vit une passion folle et érotique. Puis la fin de cet amour, et la mort lente qu’engage cette rupture. Le sujet est simple, le livre est court; ce qui a plu aux jurés du Choix Goncourt de la Suisse. 

Lire la suite de l’article

«Family Business», une série Netflix (d)étonnante

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Disponible sur Netflix, la nouvelle série française Family Business est à la fois très efficace et maladroite. Forte d’une distribution impressionnante (Gérard Darmon, Julia Piaton, Liliane Rovère), elle souffre d’un infantilisme inattendu. Verdict.

Lire la critique

«Roxane», un film plus prometteur que réussi

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Guillaume de Tonquédec et ses poules: ainsi pourrait se résumer l’expérience cinématographique qui vous est proposée actuellement sur vos écrans. Si Roxane met en valeur avec humanité la passion de la langue et peint la réalité tragique de certains paysans, on peine à y voir une œuvre aboutie.

Lire la critique

Rastignac au pays des cow-boys

Les bouquins du mardi – Ivan Garcia

Un jeune loup de la finance se lance dans l’acquisition d’un ancien site sidérurgique à l’abandon pour le compte d’un prince arabe. Mais, dans une Amérique profonde, les étrangers font peur. A force de toucher au patrimoine, l’homme d’affaires se trouve aux prises avec les cow-boys de la contrée. Un western moderne doublé d’une enquête policière qui entraîne le lectorat au sein de cette Rust Belt [ceinture de la rouille] qui a tant fait parlé d’elle à travers Donald Trump.  

Lire la critique

La bourse suisse dans la panade 

Les lundis de l’actualité – Bernard Frossard

En cette saison caniculaire, un froid s’est jeté sur les relations Suisse-Union européenne. Ce jeudi 27 juin, Berne a décidé d’imposer l’obtention d’une reconnaissance aux places financières européennes si elles veulent continuer à négocier des titres suisses. De son côté, la commission européenne annonce le non-renouvellement de l’équivalence boursière pour notre pays.

Lire la chronique

La machine à frustrations

Le Regard Libre N° 51 – Giovanni F. Ryffel

Gagne-t-on du temps à être impatient? Les algorithmes développés pour comprendre les queues sur les autoroutes semblent dire que non; certains chefs d’entreprise semblent dire que oui. Si d’un côté l’impatience est spontanément reliée au gain de temps, de l’autre côté elle recèle des liens profonds avec notre perception de nous-même et du monde, qui ne relèvent pas que de la psychologie.

Lire l’article grand format

L’heure des pros du journalisme

Le Regard Libre N° 51 – Jonas Follonier

Au sein du paysage télévisuel français, certaines émissions cultes telles qu’ «On n’est pas couché» déçoivent. Nombreuses sont les personnes qui, sur Internet, dans les cafés ou même sur les plateaux de télévision, justement, affirment que le célèbre talk-show de Laurent Ruquier n’est plus ce qu’il était. La raison? Le téléspectateur n’est plus surpris; le caractère attendu des prises de parole a pris le dessus, alors même que ce rendez-vous hebdomadaire reste une référence culturelle pour un certain public.

Lire la suite de l’éditorial

Parlons littérature d’aujourd’hui avec Thomas Hunkeler

Le Regard Libre N° 51 – Loris S. Musumeci

Le statut de professeur n’est qu’un titre parmi tant d’autres. Le vrai professeur est celui qui transmet non seulement une matière, mais encore une passion. C’est le cas de Thomas Hunkeler, professeur de littérature française à l’Université de Fribourg. Voilà un homme qui a de la prestance, voilà un homme animé. Il sait de quoi il parle, comme il sait aussi s’égarer dans la liberté d’une parole ouverte, non-académique et sans a priori, pour nous partager ses goûts et ses pensées au sujet de la littérature.

Lire l’entretien
%d blogueurs aiment cette page :