Vous êtes sur smartphone ?

Téléchargez l'application Le Regard Libre depuis le PlayStore ou l'AppStore et bénéficiez de notre application sur votre smartphone ou tablette.

Télécharger →
Non merci
Accueil » Les clivages identitaires qui traversent la Suisse
Suisse

Analyse

Les clivages identitaires qui traversent la Suisse

par Le Regard Libre
0 commentaire

Denise Traber et Delia Zollinger

Il n’y a guère d’Etat européen où la polarisation est aussi forte qu’en Suisse – et elle s’est consolidée autour d’identités de groupe. Or, ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose pour la démocratie. Voici pourquoi.


L’article original est paru en allemand dans Schweizer Monat.


Avec l’évolution de la Suisse vers une société post-industrielle, le paysage des partis politiques a également subi des changements fondamentaux. Dès le milieu du XXe siècle, le niveau général d’éducation a augmenté et, avec lui, la participation des femmes au marché du travail. Ces évolutions, précoces en comparaison européenne, ont entraîné des changements sociaux et politiques de grande ampleur, qui ont d’abord touché les partis de gauche: il y a eu de moins en moins d’entreprises industrielles classiques et donc moins d’ouvriers et d’ouvrières en Suisse. L’électorat traditionnel des partis de gauche s’est réduit. Parallèlement, un autre groupe s’est agrandi: la classe moyenne plus formée. Lorsque, à partir des années 1980, le parti des Verts s’est renforcé avec les mouvements pour la protection de l’environnement, la paix mondiale et l’égalité des sexes, les principaux électeurs des partis de gauche n’étaient déjà plus des ouvriers d’usine, mais des enseignants, des sociothérapeutes, des infirmières et de plus en plus souvent des personnes ayant fait des études universitaires. L’augmentation du niveau de formation de l’électorat helvétique a également modifié la composition de la «classe ouvrière»: ces personnes avaient de plus en plus souvent une histoire d’immigration – et de moins en moins souvent le droit de vote.

Un deuxième changement fondamental du système suisse des partis a eu lieu au début des années 1990 avec la votation sur l’Espace économique européen (EEE). Une majorité de votants s’est prononcée contre l’adhésion de la Suisse à l’EEE. L’UDC avait été le seul parti du Conseil fédéral à s’y opposer. Avec la montée de cette formation politique, nouvellement positionnée comme parti nationaliste de droite, des thèmes tels que l’identité nationale, la migration et le l’euroscepticisme se sont intégrés dans les débats politiques – bien plus tôt que dans d’autres pays européens. Alors que les partis traditionnels de centre droit se sont positionnés de manière plutôt réservée sur ces thèmes de politique sociale, la nouvelle UDC s’est établie à long terme comme pôle opposé à la gauche verte et rouge. Le succès de la mobilisation nationaliste de droite a alimenté les divisions au sein du système politique suisse, qui compte aujourd’hui parmi les plus polarisés d’Europe.

Un pays divisé?

Une question importante est toutefois de savoir si les oppositions entre les partis se reflètent également au sein de la population. Il est essentiel pour la cohésion sociale de savoir sous quelle forme un débat politique est possible. Il est aussi essentiel que des décisions politiques – qui sont toujours des compromis en Suisse – finissent par être acceptées.

La recherche en sciences politiques distingue deux dimensions idéologiques fondamentales dans lesquelles se résument les attitudes politiques et les positions des partis: la dimension «économique», le conflit traditionnel entre la gauche et la droite sur le rôle de l’Etat, et la dimension «culturelle» ou sociopolitique, plus récente. Cette dernière englobe les questions de coexistence sociale, la politique d’immigration et d’intégration ainsi que les questions d’égalité.

Des analyses empiriques par sondages montrent qu’en Suisse, les attitudes politiques dans ces deux dimensions n’ont que peu évolué au cours des trois dernières décennies et que, contrairement à ce que l’on pense souvent, la polarisation idéologique ne s’est pas renforcée. Les différences entre l’électorat des partis de gauche et de droite sont visibles, mais relativement stables depuis les années 1990. Les clivages les plus importants apparaissent dans les attitudes envers la migration et la politique européenne. En comparaison, les différences sont moins importantes dans les attitudes envers la politique économique. La polarisation idéologique ne s’est donc pas renforcée en Suisse. Mais la forme de la confrontation a-t-elle changé?

Derrière les identités se cachent des intérêts

Même si la polarisation idéologique semble s’être stabilisée, de nombreuses personnes ont le sentiment que les oppositions politiques sont de plus en plus souvent liées à des identités et chargées d’émotions. Des données d’enquête récentes sur les identités des groupes sociaux en Suisse montrent que les partisans de différents partis se distinguent par l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. Dans le noyau électoral des partis polaires, les identités définies sur le plan socioculturel sont plus marquées que la moyenne, par exemple l’identification en tant que Suisses «terre à terre» et «attachés à leur patrie» à droite et en tant que «ouverts sur le monde» et «féministes» à gauche. Chez les électeurs du centre droit, les identités historiquement importantes comme l’appartenance à une certaine classe et à la religion chrétienne sont toujours importantes. Les conflits qui y sont liés et qui ont marqué de manière décisive le système des partis suisses au XXe siècle polarisent cependant moins aujourd’hui.

Quelle est donc la nouveauté des oppositions identitaires fortes et marquées? De notre point de vue, les diagnostics hâtifs, souvent motivés par des considérations politiques, selon lesquels les acteurs ne pratiquent plus qu’une «simple politique identitaire», sont trop courts. La comparaison du contexte actuel avec les lignes de conflit qui ont marqué historiquement le système suisse des partis permet une classification plus nuancée.

