Archives par mot-clé : comédie romantique

«500 jours ensemble»: rétrospective d’une romance inentamée

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: L’amour au cinéma – Lauriane Pipoz

En 2009 sort un film d’amour qui compte parmi les plus brillants. Sauf qu’il ne parle pas d’une histoire d’amour. Pendant 95 minutes, 500 jours ensemble joue avec les codes du film romantique pour nous présenter une histoire unique. Unique, vraiment? Non, Marc Webb nous raconte une relation dont nous avons maintes fois entendu parler. C’est l’histoire d’un homme qui rencontre une femme. Et cette femme se comporte comme un homme. Analyse d’un conte progressiste que j’aurai bientôt regardé cinq cents fois.

Lire la rétrospective

L’amour au cinéma

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: Les coronarétrospectives du cinéma – Loris S. Musumeci

«L’amour, l’amour, l’amour dont on parle toujours», chantait Mouloudji. Oui, on en parle toujours de l’amour. L’amour est partout. Il pousse aux plus grandes folies. Il crée des héros ou des assassins. Il offre un bonheur ineffable quand il est là. Quand il part, il peut même laisser songer le cœur blessé au suicide. L’amour, c’est ce qui fait vivre ou mourir. L’amour, c’est l’omniprésente passion dans chaque existence.

Lire la suite de la présentation

«Perfect Sense»: coup de foudre à Manhattan au temps de la pandémie

Les mercredis du cinéma – Edition spéciale: La coronarétrospective du cinéma d’anticipation – Fanny Agostino

Dans la catégorie des associations déconcertantes, le film de David Mackenzie rassemble la comédie romantique et le film d’anticipation. En faisant fi du rocambolesque et de la traditionnelle quête du héros, Perfect Sense convoque brillamment la pulsion de vie et la persévérance des gens ordinaires.  

Lire la rétrospective

Nous ne sommes pas faciles

Le Netflix & chill du samedi – Febe Tognina

En me promenant sur Netflix, j’ai été attirée par un titre assez original: Je ne suis pas facile. Une façon de parler plutôt commune, mais là il s’agit d’un homme. Cette comédie romantique et bien drôle s’intitule en fait: Je ne suis pas un homme facile. Eléonore Pourriat a réalisé ce long-métrage sorti en avril 2018. Qui est d’ailleurs la première production en langue originale française à être parue sur Netflix.

Lire la critique

«Last (but not least?) Christmas»

Les mercredis du cinéma – Kelly Lambiel

Bien que les magasins l’annoncent depuis le mois d’octobre déjà, chaque année quand vient décembre, je me laisse volontiers aller, je l’avoue, à l’un de mes plaisirs coupables favori: chaussettes en laine, chocolat chaud, biscuits à la cannelle et film de Noël. Cliché me direz-vous? Totalement. Mais j’assume. C’est pourquoi lorsque la bande-annonce de Last Christmas est sortie, je me suis dit: si quelqu’un à la rubrique doit avoir cette chanson dans la tête jusqu’au 24, c’est bien moi! L’air restera mais les images?

Lire la critique

«Perdrix»: moins long et c’eût été un chef-d’œuvre!

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier Dans Perdrix, le comique et le surréaliste se mélangent en un cocktail inédit. Mais la saveur de ce breuvage cinématographique perd très vite de son effet de surprise et endort plus qu’il n’enivre. Impression mitigée face au premier film d’Erwan Le Duc. Bienvenue dans une famille complètement marteau, … Continuer la lecture de «Perdrix»: moins long et c’eût été un chef-d’œuvre!

Ce contenu est réservé à nos abonnés.

Déjà un compte? Connexion

Pas encore de compte? Voir nos différentes formules d'abonnement

«Yesterday»: les comédies romantiques, c’était mieux avant

Les mercredis du cinéma – Lauriane Pipoz

Le réalisateur Danny Boyle – à qui l’on doit notamment Bridget Jones, Coup de foudre à Notting Hill, Love Actually – s’est attelé à une nouvelle comédie romantique. Yesterday est l’histoire d’un homme qui, après un accident, se réveille dans un monde où les Beatles n’existent pas. Il se lance alors dans le plagiat de ces derniers en réécrivant leurs titres les plus connus. Le tout sous l’œil de sa meilleure amie et agente Ellie.

Lire la critique

Retrouver l’amour avec «Mon inconnue»

Les mercredis du cinéma – Loris S. Musumeci

Olivia et Raphaël – avec le tréma sur le «e»! – tombent amoureux en dix minutes. Et c’est parti pour dix ans. Comme quoi le coup de foudre existe, comme quoi il peut s’éteindre aussi. Durant leurs années de vie commune, les deux tourtereaux ont évolué professionnellement chacun selon ses rêves. Olivia est devenue pianiste, pas forcément avec le succès qu’elle méritait, mais elle ne s’en plaint pas: elle est heureuse. Raphaël, quant à lui, a tout fait péter. De l’adolescent qui griffonnait des histoires dans son petit carnet, il est devenu un immense écrivain à succès. Au point de commencer à occulter sa femme, parce qu’il est fatigué, entre les passages à la télévision et les rencontres avec ses admirateurs. Elle en a marre, elle se sent seule. Il s’en fout.

Lire la suite de la critique

«La La Land», un chef-d’œuvre musical

Les mercredis du cinéma – Jonas Follonier

Les écrans de cinéma projettent actuellement un film qui ne vous laissera pas indifférent. Je dirais même qu’il représentera un épisode à lui tout seul dans votre vie. La La Land, une comédie musicale, certes, mais aussi un chef d’oeuvre musical, enchanteur et existentiel.

Un chef-d’œuvre musical, oui, car dans ce long-métrage signé Damien Chazelle, la musique n’est pas une dimension sonore ajoutée au reste, une caractéristique parmi d’autres du film: elle en est le thème central. A la fois objet et sujet, la musique de Justin Hurwitz compose l’essence même de La La Land. La musique n’est plus une excroissance du film, c’est le film qui devient une excroissance de la musique. Les deux protagonistes, Mia (Emma Stone) et Sebastian (Ryan Gosling), passent au deuxième plan, et n’évoluent que dans l’optique d’un véritable éloge du jazz – cet éloge, dans le fond, que Boris Bian avait réussi à réaliser dans la littérature et que Damien Chazelle vient de réaliser au cinéma. Le surréalisme, un autre point commun entre ces deux génies.

Continuer la lecture de «La La Land», un chef-d’œuvre musical