Comme dans les conflits historiques entre le travail et le capital ou autour de la relation entre l’Eglise et l’Etat, la recherche empirique montre que les oppositions identitaires actuelles sont liées à de réelles différences d’intérêts: les uns exigent par exemple un salaire égal pour un travail égal ou une nouvelle réflexion sur les modèles familiaux, tandis que d’autres veulent s’en tenir aux formes traditionnelles de travail, de vie et de communauté. Ces lignes de fracture sont ancrées dans la structure sociale de la société postindustrielle et sont mobilisées avec succès par les partis. Lorsque les électeurs développent des idées claires sur «nous» et «les autres», cela montre que ces conflits ont trouvé une expression politique et qu’ils sont réglés démocratiquement. Il y a un enjeu dans la politique suisse. Les gens peuvent choisir entre des options clairement définies. Et à l’instar de la «catholique» qui votait PDC dans le passé ou de l’«ouvrier» qui votait socialiste, la «féministe ouverte sur le monde» ou le «Suisse terre à terre» idéalistes ont aujourd’hui plus de facilité à participer à la politique et à trouver en conséquence une représentation de leurs intérêts que quelqu’un qui ne peut pas se situer.

En ce sens, la Suisse est l’exemple parfait d’un paysage politique qui, d’une part, s’est fondamentalement transformé, mais qui, d’autre part, s’est déjà suffisamment stabilisé pour que de nombreuses personnes puissent s’y orienter. Ce n’est pas une mauvaise chose dans un pays où la participation politique est exigeante et où la participation électorale est faible.

Conçu pour le compromis

Dans quelle mesure des oppositions identitaires fortes et marquées sont-elles problématiques pour la démocratie? La polarisation peut mettre en péril la cohésion sociale lorsque de petits groupes ou des camps entiers s’opposent à tel point que «gagner» devient une fin en soi et que les discussions de fond sont rendues impossibles. Ce que l’on appelle la polarisation affective, c’est-à-dire la polarisation basée sur les émotions ou l’identité, s’est renforcé ces dernières années, en particulier dans le système bipartite américain, ce qui a conduit à un blocage de la prise de décision démocratique et peut-être aussi à un affaiblissement des institutions.

Néanmoins, il n’existe actuellement aucune base empirique claire pour soutenir la thèse selon laquelle la polarisation affective pourrait affaiblir la démocratie en Suisse. Tout d’abord, ce concept se compose de deux éléments: une forte appartenance à son propre groupe associée à une forte image de soi, et le rejet d’un autre groupe – dans une mesure qui rend les débats sociaux impossibles. Or, en Suisse, la politisation et les débats sont certes émotionnels, mais on continue à poursuivre des objectifs politiques centraux et à défendre des valeurs. Il n’y a guère de signes indiquant que le conflit se réduirait à la deuxième composante. De plus, les rares études à long terme utilisant des données de sondage suisses ne mesurent la polarisation affective qu’indirectement (par la proximité et la démarcation des partis plutôt que de leurs électorats), ne contiennent des données que jusqu’en 2011 et n’indiquent pas de tendance claire à la polarisation, en particulier pour les dernières années.

Deuxièmement, les institutions politiques suisses sont conçues pour favoriser le compromis. Le système de concordance et les possibilités de correction via la démocratie directe sont très appréciés par la population helvétique. Les décisions politiques sont donc acceptées même si l’on fait partie du camp des perdants – parce que nous savons que nous pouvons à nouveau gagner lors de la prochaine votation. En Suisse, la démocratie n’est donc pas en danger lorsque les esprits s’échauffent.

Regard à travers les lunettes sociopolitiques

Sur le fond, la dimension culturelle et sociopolitique, aux extrémités de laquelle se trouvent l’UDC et les partis de gauche, est restée centrale pour le débat politique avant les élections de cet automne. Même les thèmes classiques de la politique de répartition, comme la prévoyance vieillesse ou les coûts de la santé, qui préoccupent fortement la population, sont de plus en plus politisés à travers des lunettes identitaires: par exemple lorsque la gauche thématise les retraites comme un thème féminin ou lorsque la droite invoque la limitation de l’immigration pour protéger les assurances sociales.

Des identités marquées dessinent actuellement les principales lignes de conflit politique. La polarisation politique est très forte en Suisse, comme l’indiquent les données des sondages sur les attitudes thématiques et les identités des groupes sociaux. On peut considérer qu’il s’agit d’une conséquence normale de processus de transformation très étendus, comme ceux qu’a connus le système de partis suisse au cours des trente dernières années. L’activation des identités de groupe fait en outre partie depuis toujours de la campagne électorale: les acteurs politiques veulent s’adresser de manière très ciblée à certains groupes sociaux, les stimuler et les amener aux urnes. Pour la prise de décision politique, il est important de reconnaître que les dynamiques «nous/eux» ne sont pas dissociées des préoccupations concrètes. La polarisation politique n’est certes pas un phénomène nouveau de ces dernières années, mais elle a une fois de plus marqué de manière décisive la campagne électorale de cet automne.

Le Regard Libre traduit au gré des numéros des articles du média Schweizer Monat, un autre mensuel suisse d’idées, d’où notre partenariat. Denise Traber est professeure assistante de sociologie politique à l’Université de Bâle. Delia Zollinger est postdoctorante à l’Institut de sciences politiques de l’Université de Zurich.

Vous venez de lire une analyse tirée de notre dossier COMMUNAUTES, contenu dans notre édition papier (Le Regard Libre N° 101).

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Contact

© 2024 – Tous droits réservés. Site internet développé par Novadev Sàrl